21/08/2017

Sagrada Familia visée par les terroristes

Le monument le plus célèbre de Barcelone, la Sagrada Familia était la cible prioritaire des terroristes.

C'est ce qui ressort des investigations policières espagnoles quelques jours après les attentats qui ont endeuillé la Catalogne.

Ce bâtiment né de la folie artistique de l'architecte Antoni Gaudi et toujours en construction depuis...1882...et dont la fin des travaux est prévue en...2027 est sans doute une des merveilles architecturales les plus prestigieuses de nos temps modernes.

En visitant ce temple dédié aux dieux (si l'on se réfère aux éléments architecturaux de l'édifice, on y voit autant des références aux dieu(x) égyptiens, hindous, chrétien, musulman, juif, animistes, et même bouddhique avec ce personnage humain (et non déifié) géant se tenant sur une des arches du bâtiment et veillant sur l'édifice.

Après l'explosion des Bouddhas de Bâmiyân suivi des destructions des tours jumelles du 11 septembre 2001, il est probable que le but ultime des terroristes étaient de frapper en même temps et mortellement des milliers de visiteurs et visiteuses tout en détruisant un édifice qui fait partie du patrimoine de l'Humanité.

On ne peut même pas imaginer l'émotion mondiale que cela aurait provoqué si ce groupe de terroristes était parvenu à leur fin sans compter la haine, la division des communautés humaines portée à son paroxysme.

Il est temps que le monde se penche sur l'état spirituel de nos sociétés et des religions les plus en vue sur la planète. Il est temps parce que sinon, demain, il sera trop tard de vouloir réparer les dégâts. Sortir du silence hypocrite qui entoure l'islam sacré. Prendre son courage et son bâton de pèlerin pour libérer l'islam.

C'est maintenant et pas dans cent ans...

 

Le dernier repas autour de l'imam de Ripoll

Ils étaient douze

et pas un treizième

au prénom de Judas

pour jouer le traître

et dénoncer l'imam de malheur

aux autorités.

 

Pas de Ponce Pilate

pour se laver les mains

des crimes d'un faux prophète

condamné à la croix

par le peuple

pour avoir amené de jeunes disciples

à la folie religieuse,

à l'assassinat d'innocents

contre promesse

d'un paradis artificiel stupéfiant.

 

Pas de procès

fait à la religion

qui a conduit à tout ça.

Pas de procès

parce que la religion est intouchable,

parce que la religion est sacrée,

parce que la religion a inoculé

un poison mortel

dans l'âme de jeunes hommes

à la recherche d'un paradis perdu.

 

L'imam de Ripoll

est peut-être mort

dans l'explosion accidentelle

de bonbonnes de gaz

manipulées pour créer

un acte terroriste d'ampleur inédite.

 

L'imam de Ripoll

et ses disciples

étaient donc 13 à table

à la veille de la tuerie

pour célébrer dans la joie

et la bonne humeur les futurs attentats

et la mort d'innocents

et aussi leur mort en martyrs.

Inch'Allah.

Si Dieu le veut.

Sur Las Ramblas

et à Cambrils

la même hécatombe des rossignols

au nom d'Allah et de ses guignols.

Mais toujours pas

au nom des musulmans.

Parce que la religion est bonne

et qu'elle ne prône pas la haine.

Parce que la religion est bonne

et ne divise pas

entre celles et ceux qui auront accès au paradis,

aux orgies privatives d'Allah,

et les autres qui,

par leur sortie de la religion,

rejoindront l'enfer

et les bas quartiers des réprouvés.

Parce que la religion est bonne

et qu'elle domine le monde

du haut de ses puits de pétrole,

de ses milliardaires qui distillent

leur sectarisme et leur volonté

de dominer le monde

sous l'égide d'Allah

en effrayant les pauvres d'esprit,

en inculquant la haine et la division

pour mieux régner sur le monde

en maintenant l'ordre et la discipline,

le chaos et les guerres.

