19/02/2019

Nous allons tout refaire

 

Quand les murs

de la maison commune

sont devenus si usés et si laids;

que seules les images porno

et les insultes recouvrent les murs;

que seule la haine a su kidnapper

tous les mots, toutes les énergies

et que l'amour n'est plus magie,

n'es plus rien d'autre

que deux barbares nus

sur canapé-lit forniquant

dans la rythmique, 

qu'une triste illusion perdue

piégeant le gogo consommateur

pendu à ses textos conceptuels

chassant ses proies matérielles

pour leur planter ses vilains crocs

d'escroc dans le bas ventre

de ces filles dociles, futiles,

et bien trop faciles,

ces filles défenestrées

de leur goût romantique

captant l'argent

comme de pâles poupées robotiques

sans question existentielle,

sans goût de la philosophie,

sans attrait pour la poésie,

accroc aux plaisirs superficiels

totalement déconnectées

de leurs sentiments réelles,

creuses dans leur profondeur,

creuses dans leurs coeurs gelés

gouffre de glace et d'arrogance,

d'ultra-puissance et d'impotence

égaux à ces hommes se comportant

en gibier de potence

mais qui se prennent pour des rois,

des empereurs, des dieux,

maîtres des lieux,

maîtres du temps,

maîtres des esprits et des corps.

 

Ils ne comprennent toujours pas,

les maîtres pervers

et leur grand Jupiter.

Mais nous allons tout refaire

ce qu'ils ont défait

dans le seul but de mieux dominer

et soumettre les peuples

à leur loi d'airain.

Ils ne comprennent toujours pas

les maîtres pervers

et leur grand Jupiter.

Mais nous allons tout reconstruire

ce qu'ils ont détruit

avec leur produits dérivés

et leur système d'initiés,

leur charabia économique

et leurs écrans de fumée.

 

Nous allons leur réapprendre:

les liens humains,

les liens amoureux,

les liens d'amitié,

les liens intergénérationnels.

les liens avec la nature,

la Terre, le ciel, et les étoiles.

 

C'est un programme très ambitieux

mais d'une ambition romantique

qui ne s'arrête pas

à la mécanique pornographique

des corps et des esprits endormis.

Notre mécanique

est de cette mécanique quantique

qui fout le bordel

et allume les feux de joie

aux corps enchaînés,

aux esprits zombifiés,

et notre poétique cantique

se dirige vers la lumière

comme les plantes et les arbres

ont besoin de photosynthèse

pour restituer de l'oxygène

à ce monde étouffé

par tous ces gaz carboniques

carbonisant les peuples

sous des tonnes de com

au goût de merde raffinée

et de tromperie parfumée.

 

Je ne suis pas né dans les pommes,

ni dans les choux ni dans la com.

Je suis né pour parler et aimer

sans filtre et sans armure,

pour écrire des choses passionnées

qui affolent et scandalisent

le bourgeois hypocrite

taisant des vérités compromettantes

et pas trop reluisantes à entendre

et qui se drape dans une pudeur

aux odeurs pestilentielles,

son droit au silence et au secret,

et sa gêne apparente

quand la crudité de son monde

lui est jeté au visage

comme les yeux d'une fille

jette sa foudre et sa mitraille

à son amour quand il l'a bafouée,

trompée, méprisée, humiliée. 

 

Chaque jour et chaque nuit

deviennent une nouvelle page blanche.

Je repars de rien.

Mon hardware retient tout.

Mon software ne se rappelle de rien.

Et je recommence

à écouter la chanson

jusqu'à ce que la semence germe

dans ton coeur à l'unisson.

Jusqu'à ce que le blé mûrit

et remplit ton coeur de frissons.

Jusqu'à la mort,

ultime souffle de vie

pour que ton coeur vive

d'amour et de beauté,

d'amitié et de bonheur,

de liens retrouvés

et de joie partagée

au bout de notre horizon commun.

 

18/02/2019

Gilet Jaune...sans gilet jaune

Anti-système,

je ne suis qu'un poème

qui pose sa vie

sur un écran sans vie.

 

Anti-capitaliste,

je n'ai d'épargne et de dépôts

que des milliers de mots

jetés au vent

et des monnaies d'antan

qui forment mon bonheur

et mon malheur

tout en même temps.

 

Anti-mouton

et anti-dinosaure

je ne roule pas au diesel,

je ne roule pas en voiture,

je ne porte pas de gilet jaune

dans les foules

mais le jaune me parle

au coeur de ma vie.

 

Anti-impérialiste,

anti-fachiste,

et anti-communiste,

je ne donne jamais ma confiance

à l'idéologie

et aux idéologues

qui noyautent la liberté

pour prendre et garder le pouvoir.

