12/05/2008

Les cachots de l'esprit et autres hypocrisies ambiantes

"On a peur d'attraper le sida, mais on a peur aussi d'attraper le sexe, tout simplement, on a peur d'attraper quoi que ce soit qui ressemblerait à une passion, à une séduction, à une responsabilité. Et, dans ce sens, c'est encore le masculin qui est le plus profondément victime de l'obsession négative du sexe. Au point de se retirer du jeu sexuel, harassé d'avoir à assumer un tel risque, fatigué sans doute aussi d'avoir assumé historiquement pendant si longtemps le rôle du pouvoir sexuel." Jean Baudrillard, Ecran total, Galilée (1997) in Lire Mai 2008


Xavier Bagnoud, œnologue en chef valaisan, riche commerçant, propriétaire immobilier reconnu et politicien corrompu aux charmes féminins est-il si scandaleux dans le paysage actuel des élites qu'il mérite radiation du PDC? On peut se poser la question à l'heure où le commerce sexuel n'a jamais aussi bien fonctionné que cela soit dans les milieux d'affaires, politiques ou sportifs. Le seul vrai reproche à faire à ce politicien un peu trop généreux avec de belles dames vénales, c'est d'avoir pas bien choisi une de ses partenaires amoureuse et de n'avoir pas su s'empêcher de faire l'idiot avec une ligne de coke devant la caméra. Quand on défend une politique répressive en la matière, c'est pas très malin. Mais le papa lambda de notre société ne dit-il pas à son adolescente de fille que le porno c'est dégueulasse et à éviter si possible tout en visionnant à l'occasion des cassettes X en cachette ou alors que l'alcool c'est nocif alors que le même papa prend de temps en temps des cuites magistrales?

Un élu doit-il être un saint et défendre les dogmes de ses choix politiques de manière absolue? Nous ne sommes quand même pas à l'Eglise ou bien? Un politicien n'est pas encore un curé ou alors bonjour les dégâts. Dans les cachots, il y aura de nouvelles affaires Fritzel qui germeront. Laissez respirer l'humanité, critiquez, opposez-vous à des idées et des comportements mais n'excluez pas les gens de leurs convictions et de leurs engagements dans la société s'il vous plaît. Tant que le comportement individuel n'a pas atteint un certain degré criminel et condamnable sévèrement par la justice, il est dangereux d'exclure un homme ou une femme de ses responsabilités sociales. Car l'exclusion agit sur les esprits comme un acte répressif et collectif sur la société. Et les gens alors se mettent à camoufler de plus en plus leurs comportements occasionnels limites voir marginaux. Hors c'est au début des comportements déviants que l'on peut éventuellement éviter le pire pour la suite. Fritzel prit la main dans le slip au début de sa relation incestueuse n'aurait jamais pu mettre à exécution son plan machiavélique et dramatique. Xavier s'est fait piégé? Il faut lui laisser sa chance de se construire mieux à l'intérieur de ses propres structures mentales et sociales. L'exclure c'est prendre le risque qu'il fasse pire encore.


Cet homme peut-il rester crédible? Peut-il continuer en politique? Il faut peut-être se demander combien de leaders politiques, de têtes économiques, de puissants (leur refus de tirer sur l'ambulance Bagnoud est révélateur) qui tiennent les rennes du pouvoir ont des parcours pas pires ni meilleurs que cette personne et restent toute leur vie en haut de l'affiche parce qu'ils savent, ou ont su, jouer ruser. C'est comme dans les contes de fée. Pour croire à l'amour, il faut croire au prince sans taches. Ne serait-il pas temps de changer d'époque, d'assumer nos vies aussi dans les recoins sombres de notre humanité, et de regarder la vie autrement, c'est-à-dire avec ses dérapages, ses aspects de petits matins glauques et ses grandeurs? Le PDC pète-t-il finalement plus l'esprit que l'UDC qui veut voir le monde en noir et blanc? On dit vraiment n'importe quoi dans ce monde stupéfiant.

Le pire encore est d'apprendre par un cinéaste qui a osé faire un film, ô le kamikaze, que le milieu journalistique est un milieu féodal et clanique où la hiérarchie est absolument respectée, comme à Rome! Que fait-on de la liberté d'expression dans le temple même de la liberté d'expression? Comme à l'Eglise: que fait-on de Dieu dans le temple même de Dieu? Des affaires sortes, d'autres restent planquées sous le tapis, d'autres encore sortent et c'est le dénonciateur qui est puni de licenciement par l'entreprise médiatique qui couvre le dénoncé alors que la justice renifle du côté coupable d'actes illicites, donc le dénoncé!… Le monde est en pleine confusion comme à l'aube des révolutions…

Xavier Bagnoud prend ses actes pour des nécessités, soit l'exact contre-pied de l'illustre Lénine qui écrivait: "La Révolution exige la concentration des énergies (…) Elle n'admet pas l'excès des plaisirs sexuels qui est un défaut bourgeois, un symptôme de décomposition." Et dire que nos grands écrivains soixante-huitards trouvaient Lénine sexy… Quelle faute d'esprit, d'intelligence et de goût! Quelle hypocrisie également. On dirait Calvin en chaire et, camouflées sous les crucifix, dans la sacristie, les partouzes et les baisades – immondes parce que accusées dans le même temps par des servants de messes pratiquants du culte moral officiel – des apparatchik bénissant le prédicateur, petit père du peuple, délivrant son message spirituel d'ordre, de propreté, et de stabilité. Lisez les artistes de 08'Art. Vous allez les trouver en chair et en os au septième ciel accompagnés de beautés vénusienne appelant à vous libérer de vos chaînes sociales… C'est Mai 08. Qu'est-ce qu'on se marre, cher Dany le Rouge. Sous la Grande Bleue, l'absinthe. Les filles culs par-dessus têtes et les culbutes comme barricades contre l'asphyxiant ordre établi… Maintenant, ce cher Général Blocher peut-il mettre fin aux gauloiseries des écrivains rebelles… Peut-il réussir son come-back? A voir. Nos enfants lancent les pavés libérateurs avec leurs parents contre les parents et les enfants des milieux conservateurs botuliques qui encaissent derrière leurs boucliers. Quarante ans plus tard, les mêmes ont toujours envie d'en découdre. C'est parfaitement enivrant.

On ouvre le forum. La démocratie n'est certainement pas arrivée à son âge adulte. La plume a besoin de vos lumières, chères lectrices et lecteurs. On commence par la théorie du verre d'O glacée. Il est cinq heures, Paris Hilton Xavier Bagnoud sniffe de la coke et trempe son bouchon dans la bouteille à cancres. Mais de quelle bouteille s'agite-t-il? aurait transmis le Belge Magritte dans Les Amants de 1928, une autre année en 8, huitante ans plus tôt…


1276685454.jpg 


Pravda la Survireuse, l'héroïne qui détruit le vieux monde.

1903723838.jpg

 

Printemps de Prague 08.

On va quand même pas se laisser écraser par les tanks conservateurs.

Ou bien?

14:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.