29/03/2008

Entre le visible et l'invisible, la poésie forme un Pont de Grâce

La mort par accident d'un jeune garçon de 17 ans de Neyruz dans le canton de Fribourg la nuit du Vendredi Saint restera comme un drame dont la poésie a pris rendez-vous.

Personne ne sait ni le jour ni l'heure. Personne ne comprend pourquoi un jeune doit mourir. Il existe des événements qui semblent tomber sous le sens de Dieu. Y a-t-il un lien direct entre écrire un poème, un fait divers tragique et Dieu? A Benoît Schorderet, ses parents, sa familles, ses amis est dédié "Taking your love" écrit durant la semaine de Pâque et paru sur mon blog intime dimanche de Pâque en toute inconscience du drame.

Le sens de ta mort n'est explicable que par Dieu mais c'est ta main et la mienne, avant de mourir, qui ont signé des mots de vœux de paix universel pour toute l'humanité. Mon lieu d'origine est à proximité immédiate de ce qu'était ta vie. Mes larmes n'en sont que plus proches du mystère de ta mort. Ton départ au Royaume de Dieu est une arrivée pour une humanité en quête de spiritualité. Un Tibet indépendant, une Suisse qui a reçu du Ciel le leadership en faveur des droits humains, une humanité libre et démocratique.

Nous pouvons y voir que hasard, voir foutaises d'un homme allumé quand on refuse toute possibilité de transcendance . Cela fait pourtant beaucoup, beaucoup, beaucoup de hasards cumulés au fil du temps…

"Benoît, te voilà au jardin du Paradis. Continue à en prendre soin comme tu le faisais si bien dans ma classe". Une ancienne institutrice intervenant lors de la cérémonie d'enterrement.


16:06 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

La vie est parfois cruelle et si soudaine :(

Écrit par : Citations | 15/01/2010

Salut,Bravo pour votre sens de la précision ! Je me sens tout a fait concerné et partage d’autant plus votre point de vue. Votre site fait partie de mes favoris depuis longtemps, bonne continuation

Écrit par : greffe de cheveux | 25/02/2011

Les commentaires sont fermés.