 

Je suis un festival

antigel et antiguerre

qui ne se donne pas

aux haineux et aux pouvoirs.

Je vais mon chemin,

je manifeste avec les gens

quand je veux manifester,

je participe avec les gens

si je veux participer

et je me fous des jugements,

des préjugés, et des idiots

qui veulent ma mort

en voulant

réduire ma pensée au néant

et livrer mon corps au bûcher.

 

Ainsi va un homme en jaune

qui ne donnera jamais crédit

aux tueurs d'humanité

sous prétexte qu'ils seraient meilleurs,

plus beaux, plus forts, plus grands,

plus malins, plus intelligents,

plus aptes à diriger et à soumettre

les peuples et les êtres humains

alors qu'ils font la démonstration

de leur ignorance crasse,

de leur sectarisme, de leur violence,

de leur désir d'en conduire d'autres

au goulag, au peloton d'exécution.

 

La malveillance est la plaie du monde.

La bienveillance est l'éveil au monde.

 

Le monde est si mal dirigé

que l'empire vacille.

Le monde est si mal dirigé

qu'il faut se préparer

à revivre des heures sombres

qui auront raison de la démocratie.

 

L'argent et son pouvoir

a tout corrompu

y compris nos rapports humains

au sein des Gilets Jaunes.

Le complot est partout présent

au coeur même des gens.

Le complot mène le bal

et la confiance est perdue.

 

Fin des temps.

Qui serons-nous demain?

Un souvenir et nos traces laissées

sur la planète Terre?

Fin des temps.

Qui racontera l'Histoire de l'Humanité

si elle disparaît?

 

Si croire est une foi

alors les êtres humains

ont besoin de foi

pour chasser leurs démons.

Si croire est impossible

parce que la parole est mensonge

il nous reste alors le silence

et vivre dans une autre galaxie.

 

Ce matin

j'ai foi en ta guérison, mon ange.

 

 

16/02/2019

Si un autre monde est possible

 

Je ne me réveillerai jamais

dans un conte de fée

entouré d'un monde

qui a vaincu ses démons.

 

Je resterai cet homme

qui a passé sur Terre

comme un clochard

qui a mal vécu,

un homme de la rue,

un petit d'homme

qui a vécu dans la jungle

aux milieux des plantes

et des animaux sauvages

en regardant de loin

le village et ses habitants.

 

Eh!

Toi l'inconnu

qui veut ma mort,

je ne suis pas un gourou

ni un loup-garou.

 

Je vis loin du monde,

loin des gens,

loin des modes,

loin des haines,

loin de tout

comme habitant étranger

d'une autre planète

descendu dans ce monde

pour accomplir

je ne sais quoi

et n'y comprenant rien

à toutes ces guerres,

ces violences, ces déceptions,

ces amours avortés

qui finissent en eau de boudin.

 

J'entends sonner le tocsin

et je vois les incendies.

J'accoure pour secourir

non pour qu'on me mette

sur un trône de pacotille

mais pour éveiller

des coeurs endurcis.

C'est le gourdin

pour moi chaque jour

avec la dette à porter

envers ce monde comptable

et ses créanciers qui me pourchassent,

les coups de massue

qui s'abattent mois après mois

dans ma boîte aux lettres

depuis 30 ans,

le rejet, l'absence,

 

et depuis hier,

Toi,

l'arbitraire d'un type

que je ne connais pas

et qui se croit

tellement malin qu'il prend

ses pseudos chez les sept nains.

 

Miroir Miroir magique.

Qui est le plus beau?

C'est Blanche-Neige.

 

Ah! Heureux de l'apprendre.

Je ne suis pas

dans un concours de beauté.

Mais qui est Miroir Miroir?

Mais qui est Blanche-Neige?

 

"Crève le gourou!!!"

me dis-tu si gentiment.

 

Je suis un peu sorcier.

C'est vrai.

Mais je ne me mire pas

dans mon grimoire

pour nourrir ma haine

contre plus beau que moi

et je ne fais aucune magie

à part celle de laisser courir

mes mots sur l'écran.

 

Dis-moi plutôt

qui est le plus laid

en ce monde,

toi l'inconnu qui désire ma mort?

Dis-moi plutôt

si la haine nourrit son homme

de beauté et de majesté

quand elle se répand

comme un poison mortel

sur la Toile anonyme?

 

Mon amour est malade

et je suis malade d'amour

pour elle.

 

Mon amour ne vit pas avec moi

mais moi je vis avec elle

dans mes rêves chimériques.

 

Mon amour est malade.

