06/07/2008

E(u)ro foot 2008 - 22 juin

Dimanche 22 juin: "La Nati s'est d'abord noyée dans une grande daube commerciale. Les discours entendus, les mots rabâchés, toujours les mêmes: "nous serons champions d'Europe, nous jouons bien, nous nous entendons à merveille, nous formons un vrai groupe, etc.", ont coulé la nation dans un flot publicitaire permanent. Ils auraient pu nous vendre les yeux fermés une poudre à lessive réservée aux ménagères, nos champions d'Europe. C'est maintenant que le linge sale va passer à la machine. Sous l'ère Hitzfeld, déjà rebaptisé Blitzfeld. Et là, fini la foire commerciale et les galipettes T.V. Commence la qualification dans la sueur et les barreaux intimes que les joueurs se sont eux-mêmes créés…En Afrique du Sud, les éclairs surgiront de la nuit. Et la Nati fera ce qu'il faudra pour conquérir sa liberté tentée maladroitement sous l'air de Köbi. Elle sera admirable. Foi de poisson rouge. Merci du spectacle, la Nati. Vous avez fait un formidable travail…de perdants et Zubi nous a montré que même critiqués à fond, les boulettes des champions forment les meilleurs chats en cage. Et les médias restent ce grand terrain universel de poker menteur… Et puis, comme ultime vacherie faite à Köbi, du moment que la perle noire de l'équipe, Djourou Bidou, n'avait plus sa place de titulaire dans la défense, je l'aurais bien mis devant à la place de Von Lente. Sous la pluie, je crois que ses yeux auraient illuminé la nation entière. Lui, il n'était pas du tout blessé, il respirait la vraie niaque, et il sait jouer au ballon rond comme une merveille d'enfant de la rue. Djourou Bidou en demi offensif, Patrick Müller, le revenant, tenant la baraque derrière avec Senderos, Zubi au but, le triple poker d'as manqué par Köbi qui l'aurait propulsé roi des entraîneurs européens et notre pays en demi-finale de l'Euro. J'ai le spleen pour ma Suisse car personne ne croyait en elle à part Scoubidou Bideau. Et maintenant que Yakin et Djourou vident leur sac et que les journalistes leurs reprochent leur manque de classe, je me demande ce qu'aurait été la Nati si ses enfants gâtés avaient parlé avant la compétition.

Mais pourquoi je te parle de foot alors que je vais perdre mon grand amour de l'Est par manque de visibilité people…Pour faire divertissement sur ma catastrophe perpétuelle et te faire un peu rire avec l'espoir que tu nous soutiennes, elle et moi. L'humour est l'élégance du désespoir disait l'Autre. Remarque, j'écris un peu comme Köbi entraîne. Je ferais mieux de mordre les rédacteurs en chef de la nation comme Fati le fait affectueusement avec ses joueurs. Il n'y a que cette méthode qui marche en ce monde. Les pressions directes. Le reste, c'est du pipi de chat idéaliste. En attendant, l'Espagne passe, passe et repasse. Luis Aragonés, dit le dragon de Barcelone, a raison. Ce n'était pas du tout un bordel hispanique planté dans le jardin italien, ce match pitoyable. Peu de jouissance et pas de belles balles kaniques flottantes plantées sur des escarpins vertigineux pour attirer le passant et lui donner envie de participer au jeu de passes croates inoubliables. La prostitution c'est comme la fumée. Tu peux pas l'interdire. Mais tu peux faire de la prévention et trouver les moyens de rendre le métier plus libre, plus rythmé et jouissif. Mais n'oublie pas mon frère: plus tu fumeras, plus ton cancer banquier progressera, et plus les filles te délaisseront une fois sur la paille. Un Havana, cher ami? En demi-finale, les Russes vont devoir se méfier de l'armada espagnole des passeuses. Dans le même temps, l'EPFZ a mis au point un simulateur de penalties pour l'équipe de Suisse. Putain! C'est pas vrai. Si les Suisses n'arrivent plus trouver le point G(oal) de la balle pour marquer, ils peuvent prendre des Zubinettes gonflables en silicone comme gardiens de but. Elles ne risquent pas d'être beaucoup secouées. Mais moi je ne regarderai plus leurs films pornos et j'irai pratiquer le foot en Sibérie avec Milky. On déclenchera, sur l'aile droite, un big réchauffement climatique et un papillon orange au brassard noir, appelé Apollon, déferlera trois jours plus tard au centre d'Amsterdam avec 20 millions d'euros in the pocket comme goal de consolation. D'ailleurs, la finale se profile déjà glaciale. Russie-Allemagne. Cela ne te rappelle-t-il pas l'époque érotique des grands Empires et la débâcle allemande de Stalingrad? Je vois bien Moscou et sa Place Rouge ressemblée à Milky Way en cas de victoire: une ville à l'apparence fermée, distante, glaciale qui s'ouvre enfin aux folies bergères d'un maître Merlin. C'est le réveil de la grande curée médiatique, n'est-ce pas l'Italie qui s'est prise une dégelée…J.E.

 

picture048.jpg

 

"Et moi, je suis tombé en esclavage de ce sourire, de ce visage.

Et moi, je lui ai dit, sur cette plage, emmène-moi."

 

picture031.jpg

 

Hanne van der Woude (Pays-Bas, 1982)

"On espère toujours être différent tout en faisant partie

d'un groupe pour ne pas être exclu."

in Le Temps, L'essence de l'adolescence, 13 juin 08

Les commentaires sont fermés.