18/03/2009

Fishing, ou la leçon immorale des dragueuses de fonds

Comme des méduses montées au bar

elles dansent du ventre

sur le radeau disloqué des copains d'abord.

Elles nous médusent, abusent

des hommes rivés aux glorieuses performances

sexuelles, matérielles et professionnelles.

 

Elles nous marchent dessus couchées sur le ventre.

Histoire de nous rappeler in situ

qui commande en ce monde de fous.

 

Et puis, elles nous donnent du plaisir,

et nous font souffrir avant de partir.

Ailleurs.

 

Elles sont nos frangines de déroute,

nos eldorados, nos mirages,

nos muses et nos ruses.

 

Elles gagnent sur tous les terrains.

Elles nous dévorent.

Comme des mantes religieuses

elles nous laissent morts sur la route

en nous redonnant l'espoir de vivre.

 

On entend de partouze

les stridences des belles sirènes.

Dans les villes, à la mer, à la campagne, partouze.

A quelle profondeur allons-nous encore plonger

avant de retrouver la terre ferme?

A quelle hauteur stratosphérique allons-nous voler

avant de retrouver le plancher des fermes?

 

Nous, les hommes.

 

Fantaisies solitaires.

"Madame a cessé d'être douce."

Et s'amuse aux soirées fuckerware.

 

Mais ces pêcheuses d'océan salé,

avec quel type d'hommes

restés debout au champ de bataille

feront-elles demain les bébés d'eau douce?

 

Franchir ta ligne vagino

et gagner ton cœur de Bucarest.

 

L'homme attend des réponses

de l'autre côté de ce mur virtuel.

Dans sa vie réelle,

il attend…

 

Michelle, je t'attends, ô femme amoureuse.

Laisse à la mer ta peau béchamel de murène

et pose enfin ta tête sur mon épaule pérenne.

 

Un jour polar, long de cinq ans, avait passé

avant qu'ils bâtirent l'hacienda en Espagne.

 

picture023.jpg

 

Ton poisson rouge dans l'aquarium

presque mort, mais pour toi, vif comme un gardon.

 

picture029.jpg

 

Fishing! J'ai mordu à ton curaçon, Milky Way.

J'aimerais que sur ton bateau dragueur

tu rejettes maquereaux et requins

pour que je sois en sécurité près de toi.

23:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.