06/07/2008

E(u)ro foot 2008 - 17 juin

Mardi 17 juin: "Köbi or not Köbi, telle n'aurait jamais dû être la question."

 

Mardi 17 juin. " Notre petite sauterie est tombée à la mer. Champagne! C'est son anniversaire. Watergate helvète! Je suis avec elle près de la place fédérale au M***, en face du Mac Donald. Toute l'équipe devrait chanter "Happy Birthday" en l'honneur de l'entraîneuse roumaine. Il ne se passe rien du tout. Elle a préparé de jolis petits canapés. Je suis arrivé avec deux gros gâteaux. Le match débute. Elle me donne l'accolade sans trop d'enthousiasme. Elle me tourne déjà le dos, visage pointé sur l'écran. C'est ce qui s'appelle marquer un but contre son propre camp. Soudain, elle me sert un peu de caviar, un peu de saumon fumé. Les filles tapent dans le magnum de champagne. Mais qu'est-ce qu'elles footent! Elles vont me coûter les yeux de la tête toutes ses nanas payées pour causer à des spectateurs qui n'en ont plus rien à branler auprès d'elles. A la mi-temps, on se retire dans les vestiaires et on discute techniques de massage et grand pont d'O. Lauriane Girl, sa voisine de pallier, n'est pas blonde mais demande à 007 un rôle dans sa prochaine mission. Nous devrions faire un match d'entraînement dans la cabine. Quand on revient, les espionnes nous regardent et se disent que ces deux-là, c'est l'amour platinique qui les fera champions d'Europe d'écoutes internétiques. Au bar, attendent déjà impatiemment quelques joueurs de dames. J'ai plus du tout envie de voir tous ces remplaçants oranges, qui pèsent vraiment pas lourds, fouler sa pelouse de luxe et retourner sa motte comme des amateurs de kebabs. KafKa, mon chien, approuve. "Il faut marquer avec ton cœur pour la gagner et la garder, ton entraîneuse. Il faut tous les atomiser, la presse, les lâches, les silencieux. Tout le reste, c'est de la littérature héroïque" me confie-t-il, au coin de l'écran. Je me sens comme un poisson frigide. Michaela de l'Ange me porte depuis si longtemps dans son cœur que cette drôle d'histoire me fait penser à une autre gonzesse de littérature. Soudain sur l'écran de mon imagination, Miruna, Miruna encore, Miruna toujours! Une deux avec Coca-Cozma, ça passe!!! Retour sur Mirunaaaa! Arghhh! Coca-Cozmaaaa, une Okocha russe du bout de ses cheveux d'ange, incroyable ! Passe géniale à Lolita. Goaaaaaaal! Service très bien compris de la nymphette. Van der Sex tombe. Nabokov s'élève. Van der Garce, l'arrière central, se marque un incroyable orgasme solitaire! Goaaaaaaaaaaaaaaaaaal! One to One! Two for Two! Freedom for young woman!

 

Je suis de piquet dans sa nuit littéraire. On n'a même pas fait l'amour. Comment rendre notre foot plus attractif? Elle n'y croit plus à notre histoire, ou si peu, comme l'entraîneur roumain qui ne veut pas faire entrer son avant-centre sur le terrain. Le foot, c'est comme l'amour. Si tu n'y crois plus, c'est foutu. Tu joues sur la défensive. Tu regardes ton partenaire d'une drôle de façon, les yeux absents, l'attention ailleurs, du côté du bar, par exemple, où ça s'passe. C'est la fin. Ils ont perdu. Elle est triste. Elle n'a même pas mis les bougies et le feu d'artifices sur les tourtes. Vite! Il faut d'urgence trouver d'autres mots d'amour, comme par exemple: "Yé Milky. Commande un deuxième magnum. J'ai reçu une invitation de la T.V. Mon blog connaît un énorme succès. Notre vie va changer." Je suis incapable de lui raconter de tels âneries le jour de son anniversaire et celui de la défaite des Roumains. Je devrais pourtant jouer la frime mais je n'ai pas pris mon jeu de poker menteur avec moi. Et puis je n'ai déjà plus de tune car elle a fait sa Roumaine. "Alors, mon cadeau, tu me le donnes?" Si les roms savaient jouer comme Milky, ils pourraient retrousser leur traversée de la Manche qu'un seul jour par mois et regarder les matchs de foot les 29 autres. Et Genève serait propre en ordre comme le Matin Orange aime. Je n'ai jamais vu, en Suisse, des trains pareillement orange. Quelle cruauté! Le maître de la vague orange, submergé par ce brasier humain! Le révolutionnaire à trop bien réussi son coup. ça pue la cendre pour lui. Je vais partir. J'ai aussi mon train qui attend sur le quai de gare. Des supporters oranges montent l'escalier et vont s'asseoir pas loin au bar, à côté de Milky, toute petite jupette bleue ciel couvrant son string…orange, évidemment. Au Suivant! chante Brel et M. Chédid. Aux dernières nouvelles, elle a reçu beaucoup d'amour et d'oranges pour son anniversaire maison fêté en prison, ma Milky. Peut-être même toute l'équipe batave dans la salade d'oranges pour un conclave particulier. Mais ça, c'est ma parano habituelle qui travaille. Viagra, le triple champion du monde en amour, est banni des terrains médiatiques, et pour cause. Il a le cul dans la tête à longueur de journée et la tête dans le cul à chaque fin de soirée. Mais ça, c'est un mensonge diffamatoire sur sa personne qui arrange bien du monde pour le garder éloigner des terrains officiels des médias." J.E.

 

picture020.jpg

 

picture062.jpg

 

Ph. Senderos: "Le Cri", soudainement l'art rattrapa la réalité foot…

Les commentaires sont fermés.