13/05/2021

Pourquoi donnons-nous toutes les armes aux cyber-rançonneurs?

Dans un monde hyper connecté, la police ne servira plus à rien qu'à délivrer des rapports sur une cyber attaque de masse qui a volé et privé de leur ressource financières des entreprises, des privés, voir carrément des Etats entiers.

Les rançonneurs ne seront jamais arrêtés, ne feront jamais de prison. Ils pourront récidiver quand bon leur semble et où bon leur semble. Ils agiront depuis n'importe où dans le monde, détrousseront, ruineront, et déstabiliseront la sécurité économique et sociale des pays. Et c'est nous, braves cons et braves connes, qui leur délivrons petit à petit, toutes les clefs pour leur petit paradis criminel. Nous qui acceptons que la monnaie réelle disparaisse au profit de la monnaie irréelle thésaurisée sur des plate-formes cryptées style Bitcoin et confrères ou consoeurs. Nous qui acceptons que nos valeurs ne reposent plus dans des coffres centralisés et sécurités qui ne peuvent être prises d'assaut que physiquement comme au bon vieux temps des braqueurs de banque pouvant être réellement poursuivis et chassés par la police et la justice. Nous qui acceptons que nos entreprises deviennent hyper vulnérables aux cyber criminels, que nos objets et véhicules connectés signalent notre présence, nous tracent comme des toutous tombant à la fois sous la dépendance totale de l'Etat fouineur, de l'entrepreneur qui sait tout de nous et plus encore, en fin de nos chaînes d'esclavage, du cyber criminel qui exigera une rançon pour nous rendre nos données ou ne point divulguer des rencontre compromettantes bousillant un mariage grâce à la transparence imposée par d'étranges créatures vivant luxueusement à des milliers de kilomètres de notre domicile et sachant tout de nos coups de canifs répétitifs portés à nos prétendus codes moraux bien sous tous rapports. Le dieu vengeur et infligeant une punition ne tombant plus du Ciel de la religion mais n'étant désormais qu'une seule bande de criminels tout-puissants s'amusant de nos travers et nous délestant de nos biens comme de notre stabilité sentimentale apparente nous mettant à nu comme des vers de terre.

Si tu ne veux pas qu'un autre te vole ta vie privée, parle simplement et en toute franchise de ta vie privée. Assumer qui nous sommes réellement permet de court-circuiter l'obscurité du darknet. Mais il n'est pas toujours facile de dire qui nous sommes réellement et ce que nous faisons en temps réel... Si tu ne veux pas qu'un autre te vole toutes tes données pour ensuite te dérober ton argent ou te rançonner, ne confie pas tout à l'électronique et garde tes distances avec les appareils connectés. Plus facile à dire qu'à faire quand justement les leaders qui décident des produits qu'ils lancent sur le marché ne donnent plus la possibilité de vivre à l'ancienne avec un simple téléphone, par exemple, ou l'obligation de payer par cartes de crédit chaque bien acheté ou consommé. Ceux qui nous proposent, et nous imposent au final, les prétendues libertés du paradis électronique sont les mêmes qui nous préparent l'enfer et notre esclavage, notre soumission à l'intelligence artificielle manipulée par des êtres humains devenus tout-puissants sur nos vies devenues, au contraire d'eux, très vulnérables à toutes les attaques économiques et psychologiques sur nos existences. Quand à notre sécurité sentimentale, il faudra soit être un saint ou une sainte nitouche très fidèle à son ou sa partenaire de vie ou alors un couple libéré qui se dira tout et s'échangera des conversations sur les relations extra-conjugales...pour éviter la cyber rançon qui ruinera notre compte en banque...pour autant qu'il y ait un compte en banque.

