05/04/2009

Promotion des énergies clean tech: le cash & carry green market enterprise

L'économie clean tech doit se lancer au plus vite dans une nouvelle économie de service.

 

Pour se faire, reprenons le système du change des monnaies dans les gares ou les banques. En lieu et place de la Bourse, les énergies clean tech utiliseraient des écrans "Vente / Achat" représentant le cours des entreprises comme nous avons le cours des devises. Installés dans les banques et les gares ou encore sur Internet, cela permettrait à tout un chacun d'acheter des bons d'entreprises ou de retirer de l'argent liquide contre les bons acquis précédemment en fonction des cours fluctuants du jour. et en fixant également des délais minimum de reprise des bons à 30 jours, 6 mois ou une année en intégrant une taxe à la moins value en fonction de la rapidité du délai des échanges de bons au guichet.

 

Un système à mettre en place avec sa commission de surveillance du cash & carry green market enterprise (CCGME). Indice CCGME, valeur des entreprises entrée au CCGME affichée minute par minute sur les écrans. Calcul automatique, électronique et sûr de la valeur des bons échangés.

 

On pourrait même imaginer, un peu plus tard, des cafés bars CCGM, genre mini bourses décentralisées sur le modèle des PMU pour les surfeurs aimant les ambiances de jeux. Cela couperait la chique aux traders un peu trop gourmands qui ont créé des pyramides sur des fortunes colossales gérées par eux, en se servant au passage à coups de dizaines de millions de dollars en bonus et qui, une fois les dégâts établis, se sont lâchement retirés du jeu en disparaissant dans les paradis artificiels avec le pognon des autres.

 

Et ainsi, à partir de fr.100 euros par exemple, une simple carte d'identité, et un plafond maximum sans déclaration exigée de l'origine de la somme, tout le monde pourrait investir dans le clean tech de manière nouvelle, ludique et efficace. Les entreprises vertes pourraient rapidement prospérer et les petits comme les gros investisseurs obtiendraient des perspectives de retour sur investissement plutôt favorables et très mobiles. Les non initiés pourraient sans grande connaissance du marché participer en prenant un risque limité de pertes tout en espérant une plus-value intéressante sur les sommes investies.

 

L'unité monétaire mondiale de référence pour ce nouveau marché pourrait donc être le tournesol (se réf. à d'autres articles). Qu'on essaye d'en parler dans la presse à défaut d'inviter le fameux et fumeux Professor Buzz Tournesol sur les plateaux de télévision. En fait, c'est quoi qui vous dérange chez lui, Mesdames et Messieurs les journalistes? Son crâne rasé ou son côté lunapark érotique et sous-marin fabriqués pour se protéger des requins?

 

Capitaine Paddock: "Une machine infernale, des roquettes!? Tournesol! Tonnerre de Brest! Vous avez remplacé tout mon Scotch G20 made in London par des roquettes!?!"

 

Buzz Tournesol: "Des barquettes au G20? Vous plaisantez, Capitaine. Non merci. Je n'ai pas soif. Jetez plutôt un œil sur ma dernière trouvaille: mon sous-marin vert en forme de requin spécialisé dans la recherche de trésors financiers égarés sciemment sur le sable des fonds marins dans les paradis artificiels des banques. Il leur fallait un remède de cheval au G20. J'ai fabriqué ce submersible. Tintin aura plus de faciliter à retrouver La Licorne sans se faire bouffer par les vrais requins."

17:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.