18/03/2009

L'année électroptique

Elle m'a SM Sé:

"J'ai envie d'un sac DKNY,

besoin d'une autre valise,

et refaire mon demi-tarif.

Si tu me donnes 1000 roses, ce dimanche,

je fais un effort,

je viens chez toi le prochain dimanche."

 

J'ai SM Sé:

"J'adore ton sms, ma chérie.

DKNY, ça fait des canailles en français.

T'as de la chance que ton gangster vire littéraire

sinon ça ne marcherait plus entre nous deux.

Si tu présentes tes amaryllis à la table du bistrot,

je te mets un sac dans ton sac

et je rempote mille roses dans ton jardin.

Donne à boire à ton oiseau du paradis

et son bancomat fera cui-cui.

Quand est-ce que tu pratiqueras le demi-tarif

et mieux encore l'abonnement général

dans l'Intercity avec ton confetti officiel?"

 

Et tu ris. Et tu t'en fous.

On n'a même pas fait l'amour.

Tu voles, et tu t'envoles avec les hommes,

de Genève à Zürich via Berne,

passe ton passe-temps favori.

Si les mâles étaient devenus des diamants,

tu séduirais leurs vitrines pour dérober le cœur.

Mais comme ils sont restés des charbons financiers

et ménagers tu brises cash leurs urgences

en t'achetant des babioles sans importance.

 

"La nuit, je mens.

Je prends des trains à travers la plaine.

Je prends des trains,

et je m'en lave les mains."

 

Et même si je te dis que tu flingues ton gangster,

tu riras et me demanderas la lune pour tes fringues.

 

L'amour moderne connaît son âge d'or

au coin des rues de plus en plus louches,

Chercheurs de hasard aux pièces d'or

tombent les filles qui sur les matelas se couchent.

 

"Première à éclairer la nuit.

Vénus. Vénus. Vénus."

 

"C'est l'année électroptique, mon p'tit vieux."

Cette invention fatale vient d'elle.

 

picture022.jpg

 

Lis-tu dans le jeu des banquiers, ma chérie?

On voit toutes ces lumières sur la piste.

Les filles de cabaret apprennent le mal d'artiste,

dématent les voiles des garçons-cravates

en relevant le code de leurs numéros bancaires.

Sous le vent, leurs jupettes précaires relevées

jettent l'amer à la mer

sous des jacuzzis de champagne.

 

Vois! Leurs quilles excessives qui vacillent

dans ces eaux glaciales si graciles.

 

Ernesto quitte le class america UBS.

Est-il tard, si tard, trop tard?

Demaré monte à la barre.

Luna Rossa, en tête, vire tribord.

 

Ô public chéri,

une histoire d'amour,

ça démarre quand,

ça démarre comment?

 

Manque de balises, manque de Bashung.

 

L'amour brise-glace

L'amour cœur

L'amour cul

L'amour fric

Toujours l'amour

et un peu plus de solitude dans nos vies.

 

Secret bancaire dont la vie nous bouscule.

 

"Mais il est seul. Un jour l'amour l'a quitté.

Il voyage en solitaire et il chante la Terre."

 

"Un jour je te parlerai moins,

jusqu'au jour où je ne te parlerai plus."

 

"Pour m'aimer, mon chéri,

tu dois payer le prix de mes menus,

comme au restaurant."

 

"Un jour je t'aimerai moins

jusqu'au jour ou je ne t'aimerai plus."

 

"Pour t'aimer, je vais gagner ma place financière

en Helvétie, et dans le monde entier, ma chérie."

 

"Parce que tu vois, ils vont sentir l'obligation

d'ouvrir la porte de l'An Fer."

 

"Tu réalises, Drika? (elles rient)

Mon chéri écrit de la poésie,

fait de la politique et prend des risques. Il a du talent.

Patience mon amour, je sais qu'on va y arriver."

 

"Un jour, je te chérirai moins

jusqu'au jour où je ne te chérirai plus."

 

Manque de balises, manque de Bashung

O chaos structuré. Achtung!

23:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.