12/05/2008

Les smokings et robes de soirée reposent dans la paix de leur housse

571033692.jpg


"Les smokings et robes de soirée reposent dans la paix de leur housse."
De Hières-les-Palmiers à Amstetten la Cité du Diable

 


L'homme était propre en ordreinspirant confiance et respect.

L'homme avait déjà incendié et violé,

peut-être même tué et dissimulé.


Mais la société n'en voulait pas à cet homme.

Il avait même pu ouvrir un hôtel-restaurant,

preuve de son certificat de bonnes mœurs.

Il avait même reçu la visite des autorités locales

pour fêter ses noces d'or.


Il partait aussi en Thaïlande.

Pour faire quoi? Protéger des adolescentes?

Mais l'homme est manipulateur et menteur,

dit tout et son contraire et avoue avoir "agi par protection".


Il avait aussi adopté de drôles d'enfants dans sa maison

dont personne à part lui ne connaissait le père.


L'Etat n'avait presque jamais poursuivi cet homme.

Au contraire, avec cette drôle d'adoption,

on lui avait offert le bon dieu sans confession.


Pourquoi des hommes monstrueux inspirent-ils confiance

aux concitoyens et concitoyennes

alors que d'autres qui rêvent d'amour et de jouissance

sont relégués dans les oubliettes

de la méfiance et de l'abandon?


Au donjon, on jette les révolutionnaires.

Au cachot, on relègue les tortionnaires.

Mais au château on préfère encore

les bourreaux du bas aux libérateurs du haut.


Pourquoi avoir élu démocratiquement Hitler et crucifié le Nazaréen?


Pourquoi la caravane médiatique

circulent-elles dans les interdictions générales de l'enfer

et n'explorent jamais les surprenants chemins du ciel

qui apparaissent dans certains écrits poétiques?


Pourquoi Elisabeth, âgée de 19 ans, a suivi Joseph, son père,

dans cette cave sordide après sa récente fugue,

dont elle n'a jamais voulu énoncer l'origine aux autorités?


Un animal suivrait son instinct et viderait son sac s'il le pouvait.

Pourquoi la société inspirait-elle plus de crainte à Elisabeth

que son horrible père incestueux et machiavélique?


Pourquoi la mère d'Elisabeth

n'a pas été un rempart et un refuge à l'horreur?


Pourquoi la ville restait muette devant cette étrange cave?


Dans les bunkers psychologiques

se nouent les drames individuels et les suicides collectifs.

Mais les gens préfèrent encore blâmer la liberté d'expression

de ceux qui en disent trop sur eux et sur leurs vies

et les crucifier, si nécessaires, sur l'autel des interdits médiatiques.


Peut-être qu'un jour

il faudra accepter la liberté de ceux qui en disent trop;

afin de chercher les nouveaux espaces de compréhension

qui empêcheront demain les bunkers d'étouffer

les individus et les populations.



liens: www.elfriedejelinek.com/ www.niaquemedia.com

14:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.