13/04/2008

Réponse à Monsieur Zhang Yafei (Le Temps, 11.04.08)

Monsieur,


La Chine, si comme vous l'écrivez dans Le Temps, est une République et non un Empire, pouvez-vous alors nous expliquez pourquoi la démocratie y est absente, les droits de l'humain bafoués, les contestataires du pouvoir traités comme des singes (vocable utilisé par votre propre Gouvernement pour désigné le dalaï-lama et sa "clique de dangereux terroristes"?

Monsieur, je suis un grand admirateur de la culture chinoise, de son cinéma en particulier. Je déteste ce qui arrive à ce grand pays multiculturel en plein développement économique. Mais est-ce la faute des Occidentaux si la Chine n'a pas réussi, en cinquante ans; à accorder un statut convenable à ses minorités et à ses opposants utilisant la non-violence, leur droit à la parole, leurs contacts médiatiques à l'extérieur du pays (puisqu'à l'intérieur, leur accès aux médias est censuré)?

Combien de victimes faudra-t-il encore pour que le Gouvernement chinois reconnaisse sa propagande mensongère basée sur la mauvaise foi d'un parti dominant toutes les structures et les infrastructures du pays?

Autre question prioritaire. Pourquoi la Chine censure-t-elle Internet? Si le peuple chinois est bien informé de ses autorités, comme en Suisse par exemple, un Gouvernement ne craint pas les éventuelles désinformations qui se trouvent sur la Toile. Un Gouvernement solide est même capable de s'opposer avec dignité à un parti imposant, voir majoritaire sur le plan de la représentation politique, qui ne respecte pas forcément les règles démocratiques et en usant et abusant d'armes démagogiques…

Monsieur, un simple geste de bonne volonté des autorités chinoises suffirait à désamorcer cette crise et à faire des Jeux Olympiques de Pékin un grand moment historique du sport mais aussi un moment unique de l'avancée de la démocratie à travers le monde. Je crains cependant que, comme tous les gouvernements trop autoritaires, vos autorités soient trop rigides, trop respectables, trop peu humoristiques pour accepter de lâcher du lest dans une certaine bonne humeur entre frères et sœurs du même pays. Pourtant je rêve de voir le dalaï-lama raconter une bonne blague de Chine à votre Président en lui confiant que c'est le yéti, ce grand singe imaginaire et abominable homme des neiges, qui a inspiré les âmes pour réussir la paix entre frères et sœurs chinoises…

Votre Gouvernement à la possibilité de marquer le monde par sa générosité, son esprit d'ouverture, son win spirit. Ce qu'il a réussi dans les affaires commerciales, il peut le réussir en faveur des droits humains. Wait and see… La Chine protège son honneur et son intégrité territoriale. L'Occident pointe son index sur les atteintes aux libertés démocratiques. Il ne semble pas qu'il y ait incompatibilité d'humeur pour un rapprochement des positions. Les diverses populations d'un même pays se soudent entre elles quand la majorité reconnaît aux minorités leur droit à exister et à penser autrement au sein de la grande famille humaine.

Je vous prie d'accepter, Monsieur, mes salutations pleine d'espérance.


Jean-Marie Gumy, free world citizen


P.S. Mme Jiang Yu , porte-parole des affaires étrangères chinoises prône le dialogue avec le dalaï-lama, "homme violent qui refuse jusqu'ici le dialogue avec le Gouvernement". Nous sommes en plein surréalisme. Je recommande au dalaï-lama d'utiliser désormais le treillis militaire et la kalachnikov comme Ben Laden pour preuve de sa non-violence caractéristique… Il ne faut jamais retourner une omelette chinoise dans l'assiette tibétaine de son convive sans l'avoir prévenu que vous aviez du casser des œufs de poule pour la réussir… Pensée non violente bouddhiste au pays d'un Helvète. La non-violence est d'abord un acte résistant à toute tentative de pouvoir absolu. La non-violence est donc psychiquement acte de violence objectif envers toute personne ou organisation politique, économique ou religieuse qui ont fait de leur organisation un réseau totalitaire croyant imposé ses idées, au besoin, par le mensonge, la corruption, la force armée, le crime…

16:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.