22/03/2009

La Suisse en guerre économique; la planète en effervescence

 

S'il y a une vertu à cette crise mondiale, c'est bien celle de sortir la Suisse de son perpétuel rôle de neutralité et de sa situation de réduit alpin au cœur de l'Europe.

 

Contrairement à la guerre meurtrière de 1914 – 1918 et 1939 – 1945, le monde occidental a déclaré la guerre au secret bancaire, à son manque de transparence, et non à la population suisse. Et les ennamis principaux sont l'Amérique, l'Allemagne et la France. et toutes les nations d'Europe à quelques petites exceptions près. Rude le combat! Mais pas perdu.

 

Heureusement, il ne s'agit que de gros sous, pas de gens, en tout cas dans cette phase de crise. Notre démocratie helvétique possédant de solides remparts sociaux.

 

"En Bourse, on doit sortir son porte-monnaie pour s'exprimer. On réfléchit davantage." Le prix de la clarté afin de préserver la sphère privée, l'indépendance des Etats… et la paix civile. Konrad Hummler a visé juste par quelques traits d'esprits bien assénés.

 

Les Etats mettent d'ores et déjà beaucoup d'énergie à la récupération des fonds évadés vers les paradis fiscaux. En Suisse, l'UBS est attaquée à la fois par les Etats que par des privés. Ce n'est sans doute pas le meilleur moyen de quitter la crise et de retrouver confiance et sérénité pour la Finance. Si nos banques sont perpétuellement attaquées, elles ne donneront aucun signe positif sur la durée pour notre économie réelle comme celle de la Bourse. La diplomatie suisse ne devrait-elle pas engager des discussions autour de l'évasion fiscale qui mènent à une situation d'ouverture autant à l'avantage des détenteurs de comptes frauduleux qu'à celui des Etats lésés? Pourquoi ne pas négocier une amnistie fiscale pour toutes celles et tous ceux qui avouent et font preuve désormais d'une transparence financière? Pourquoi ne pas exiger des repentis, en retour de cette amnistie favorable pour eux, d'engager, sur une durée de dix ans au moins, la valeur réelle des impôts dus jamais versés ainsi que la valeur de l'amende virtuelle qui aurait été normalement perçue dans des fonds verts (pourquoi pas le projet "désertec" par exemple)?

 

Vouloir sévir et punir nous rappelle que lorsqu'on lance des bombes sur les immeubles et allume les lance-flammes sur les populations, nous détruisons et réduisons le monde en une vallée de deuil, de larmes et de cendres. Si cette guerre économique ne se transforme pas rapidement en paix des braves, nous risquons forts de connaître d'énormes désillusions et de vraies guerres qui n'auront plus rien où si peu à voir avec les papiers valeurs d'aujourd'hui. Cela sera une catastrophe autrement plus douloureuse pour tout le monde.

 

Ne pas être jaloux de la richesse du voisin, c'est déjà trouver la sérénité en soi.

 

Monsieur le Président Obama, votre aura mondiale est déjà bien établie. Il vous serait assez facile de parler en faveur de mesures fiscales qui avantagent d'abord la mise en place urgente de l'énergie verte de demain. La crise nous donne un sacré coup de main. A nous de saisir cette opportunité. La révolution verte ne doit pas devenir une destruction d'êtres humains mais une rénovation de nos manières d'agir et de faire. Une hygiène de vie individuelle pour tous; pas un pouvoir hygiéniste centralisateur, dominateur, destructeur qui nous rappellerait sans doute dramatiquement la position eugénique du pouvoir hitlérien. Le mythe de la race pure a toujours mené l'humanité à des catastrophes humaines. Ne pas stigmatiser les fraudeurs mais les aider à se reformer par la force de la loi.

 

A nous d'imaginer qu'un autre monde est possible à condition de ne pas s'acharner sur des boucs émissaires qui pourraient très bien devenir des pères missionnaires de la révolution verte avec l'aide de notre compassion.

15:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Papamobiles bis (Sylviculture au Temps)

 

Dans le mot papamobile, il n'y a pas le mot pape mais le mot papa. Cela voudrait-il tout dire bien des choses? Que le futur pape du monde sera papa? Restons sérieux, car le sujet est des plus sérieux.

 

Madame Arsever se demande, à juste motif, comment le pape actuel, personne mondialement connu par son statut et pour son attachement au Bien sur cette Terre en si grande souffrance, peut-il prendre le parti du sida et de la mort avant même d'avoir posé ses mocassins sur la terre africaine?