 

Le but de la religion

n'est pas de libérer

mais d'asservir le destin

de femmes et d'hommes

au profit d'autres femmes et hommes.

Le but de la religion

n'est pas de rendre meilleur

mais de détruire ce qu'il y a de bon

en la femme et en l'homme

pour les ranger dans une catégorie,

une communauté d'âmes supérieures

chassant les âmes errantes et poétiques

qui se sont éloignés de la religion.

Le but de toute religion

est de dominer le monde

avec des dogmes et des principes,

des dominants et des dominés,

des exploitants et des exploités,

des chefs et des obéissants,

des gourous et des disciples.

 

Eloigne-toi de moi, Satan.

Je suis poète et je le resterai.

Eloigne-toi de moi, Satan.

Je suis libre et je le resterai.

Eloigne-toi de moi, Satan,

je suis chercheur de lumière

et refuse ton obscurité.

 

Des sons et des filles.

Et puis, ne t'éloigne pas

de ton humanité.

Enivre-toi jusqu'au matin

avec une fleur érotique.

Crée ton petit coin de paradis

pour une heure, pour un jour,

pour une nuit.

 

Et fous-toi de tous ces fous

qui t'attendent à la sortie

avec leur projet assassin.

Ils ne voleront pas ta liberté.

Ils ne prendront pas ton âme.

Ils ne pourront pas détruire

l'insoumis, l'insoumise

qui est en toi

et qui prône l'amour,

la liberté, la fureur de vivre.

 

Demain, je peux mourir,

mais mes mots de révolté

vivront dans les coeurs insoumis

pour l'éternité.

 

Ainsi tu peux contrer

l'imam satanique

et ses douze disciples.

 

20/08/2017

Rendre aux humains l'état de poésie

"Si tu veux libérer Dieu de ses chaînes, si tu veux éviter les déchaînements de haine et d'ignorance des religions dites sacrées, retourne à ton état de poésie. Tu seras alors en vérité face à ton dieu, à celui qui agit à l'intérieur de ton être, à celui que tu pries, à celui à qui tu confies tes peines et ta volonté de t'améliorer en amour et en tout".

Les religions, entre autre l'islam, accusent bien souvent la poésie de sorcellerie ou d'émanation de Satan. Sa liberté, sa licence, son érotisme, sa beauté provoquent le courroux des maîtres à penser religieux, des gourous gardien du temple retenant Dieu prisonnier dans un temple, ou une mosquée, dont Dieu ne pourrait s'échapper qu'au prix d'une association avec Satan. En dehors de la religion, point de salut, tout serait erreur, mauvais jugements, égarements, subversions et abominations.

La religion, en premier celle qui se déclare la religion des religions, l'islam, serait en tout supérieure et démontrerait le chemin juste, la Loi de la justice divine, le déroulement parfait d'un bon croyant s'il veut sauver son âme.

Hors réduire Dieu à l'état d'un tyran est sans doute le choix le pire que l'être humain puisse faire au cours de son existence. Car alors, il y a de fortes chances qu'il, cet humain, agisse par mimétisme et reproduise son modèle d'adoration et devienne lui-même tyran, cruel, haineux, vengeur, courroucé, omnipotent, omniscient, et dominateur...cherchant à manipuler et à soumettre, cherchant à réduire l'autre en esclavage prenant la place du maître se référant à la loi divine pour asseoir son autorité et sa toute-puissance...

Rendre la liberté à son dieu intérieur, c'est lui rendre son état de poésie, de licence, et de subversion qui permet l'élévation de l'âme et de l'esprit, la bonté même dans les moments d'extrême douleur et de crise intime, la capacité d'empathie envers celles et ceux qui ont commis le Mal, la profondeur des sentiments en toutes situations, la noblesse du coeur chassant l'appel à la haine et la vengeance.

