18/11/2008

La crise économique, une chance pour le climat

On a vu récemment dans la hausse du cours du pétrole, une chance pour les énergies propres. Nous étions sans doute dans l'erreur. Une hausse telle que nous l'avons connu signifiait une surchauffe sur la consommation de pétrole. Donc l'exact résultat inverse de ce que l'on voulait croire.

La brusque chute du cours signifie une offre bien plus forte que la demande. La catastrophe de l'industrie automobile américaine, européenne et japonaise va nous obliger à devenir super inventif avec des budgets drastiquement réduits. L'homme développe souvent un vrai génie d'innovation dans ces moments-là. Il ne cherche plus à développer davantage ce qui marchait déjà, il cherche un nouveau chemin révolutionnaire.

Je pense que si l'humanité survit à ce désastre économique, demain nous dirons un immense merci à cette crise qui nous sauve d'une surconsommation affolante et absurde accélérant la destruction de la biosphère.

Notre capital premier, c'est notre cerveau. Sans lui, nous ne sommes pas des hommes capables d'économie, d'innovations technologiques, de création d'emplois. En faisant confiance à notre cerveau, nous ferons confiance à la vie. La supercherie actuelle sera démasquée et nous vivrons tous dans un monde meilleur et plus respirable. On peut être un champion, un numéro 1 mondial, sans devenir une machine à détruire le monde ou à détruire sa propre santé et celles des autres. Encore faut-il avoir un regard plus authentique sur ses propres performances et sur celles du monde en insistant sur sa liberté de penser, en imaginant une façon plus humaine de compétition entre nous.


Demain, l'entreprise commerciale fera confiance à ce genre d'humanité.


picture031.jpg


La géographie de Dieu

et de tous ses saints

Sefer Yetzirah (XVème siècle)

19:39 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.