 

C'est terrible à dire. Soit ce pape pense, à l'instar de Ben Laden et ses petits copains, que le paradis et les vierges à déflorer sont au Ciel, qu'il est donc préférable de mourir en martyre du sida que de vivre dans le "péché" avec la chance de vivre et d'aimer longtemps, ce qui est insensé de la part du premier représentant du Christ qui prêchait l'amour, la non-violence, et qui a tant choyé Marie-Madeleine sur Terre…; soit qu'il estime que les Africains sont malsains baiseurs invétérés, qu'il faut ou les chasser d'une existence terrestre, ou leurs imposer un mariage monogame et fidèle, si ce n'est une abstinence rigide, en maintenant dans leur mémoire terrorisée la menace d'un sida mortel, sorte de châtiment effroyable forcément envoyé de Dieu, pour qu'ils arrêtent, ces gais lurons, de forniquer de ci de là.

 

Suivez le guide culinaire jurassien des affaires pornographiques. Vous aurez peut-être de sulfureux services divins qui vous tombent gratis du ciel via l'Internet. La papamobile moderne roule en vert sur des fils électriques imaginaires, grâce au Saint-Père Electricité qui est au Ciel. Et comme bientôt le projet www.desertec.org va démontrer que les mirages les plus fous sont parfois les plus réalistes pour l'humanité, nous pourrons vraiment croire au miracle de Dieu. Le buisson ardent n'est-il pas une création high tech parfaitement électrisés sortie du désert?

 

Merci Sylvie, tant qu'il y aura de la vie et des femmes, il y aura de la sylviculture. Et puis, maintenant que le fils de Dieu apparaît régulièrement sur un fauteuil matelassé quelque part en Amérique du Sud, Dieu a peut-être voulu signifier au monde entier qu'il est tend de remettre son fils Jésus le trompettiste sur le siège papale en compagnie de sa jolie poule au minois d'ange et cheveux blond qui joue à la perfection son rôle de cor en ut majeur dans l'orchestre symphonique des êtres humains.

 

Marie-Bas-de-Laine prie pour ton fou de Jésus. Sa tête ne tient qu'à ses miracles littéraires qui vont bientôt être rémunérés à prix trébuchant… Mais à quel prix? S'il se fait crucifier par tous les cinglés qui sont restés bloqués quelque part sur l'autoroute de Pâque il y a quelque deux mille ans, tu auras l'héritage assuré mais pas ton p'tit vieux.

 

Il me semble avoir retenu de la vie de Jésus qu'il faisait l'éloge des êtres humains passionnés, engagés, libres, responsables, respectueux et amoureux. Qu'avec cette attitude dans la vie, les miracles se produisaient. Ce samedi 21 sur les ondes de la RSR1: "Staff banda Bilili", "Très très fort", l'album, "Je t'aime", la chanson. Au zoo, des quinquas paralysés de Kinshasa assis sur des chaises musicales, des enfants des rues, des animaux du zoo… et un disque miraculeux. Les paralytiques se lèvent, et il n'ont pas besoin des propos schizophrènes et hors de notre temps du pape actuel pour suivre le chant de Jésus. Un siège vaticanesque pour tout ce petit monde musical. Et que le monde se décide de faire du Vatican un lieu de musique sacrée plutôt qu'un Temple de vieux radoteurs qui n'ont pas su quitter leurs nostalgies bibliques. C'est dur à dire parce qu'ainsi on se fait jeter du monde des Chrétiens, mais c'est un devoir d'être humain d'oser défendre un point de vue radicalement opposé aux visions papales.

15:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

18/03/2009

Pape et préservatifs, pas bon, pas bon le ménage

Pape et préservatifs

Pas bon, pas bon le ménage.

 

Papa a dit: "Mets la capote mon fils."

Pape a dit: "abstinence dans la décapotable"

 

Mon fils a dit: "capote et décapotable,

ça faisait bon ménage avec la fille."

 

Pape et préservatifs

pas bon, pas bon le ménage.

 

Maman a dit: "Respecte la fille, mets la capote."

Pape a dit: "le préservatif c'est pas la solution."

 

Mon fils a dit: " la fille avait déjà la solution.

Elle avait prévu un condom dans son sac."

 

Pape et préservatifs

pas bon, pas bon le ménage.

 

Et la capote miraculeuse a pété.