Et si elle guérit de sa maladie

et que moi je meurs

de l'avoir porté à bout de souffle

jusqu'au temps de sa guérison,

je serai le plus heureux des hommes.

 

Du fond de mon lit,

je te le dis,

j'ai le mal de mer,

le mal d'amour,

le mal d'Ulysse

possédé par les sirènes

et son amour impossible,

sa solitude, et son retour

au pays rejeté

comme un vieux chien,

un clochard ayant perdu

tout pouvoir et toute séduction

auprès des siens.

 

Je ne vais pas reconquérir

mon village.

Je suis à l'abandon.

Que toi et les autres

me laissent mourir d'amour

avec mes illusions perdues.

 

C'est ce que je voulais

t'écrire,

 à toi mon frère ennemi.

Ton second commentaire

restera aux oubliettes de ce blog.

 

Car je n'aime pas

les anonymes

qui se trouvent des pseudos

chez les sept nains

en jouant le coup

du message haineux

au poison mortel.

 

 

14/02/2019

La Petite Fille de la Mer

 

Parfois, de nuit,

je l'aperçois descendre

au milieu des proscrits

vivant ensemble

au centre des ténèbres

parmi les frimas de novembre

loin de tous les gens célèbres

et de cette lumière médiatique

qui aveugle et rend satanique.

 

Sur son radeau d'argent,

la Petite Fille de la Mer

promet la lune

aux enfants des pauvres.

Elle danse avec sa voile rouge

portant le vent de la révolution

et elle descend tout doucement

dans les coeurs asséchés

pour les ouvrir à l'amour.

 

Ne me faites pas écrire

ce que je ne veux pas écrire

de ma plume dérisoire,

avec mon encre noire

qui s'éparpille sur le papier,

avec mon coeur de révolté

et de flibustier de la rime.

Ne me faites pas dire

ce que je ne veux pas dire.

Je ne suis pas là

pour l'insurrection des corps,

la lutte armée et la mort des damnés.

J'existe là

pour la résurrection des âmes.

 

Pour notre révolution,

il n'y a pas besoin

de faire couler trop de larmes

et encore moins besoin d'armes,

de crimes, de morts, et de sang.

Il nous faut un peuple à l'unisson

et du courage à profusion.

Il nous faut une fusion des coeurs

et des moissons dorées

d'amour au jour le jour

charriées à travers les prairies

et les villes portuaires.

 

Pour notre révolution,

il ne faut pas une kalach

qui frappe de sa vérité morbide

les puissances maléfiques

à coups de balles mortelles

en espérant que nos balles

soient moins assassines

que les leurs

alors que ce ne serait qu'un leurre,

qu'une menterie

que nous nous ferions à nous-mêmes.

 

Il nous faut cette grande révélation

à nous-mêmes,

cette déclaration d'amour

à la démocratie,

à cette liberté,

cette solidarité,

cette fraternité,

cette égalité,

que nous renions trop souvent

à chaque fois que nous voulons

prendre de l'importance

en montant les échelles du pouvoir;

à chaque fois que nous voudrions

dominer une femme

pour lui voler son sanctuaire

et la rendre soumise

à notre loi masculine

de maître-chanteur et seigneur,

de séducteur abuseur;

à chaque fois qu'un enfant pleure

quand ses parents se déchirent

parce que c'est la haine et la guerre

tout autour d'eux,

une terrible dévastation collective

et que des gens s'invectivent et meurent

devant ses yeux abasourdis

rougis de peur et de larmes,

et ses cris déchirant nos consciences. 

 

La Petite Fille de la Mer

attend son amoureux

drapée de son rouge carmin.

Elle voyage dans nos imaginaires

et nous donne du courage pour demain,

pour notre oeuvre révolutionnaire

tout en ténacité et en beauté,

tout en volonté extraordinaire

de changer ce monde tortionnaire

en réalité lunaire,

poétique, et magique.

 

A toi, le Gilet Jaune.

A toi, la Gilet Jaune,

lit ce petit poème

à tes enfants

en écoutant cette divine musique,

en regardant ces images chamaniques

en ce jour de Saint-Valentin.

 

51811975_2301830656514525_7793343421313187840_n.jpg

J'veux du soleil... et de la liberté

Ecoutez parler François Ruffin fait du bien. Son film "J'veux du soleil" consacré aux premières journées des Gilets Jaunes va faire un tabac sur les écrans géants.

Mais avant de le voir au cinoche, écoutez cette vidéo qui apporte de l'eau au moulin dans l'optique d'un changement de société profond à la fois dans les mentalités et dans les actes personnelles des citoyennes et citoyens.