L'avenir n'est pas rêvé. Il devient de plus en plus compromis par notre manque de résistance collective aux nouveaux outils de la technologie moderne. Les esclaves d'aujourd'hui acceptent docilement leur soumission aux puissants pourvu qu'ils aient l'ivresse de la nouveauté technologique. Et dire qu'il faut ainsi faire une confiance aveugle à la science, qui serait rationnelle et neutre, et qui apporterait des preuves irréfutables sur la nécessité absolue, entre autres nécessités, de nous faire vacciner et de nous faire tracer en temps réel pour le bien de la communauté.

Demain est un autre jour pire qu'aujourd'hui.

 

 

12/05/2021

Les mois galère vont continuer...pour certains

Contents qui disent.

A voir. Pour certains restaurateurs c'est presque un retour à une situation normale pour le début du mois de juin. Services en terrasse avec consommations et repas sans masque obligatoire. En cas de pluie ou de froid, service à l'intérieur mais avec masques obligatoires pour tout le monde, personnel et clients.

Il ne faut pas être trop futé pour comprendre qu'il y aura une énorme distorsion de concurrence entre restaurants avec terrasses et les autres, sans terrasse. Le soleil et les chaleur estivales sont déjà un gros handicap pour les restaurants sans terrasse en situation normale. Mais avec la décision du Conseil fédéral, c'est la Bérézina pour tous les restaurants qui vont rouvrir mais qui n'ont pas de terrasse.

Comme client ou cliente, et vous le savez toutes et tous, vous allez avoir le réflexe automatique de consommer un maximum en terrasse pour éviter la grosse contrainte du masque obligatoire à l'intérieur entre deux gorgées de bière ou deux bouchées de spaghetti. En une phrase, les bistrots sans terrasse seront désertés sauf en cas de grosse pluie et de gros froid.

J'en connais déjà, parmi les patrons, qui tentent de faire une proposition très indécente à leurs employé-e-s. Soit une fermeture du bistrot jusqu'en septembre avec les trois mois d'été sans solde sur base volontaire. Comme si dans la branche, nous, les employé-e-s pouvions survivre à trois mois sans salaire!

Merci Berne. Merci, chers patrons qui osez ce genre de proposition indécente. Nous, employé-e-s, avons déjà largement donné à la pandémie et à la population par notre sacrifice de rester à la maison.

Si vous ne voulez pas ouvrir vos bistrots, chers patrons, ils ne vous restent qu'à nous licencier dans les règles de l'art et à nous verser nos salaires, bistrots ouverts ou non. Point barre.

Où alors demander à Mère Patrie de vous octroyer un droit de fermeture prolongé exceptionnel de trois mois pour impossibilité d'exploiter correctement votre commerce et réaliser un chiffre d'affaire correct.

 

 

11/05/2021

21 mai, les grosses manifs seront de retour

Une manif fourre-tout contre l’intégralité du «système de domination patriarcal impérialiste et capitaliste» mais avant tout pour défendre le climat...qui lui ne revendique rien du tout vu qu'il n'a pas la parole pour défendre sa cause.

C'est brillant comme idée mais pas trop innovant. Celles et ceux qui ont vraiment souffert de l'année prolongée de pandémie sur le plan des salaires ne sont même pas conviés au bal et mis en avant dans la lutte finale... On cherchera longtemps ce que cette manif peut bien signifier de concret dans la lutte contre le capitalisme et pour une justice salariale entre toutes les couches de la population.

J'aurais été sans doute un fervent participant à ce genre d'évènement à une autre époque. D'autant que je devrais encore disposer de temps libre le 21 mai puisque mon job est toujours à l'arrêt forcé. C'était avant le covid-19 et surtout avant de constater que la discrimination sociale et salariale n'est pas forcément dirigé contre les femmes où les migrants mais qu'elle concerne surtout le secteur économique dans lequel évoluent les personnes. Des uns, la fonction publique, les professions de la santé, du bâtiment, de l'horlogerie et mécanique, et du commerce de détail, sont très bien servis et très bien défendus par les syndicats. D'autres, la restauration et hôtellerie, la culture dans une moindre mesure, sont en plein désert syndical et peuvent aller se faire voir chez les métèques pour savoir s'ils défendraient mieux les droits de ces métiers largement ignorés des forces de la gauche pastèque. Les indigènes de chez nous n'ont pas vraiment eu de chaudes larmes et des revendications forcenées pour ces professions abandonnées à leur triste sort tandis que le reste de la population puisse toujours vaquer à ses occupations le plus normalement du monde tout en gagnant son pain sans une seule perte financière, voir avec des primes sanitaires à la clef pour certaines et certains.

