05/04/2009

Evasion fiscale, qui va payer la facture d'U.B.S. au fisc américain?

Neuf milliards de francs. Tel serait le montant exigé par le fisc américain pour garder le secret sur les milliers de comptes de clients américains selon "SonntagsBlick".

 

Qui va payer? Les actionnaires de la banque? Les contribuables suisses? Si ce sont ces derniers, nous proposons un nom tout neuf pour les payeurs d'impôts au boulot chaque matin que Dieu fait: les distribuables. Cela évitera de mêler l'injure au sang et à la sueur promis par tous les Gouvernements du monde à leurs citoyens. Et toi, t'aimes bien jouer au conbomat corvéable à merci pour les riches déjà très riches et recevoir en retour leur mépris, leur sens civique inexistant ou déviant, leur arrogance et leur ignorance?

 

Erreur! La crise n'est pas pour tout le monde. Il faut une réelle redistribution du gâteau des richesses par une transparence plus visible des flux d'argent. "Qui mérite plus et qui profite trop". Jusqu'à aujourd'hui les bonus ont été redistribués à des gens qui ont monté des structures basées sur l'arnaque ou sur des risques interdits. Quand un alpiniste se promène sous une corniche en plein midi, il sait très bien qu'il joue avec sa vie. De même quand il s'attaque sans assez de compétences à des zones pourries de la roche. Hors nos grandes consciences financières ont fait exactement cela. Et qu'arrive-t-il? Elles se mettent à l'abri et touchent encore des bonus, couverts en plus par le silence coupable des politiciens. La corniche et les roches pourries sont tombées, elles, sur les travailleurs qui perdent leurs jobs et qui vont payer plus d'impôts encore. Non et non. Le grand patron de la Migros n'a pas raison. Qu'il dise d'abord que les saboteurs de climat social paient pour la crise qu'ils ont eux-mêmes provoqué et que les consommateurs bosseurs retrouvent un peu de soleil dans leur porte-monnaie. Sinon il ne faut pas s'étonner que les patrons qui se sont saoulés de pinard et roulés des pelles aux filles noyées dans le champagne soient séquestrés dans des taxis. Help, taxi!

16:53 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.