Si l'islam perdure dans sa supériorité censée être pour l'éternité une supériorité naturelle due au statut d'Allah et du Coran, l'islam perdra la guerre qu'il mène à l'Occident. L'islam doit retrouver l'état de poésie de ses grands poètes et artistes s'il ne veut pas disparaître des consciences humaines.

Ce n'est ni en assassinant ni en prêchant la pureté, le fascisme religieux, ni en prônant la haine des infidèles que l'islam vaincra et se libérera de ses chaînes. C'est en redonnant à l'état de poésie sa force de noblesse et de libération de l'Humanité que l'islam peut se sauver de la perdition et de sa propre disparition. Choisir la noblesse et l'ouverture d'esprit; rompre avec les dogmes les plus obtus et ridicules du Livre; retrouver sa force et sa liberté de conscience, son indépendance individuelle, sa source de licence et libérer la spiritualité musulmane en lui restituant, par la poésie, sa part sacrée et universelle, son désir infini d'amour et de richesse humaine.

C'est ainsi que le monde musulman devrait évoluer s'il veut se sauver du nihilisme et du cercle vicieux satanique dans lequel il s'est laissé entraîner par cette soif de supériorité et de toute-puissance qui l'entrave en enchaînant Allah à Satan.

 

19/08/2017

Pour éviter le pire, résiste par le meilleur de toi

L'avenir n'est pas écrit.

C'est nous qui l'écrivons.

Aucun dieu, aucune religion,

aucun gourou, aucun manipulateur

ne peut écrire pour nous

l'avenir.

 

L'avenir est un espace vierge

comme l'Amour.

L'Avenir n'appartient pas aux assassins.

L'avenir c'est toi, c'est moi,

jeune ou vieux,

femme ou homme,

enfant ou retraité.

 

L'avenir est un visage commun

qui peut prendre l'allure

de la beauté ou de la laideur,

de l'amour ou de la haine,

de l'épanouissement ou de la destruction.

 

Ne te laisse pas manipuler

par l'autorité de guides religieux

ou politiques ou économiques.

Choisis ton chemin singulier

en écoutant l'appel de ton coeur,

ta petite voix intérieure

qui est unique,

cette petite voix

qui te dit d'aimer

même quand ta vie est difficile,

même quand les gens

ne te comprennent plus,

même quand un garçon ou une fille

te laisse tomber pour un autre amour,

même et surtout

quand tu deviens insoumis

à l'autorité d'une loi, d'un roi,

d'un gourou ou d'un politique

et que tu cherches une autre voie

qui t'est personnelle et intime.

 

Personne ne te donnera le paradis.

N'écoute pas les illusionnistes

et les beaux-parleurs

qui veulent t'entraîner

dans leurs balivernes et leurs sottises.

Mais personne non plus

ne peut te condamner à l'enfer

alors que tu n'as pas agi en mal

contre tes soeurs et tes frères en humanité.

 

Tu as tout l'avenir pour toi

tant que ta flamme intérieure

brûle du feu de l'Amour.

Tu as toute la vie devant toi

tant que tu chasses la haine

de ton esprit et de ton coeur,

tant que tu bâtis des ponts

entre toi et le monde,

par la musique, l'art,

la poésie qui servent de résilience

et de gestes de beauté à tes souffrances.

Tant que tu suis ton propre chemin

et que tu refuses la manipulation,

l'imposition de dogmes

par des maîtres à penser

qui jouent sur les peurs et les haines,

jouent les petits chefs et les gourous

pour asseoir leur pouvoir

et dominer ta pensée,

ton savoir, ta liberté,

pour te soumettre à leur macabre autorité,

à leurs ordres, à leurs violences,

à leurs viols, à leur sadisme,

à leur cruauté, à leur satanisme,

à leur haine et leur fascisme,

tant que tu résistes à ces gens-là

dangereux comme des cobras pour ton âme

tu es du côté de ta propre intelligence,

de ton coeur et de ton esprit.

 

Tu es le maître de ton corps,

le maître de ton esprit,

le maître de ton coeur.