On pourra toujours nous suggérer que nous étions en vacances tandis qu'eux allaient au turbin et que la princesse nous nourrissait, nous logeait, nous blanchissait tandis que nous paressions dans notre canapé face à la télé, genre t'es pas bien au chômage mais moi j'aurais profité à fond d'une année sabbatique même à 80% de mon salaire. Normal, les salaires de ces personnes qui parlent un peu trop bien et souvent dans les médias naviguent en général à un niveau salarial du double voir du triple d'un cuistot. Se contenter d'un 80% de salaire cela n'aurait donc pas été si effrayant que ça.

Le 21 mai, on aurait pu voir des pancartes du style. "SALAIRES DE LA RESTAURATION A 80%, MISERE SOCIALE A 100%". Au lieu de ça on aura genre "VIEUX MÂLE BLANC DE PLUS 50 ANS, RACISTE, SEXISTE, COLONIALISTE, CAPITALISTE, CASSE-TOI DE MA VUE!"

Comme je crains de me sentir mal à l'aise au milieu de ce joli monde vu ma couleur de peau, mon genre, et mon âge, je pense décliner l'invitation à venir manifester avec des jeunes qui pourraient bien confondre mon visage avec celui d'un gros porc capitaliste qui a en plus profité à fond de la pandémie pour s'enrichir encore plus.

Il est parfois difficile de différencier un capitaliste blanc d'un pré-SDF dans la misère. Il suffirait que ce dernier s'habille façon dandy Baudelaire pour qu'il fasse genre petit bourgeois Blanc excentrique qui pleure encore dans les jupes de sa maman pleine de pognon.

Belle jeunesse, le combat est ailleurs et ni l'âge, ni le genre, ni la couleur de peau, ni le vêtement font le moine ou le salaud.

https://www.letemps.ch/suisse/21-mai-convergence-luttes-s...

 

 

 

10/05/2021

Vivement les arnaques sanitaires de l'été 2021

Quelle foire d'empoigne s'annonce pour cet été 2021!

A votre bon coeur M'sieur Dame. On verra de tout. Des âges différents pour les enfants testés obligatoirement au PCR avant de franchir toute frontière; des vaccins insuffisants à l'entrée de certains pays qu'il faudra doubler d'un test PCR à l'aller et au retour avec les sommes conséquentes à débourser; des soudaines flambées du virus qui verront se fermer bars, restaurants, lieux de détente, et discothèques au nez et à la barbe de touristes frustrés; des amendes salées pour celles et ceux qui ne seront pas en règles; des falsifications de documents des tests covid et de vaccins covid proliférant partout et semant encore davantage de zizanie; des états policiers qui courront après les fraudeurs et les arnaqueurs; des médecins peu scrupuleux faisant copain-copain avec leur clientèle moyennant quelques jolis dessous de table pour le financement du jacuzzi et de la villa, ce luxe supplémentaire et bienvenu valant bien un petit coup de pouce de falsification sanitaire pour leurs potes; des Etats qui se livreront à la guerre des tranchées sur la reconnaissance réciproque des vaccins. Et sans doute d'autres joyeusetés toutes plus absurdes les unes que les autres à lire dans vos quotidiens préférés de l'été prochain. 

On s'attend de plus à l'alarme au virus indien, des rentrées massives de gens affolés par la fermeture stricte de certaines frontières envisagée par des Etats paniqués voyant que la vaccination est peu efficace face aux satanés variants du Continent Indien. Les Chinois cherchant même à fermer la frontière au sommet de l'Everrest quitte, sans doute, à faire basculer dans le vide quelques sherpas himalayens originaires du Népal. Nous ne sommes plus à quelques meurtres et violences sanitaires près, n'est-ce pas? Pourvu que le pays soit défendu contre le virus.

