22/03/2009

La Suisse en guerre économique; la planète en effervescence

 

S'il y a une vertu à cette crise mondiale, c'est bien celle de sortir la Suisse de son perpétuel rôle de neutralité et de sa situation de réduit alpin au cœur de l'Europe.

 

Contrairement à la guerre meurtrière de 1914 – 1918 et 1939 – 1945, le monde occidental a déclaré la guerre au secret bancaire, à son manque de transparence, et non à la population suisse. Et les ennamis principaux sont l'Amérique, l'Allemagne et la France. et toutes les nations d'Europe à quelques petites exceptions près. Rude le combat! Mais pas perdu.

 

Heureusement, il ne s'agit que de gros sous, pas de gens, en tout cas dans cette phase de crise. Notre démocratie helvétique possédant de solides remparts sociaux.

 

"En Bourse, on doit sortir son porte-monnaie pour s'exprimer. On réfléchit davantage." Le prix de la clarté afin de préserver la sphère privée, l'indépendance des Etats… et la paix civile. Konrad Hummler a visé juste par quelques traits d'esprits bien assénés.

 

Les Etats mettent d'ores et déjà beaucoup d'énergie à la récupération des fonds évadés vers les paradis fiscaux. En Suisse, l'UBS est attaquée à la fois par les Etats que par des privés. Ce n'est sans doute pas le meilleur moyen de quitter la crise et de retrouver confiance et sérénité pour la Finance. Si nos banques sont perpétuellement attaquées, elles ne donneront aucun signe positif sur la durée pour notre économie réelle comme celle de la Bourse. La diplomatie suisse ne devrait-elle pas engager des discussions autour de l'évasion fiscale qui mènent à une situation d'ouverture autant à l'avantage des détenteurs de comptes frauduleux qu'à celui des Etats lésés? Pourquoi ne pas négocier une amnistie fiscale pour toutes celles et tous ceux qui avouent et font preuve désormais d'une transparence financière? Pourquoi ne pas exiger des repentis, en retour de cette amnistie favorable pour eux, d'engager, sur une durée de dix ans au moins, la valeur réelle des impôts dus jamais versés ainsi que la valeur de l'amende virtuelle qui aurait été normalement perçue dans des fonds verts (pourquoi pas le projet "désertec" par exemple)?

 

Vouloir sévir et punir nous rappelle que lorsqu'on lance des bombes sur les immeubles et allume les lance-flammes sur les populations, nous détruisons et réduisons le monde en une vallée de deuil, de larmes et de cendres. Si cette guerre économique ne se transforme pas rapidement en paix des braves, nous risquons forts de connaître d'énormes désillusions et de vraies guerres qui n'auront plus rien où si peu à voir avec les papiers valeurs d'aujourd'hui. Cela sera une catastrophe autrement plus douloureuse pour tout le monde.

 

Ne pas être jaloux de la richesse du voisin, c'est déjà trouver la sérénité en soi.

 

Monsieur le Président Obama, votre aura mondiale est déjà bien établie. Il vous serait assez facile de parler en faveur de mesures fiscales qui avantagent d'abord la mise en place urgente de l'énergie verte de demain. La crise nous donne un sacré coup de main. A nous de saisir cette opportunité. La révolution verte ne doit pas devenir une destruction d'êtres humains mais une rénovation de nos manières d'agir et de faire. Une hygiène de vie individuelle pour tous; pas un pouvoir hygiéniste centralisateur, dominateur, destructeur qui nous rappellerait sans doute dramatiquement la position eugénique du pouvoir hitlérien. Le mythe de la race pure a toujours mené l'humanité à des catastrophes humaines. Ne pas stigmatiser les fraudeurs mais les aider à se reformer par la force de la loi.

 

A nous d'imaginer qu'un autre monde est possible à condition de ne pas s'acharner sur des boucs émissaires qui pourraient très bien devenir des pères missionnaires de la révolution verte avec l'aide de notre compassion.

15:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Je ne suis pa là pour faire de la pub ou spammer votre blog . Je vous rejoins sur certains points mais l'approche pourrait être un peu dífférente. La guerre économique dont vous parlez est une guerre monétaire et la "faillite" d'un sytème. Je vous conseille de jetter un coup d'oeil sur
http://visionecofacile.blog.tdg.ch/ La fraude monétaire... est notre problème

Écrit par : bleulacleman | 23/03/2009

Les commentaires sont fermés.