12/05/2008

Un film X privblick sur le Léman Bleu comme acte révolutionnaire

Inventons un nouveau mot: "le privblick" pour un acte d'ordre privé étalé de toute ses grandeurs, ou couché de ses langueurs vertigineuses, si vous donnez votre préférence au tennis plutôt qu'au rugby, dans les médias.

Le privblick prend de l'importance chaque jour un peu plus dans les mœurs. Nous avons toujours préféré prendre les devants. Montrez une partie forte de notre intimité de façon volontaire plutôt que ce soit les médias qui nous rattrapent un jour ou l'autre et qui nous donnent pas du tout raison en nous accablant à la sauce Bagnoud. Nous avons été éliminé de la place publique pour cette audace. Sommes-nous devenus plus monstrueux, plus moches, plus stupides, incapables d'analyser la société, pervers absolus, tortionnaires de jeunes demoiselles timides et sans aucune personnalité? A vous de juger. Cela fait quinze ans que nous vivons dans une prison symbolique dressée par un certain cercle médiatique que nous respectons et apprécions par ailleurs…

Le problème du privblick c'est le consentement et le devoir d'assumer de toutes les parties. Jusqu'où ce que j'accorde aux autres, aux inconnus, à la société en général est partagé par mon entourage, mes partenaires de vie, de jeu, de combat? C'est extrêmement complexe et risqué, nous le savons, car nous touchons à la personnalité de chacun/e. Mais comme la nitroglycérine, l'instabilité de la matière peut aussi être maîtrisée par de bons chauffeurs on the road again. Une vie sans humanité autour de soi, ce n'est pas une vie; c'est un affreux goulag qui s'enferme dans ses fantasmes sans possibilité de transmettre un message d'importance au monde. Nous n'avons encore jamais fait l'amour avec des poupées mécaniques qui ne posent pas de questions, qui ne se révoltent pas, qui disent ni oui ni non. Et nous ne le ferons jamais. Alors nous n'avons pas trouvé d'autres moyens d'expérimenter notre art qu'avec des personnes bien réelles. Victimes consentantes…ou actrices extraordinaires?

Avez-vous envie d'en débattre une bonne fois pour toutes les autres où l'on s'est lamentablement raté et ignoré durant toutes ces années endeuillées de nos incompréhensions réciproques?

14:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.