Détendez-vous cher ami-e-s lecteurs et lectrices. Le mieux serait de quitter quelques années votre maison, votre travail, vos amis, voir même votre famille, et de vivre seul dans votre petite cabane au Canada. Au fin fond de la grande forêt, les ours, les saumons, les plantes, les arbres, vous tiendront compagnie et ne vous feront aucun reproche si par hasard vous amener le covid-19 dans vos bagages d'être humain désocialisé. Tout se passera à la cool. Vous n'aurez pas à présenter un test PCR à Monsieur Ours ni un certificat de vaccination à Madame Saumon. Vous vivrez en symbiose avec les éléments, vous ne serez plus un pestiféré et un traître à la nation pour non collaboration à la grande expérience vaccinale planétaire. Vous ferez partie de la faune et de la flore en sachant qu'au moins là aucun flic, aucune surveillance, aucune personne ne vous signifiera de garder vos distances avec vos congénères humains.

Il suffit que mon patron me jette à la rue pour refus à la vaccination et je crois que mon non-avenir est tout tracé. Vivre quelques temps et mourir au milieu de la nature avec quelques animaux et les grands espaces de liberté. Une fin plus heureuse en tout cas que de rester dans ce monde de cinglés et de dégénérés qui part en sucette.

 

Après toi, le déluge me désarme

Savoir que tu t'en vas

pour penser à ton avenir

c'est comme me dire

que tu me quittes

parce que je n'ai plus d'avenir.

 

Tu peux me dire que je suis trop vieux

pour fonder notre famille.

Tu peux me dire que je suis trop pauvre

pour offrir notre sécurité.

Tu peux tout me dire

sauf me dire que notre amour

n'a pas été assez beau et lumineux

pour résister à notre destruction.

 

Vivre sans ton amour

c'est enlever ma respiration.

Vivre sans ton amour

c'est tuer mon inspiration.

Vivre sans ton amour

ce n'est plus vivre.

C'est déjà mourir

et envisager la fin du bal.

C'est juste continuer la route

comme un navire à la dérive

finissant sa longue traversée

sur les récifs d'un île déserte.

 

Je suis fatigué de l'amour,

fatigué de la vie,

fatigué de ce monde

qui s'enfonce tête  baissée

dans la haute technologie

sans aucune philosophie

autre que consommer

pour se sentir exister

fermant toutes les portes

aux poètes romantiques

perdus en ce monde d'algorithmes.

 

Je t'imagine chercher l'amour

et donner tes sourires

à celui qui te redonne espoir,

à celui qui sortira son porte-feuille

pour éponger tes factures

et t'offrir un nouveau départ

vers un avenir possible,

une ouverture pour ton coeur,

un beau mariage, un enfant,

ton idéal.

 

J'attends ton téléphone

chaque jour.

J'attends ton message

chaque nuit.

J'attends ta voix

venir parler à mon oreille

et ton visage se poser

sur mon épaule

après l'amour.

 

Je déambule comme un fantôme

qui n'a plus de corps,

un spectre nocturne

frappé de plein fouet

par la locomotive d'un TGV.

Accident de personne

sans personne sur la voie ferrée.

Accident de personne

sans mort de personne à déplorer.

Juste un homme dans sa maison

qui a perdu toute sa raison.

Juste un homme sans horizon

qui s'est construit

les murs de sa prison.

Juste un homme

qui va et qui vient

sans savoir où il va.

 

Est-ce que l'amour

est toujours sans issue de secours?

Est-ce que l'amour

frappe toujours les grands brûlés

comme la foudre s'abat sur un chêne?

Est-ce que l'amour

sans ton érotisme et ta tendresse

ne peut devenir que folie et détresse?