08/03/2009

Berne, Session parlementaire, 8 mars 2009

Une femme qui donne son corps à un homme, on appelle ça faire l'amour pour l'amour;

Une femme qui loue son corps à un homme, on appelle ça faire du cul contre du fric.

Et si aimer, honorer, respecter une femme était beaucoup plus complexe que ça?

Le sexe et l'argent du sexe ne sont parfois qu'un prétexte pour arriver à l'extase partagée entre deux êtres.

 

picture027.jpg

 

Au M***, ils ont rendez-vous et pratiquent leur culte.

Avocats, banquiers et politiciens, tous cultur sex cult.

Au M***, il y a tes fesses.

Tes fesses divines qui leurs disent la messe.

 

Leurs histoires de beaux gosses riches

te font oublier notre espoir de ruche.

Mais je continue, gratis, d'informer

ces gens qui chloroforment notre amour.

 

En pleine session parlementaire printanière,

tes fesses me parlent sans commentaire.

 

Photos-0013.jpg

 

Comme Armelle au carmel,

tu n'as plus jamais le temps.

Mais qu'arrive-t-il donc à notre printemps?

 

A l'heure de l'eucharistie,

Un gorille stupide poserait, par haine, une bombe.

Un écrivain écrit "peace & love" à sa colombe.

 

Le jour où tu ne t'en foutras plus,

c'est que tu m'aimeras riche et reconnu,

 

Que tu resteras à proximité

pour cultiver notre bel amour partagé.

Et que mes sermons de chair

tu en feras un paradis et des éclairs,

des perles odorantes de sueur

et des averses de pluie en profondeur

qui inonderont ta rivière de tous les saints de Dieu.

 

Photos-0007.jpg

 

Où alors, qu'en secret, un banquier aura su t'enlever

grâce à ta pipolisation discrète et bien élevée.

 

Et que moi, laissé pour compte,

passé par pertes et profits

dans le bilan helvétique de leurs bons comptes,

Je serai devenu leur ami vaseux et déconfit,

disparu facilement tel Guillaume Tell

en martyr de la liberté et en souvenir de toi.

 

Tous ces beaux notables, ils font bande à part.

Et leurs tralalas outils avec toi, mon cœur d'amour,

me soulèvent l'estomac. Je brûle au bûcher!

Et craque l'allumette dans la cheminée

en supputant que tu communies body body avec eux.

Ils se fichent bien d'un SDF redescendu de ses croix.

 

"Le sac et le ressac de la mer

nous font marée de rires."

A quoi qu'on sert sur ce bateau "le Messie"

si mon otarie pratique désormais de belles orgies

avec les oligarques helvètes?

Tout un manuel vert diplomatique

et le Tapis Merz

pour le dire aux Amériques,

via le Secret des Banquises.

 

Photos-0006.jpg

 

Vite une belle et soyeuse peau d'ours

pour faire le tour de l'amour en quatre-vingt jours

avec la bande de copains et copines des Marquises.

Nos oligarchies bancaires visionnant notre festin

en formant une belle banquise autour des miss.

 

Est-ce que ça te révolte, ô lecteur?

 

Et vous, jeunes femmes de beauté,

l'amour n'est-il plus pour vous une priorité d'absolu?

 

picture013.jpg

 

En Amérique, un jeune homme, naturellement beau,

est mort solitaire dans un bus esquimaux.

Une histoire vraie d'Amérique devenue film culte.

 

Une fougère dans la grand voile d'Alhingi.

Un BUS colorié vert sur les reflets des vagues alanguies.

Et trois vertes clefs où apparaissent trois filles cultes.

Sur la pointe, on peut y lire secrètement trois fois le mot:

 

E V E

 

picture024.jpg

 

Miracle de l'Helvétie.

Vie réelle et rêvée d'un poète suisse

tombé au champ de bataille sous les feux de l'amour.

 

à Clémence, étudiante lausannoise anonyme,

prostituée intermittente,

qui a compris les limites

de la libre expression théâtrale

et le triste sort réservé à celles et ceux

outrepassant par l'art leur identité déclarée.

 

Et si cela changeait en mai pour nous?

Unique espoir d'un happy end

Car à gagner mon combat dans un ou vingt ans

à l'intérieur de ce train congelé,

et d'avoir attendu si longtemps

le permis jouissif de descendre sur le quai publique,

ma divine oiselle, ma comédienne d'amour,

aura braconné sa vie dans le train de luxe d'un financier.

 

"Attention banquier! C'est du vent.

En fanfare, Adrienne.

Trop tard."

(sur vos radios préférées, à entuber à tue-tête

et tête-bêche sous votre douche matinale.

Bonne humeur et tout désespoir confondus)

16:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.