 

A toi, le jeune homme ou la jeune fille

qui hésite entre le bien et le mal,

entre l'amour et la haine,

entre la liberté et la soumission,

ce petit billet d'espoir

pour t'éviter de commettre

de terribles erreurs dans ta vie

qui t'amèneneront à ton auto-destruction

et à la destruction d'innocents,

au reniement de l'amour,

au reniement de ta propre Foi.

 

Ali, ton ami, ton frère en humanité.

 

 

Si Pascal Bruckner trouvait cet endroit...

 

"Jésus s'est trompé. Au lieu de monter sur une croix, ensanglanté, il aurait dû s'allonger sur un lit, devenir une fille publique..."

Pascal Bruckner, le Sexe doit être sacré, Grasset 2005

Le philosophe a une approche de l'amour qui me réjouit. Avec lui, nous voilà embarqués dans la dimension spirituelle, quasi mystique et religieuse, de la sexualité.

Jésus en fille publique? Il y était presque en côtoyant les femmes qui offraient leurs corps contre un peu d'argent et en scandalisant la religion juive d'alors en ne condamnant pas explicitement l'acte de fornication hors mariage mais en demandant aux religieux de lui jeter la première pierre s'ils n'avaient jamais péché, sous-entendu commis l'acte de chair avec une fille hors mariage, voir une prostituée...

J'adhère pleinement au fait que le sexe devrait être de l'ordre du sacré pour être pleinement jouissif et extatique. Je dirais même que pratiquer le sexe sans le couple c'est comme deux personnes qui pratiquent la mutilation d'une part de leur être pour satisfaire exclusivement le côté animal de la relation sexuelle. Baiser pour baiser ne conduit pas au nirvana. Baiser pour baiser conduit simplement à une auto-satisfaction de soi sans l'Autre et sans plénitude amoureuse. Donc à une sorte d'avortement de la séduction amoureuse au bénéfice d'une excitation passagère totalement vidée de sa dimension spirituelle. La chair est l'instrument de l'amour physique mais l'instrument de l'amour n'est pas la chair. C'est le coeur et l'esprit qui forgent les dimensions de l'amour et lui donne son feu intérieur et entier.

Si une fille publique avait les traits du visage de Jésus, elle serait celle qui sauve l'Humanité de ses délires de destruction. Et cette fille publique existe dans le coeur d'un poète. Elle donne toute la dimension du poète attelé à son art romantique et spirituel en étant amoureux de cette fille publique.

Le couple ne peut survivre dans cet enfer quotidien qui pousse à la haine, à la ségrégation, à l'exclusion que s'il retrouve la dimension spirituelle de l'acte de chair et non dans cette complaisance et cette jouissance d'une consommation effrénée de sensations pseudo-érotiques qui n'aboutit au final qu'à une excitation purement pornographique des corps en laissant de côté le coeur et l'esprit qui sont essentiels à l'épanouissement du couple.

La fille publique dont parle ce poète devient donc cette magnifique prêtresse de l'amour qui, loin de la condamnation et de la culpabilité, est capable de rendre à l'amour son côté sacré et universel. Jésus aurait du faire un stage dans les bordels et Muhammed lâcher son harem de femmes soumises, les rendre à leur liberté féminine, et rencontrer une femme libre et publique pour trouver la dimension de l'amour sacré en ne crachant plus le diable et la mort sur les infidèles...mais en cherchant la beauté cachée d'une femme publique bien plus belle que laide dans sa façon de vivre et d'aimer l'Humanité. L'Amour y aurait gagné en intensité et la quête moderne de l'amour en islam plus aisée.

A la fin, les religions monothéistes ne seraient jamais devenues barbares et inhumaines mais source de vie et d'élévation vers des sommets jamais atteints...

On peut toujours essayer dans une nouvelle dimension spirituelle du cosmos et de l'amour. Si l'Humanité veut bien se prendre la peine de lire de nouvelles choses sacrées...à la littérature de l'amour.

http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Desir/Articl...