Alors est apparu l'enfant Jésus tout bébé

et dire que si le charpentier avait utilisé le préservatif

sa Marie n'aurait jamais accouché de Dieu.

 

Pape et préservatifs

pas bon, pas bon le ménage.

 

Pape et préservatifs

pas bon, pas bon le ménage.

 

Docteur Fellation, tu nous donnes la rythmique?

 

picture007.jpg

 

Docteur Fella en pleine abstinence…

23:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Besoin de ton taxi, ce soir

Dans la file du bar,

Défilé de jambes nues provisoires.

Descendre de la gare,

perdre mon chemin dans ce noir.

 

Bachi-bouzouk

bâché soldat Bashung

trouva l'Orient dans ce souk

 

Help Taxi!

Besoin de ton taxi, ce soir.

 

Nuits bleues ensemencées de sperme.

Odeurs glauques de biture et cloaques.

Impression fétide de batterie à la ferme

où les poules donnent chairs à claques.

 

"Madame Rêve"

 

Bachi-bouzouk

encensé soldat Bashung

trouva l'Orient dans ce souk

 

Help Taxi!

Besoin de ton taxi, ce soir.

 

Dans l'enfilade du bar,

étoiles enfileuses enfilent

leur coton de Zizibar

pour trois cents dollars.

 

Bachi-bouzouk

insensé soldat Bashung

trouva l'Orient dans ce souk

 

Help Taxi!

Besoin de ton taxi, ce soir.

 

Sur la piste néon du lupanar

défile son corps haute-couture.

Essaye divers mâles costards,

ne trouve pas l'été sur mesure.

 

"Madame Rêve."

 

Bachi-bouzouk

décédé soldat Bashung

trouva l'Orient dans ce souk

 

Help Taxi!

Besoin de ton taxi, ce soir.

 

Plus envie te voir traîner dans les bars;

Entraîneuse descendue du ciel, amoureuse.

Plus envie de ce trop long roman de gare;

Désire mon traîneau pour entraîneuse.

 

"Monsieur Rêve"

 

Bachi-bouzouk

décoré soldat Bashung

trouva l'Orient dans ce souk.

 

Help Taxi!

Chauffeur, c'est Noël.

Please, 17 Avenue du Paradis.

 

picture021.jpg

 

entraîneuse, muse, coach des poètes bashungiens

23:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Bleu Bashung

Une chanson qui ne finit pas. Pour laisser une ouverture, un espoir, une couverture à un enfant qui a froid. Une chanson écrite comme dans les contes. Sur un trapèze, une vie vacille, se laisse choir de chair dans l'azur. Il y a des histoires d'amour qui ne finiront jamais. De celles qu'on apprend à apprivoiser sur un poste FM. C'était un grand frère, dormant, absent, non envahissant, non dominateur. Juste ce frère de sang qu'on a jamais connu en chair, et qu'on regrette de voir partir, comme une part de nous-mêmes. J'aurais pu le voir et le toucher, au chant du Gros en 2004. Il n'était pas encore assez important et vital pour moi. Chair de poule. Des frissons dans tout le corps. Un sentiment profond que sa petite entreprise continuera entre lui et nous. Un zeste de citron, une framboise, une couronne de miel, la gravité d'un monstre sacré. La légèreté sauvage et sensuelle d'un homme-enfant. Bleu Bashung, un label aussi haut, aussi beau que Brassens, Brel et Ferré. Un artiste difficile d'accès, un homme d'excès, mais un frère simple, doux, si près de nous. Un immense artiste qui honorait d'abord la Femme et son public.

 

picture020.jpg

 

colorés collants

collants coulissants

coloriés colorants

en couleur tu décolles

 

colibri coulissant

elle en satin bleu collants

à califourchon décollant

au ciel de ce bleu pétrole

 

émoustillants collants

sa minijupe jaune affolant

tes couleurs bleues copulant

colorant carmin à sa corolle

 

où le rose a des reflets bleus polissons

sur son cheval d'arçon

dépose son corps curaçon

 

picture027.jpg

 

Si Joséphine n'avait pas aimé le tungstène

Bashung n'aurait pas été ce beau gosse de scène.

 

"Ligne blanche, toujours, toujours, toujours.

Mon ange, je t'ai puni

à tant te sacrifier."

 

"S.O.S. Amor"

 

picture010.jpg

 

GABY, OH GABY!

Choc de l'image et du décalage de la poésie

"On pissait dans les taxis… la vie quoi!"

A. Bashung

23:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)