10/04/2009

G20, F7, la bataille navale de fin du monde

Alors, il est arrivé avec les œufs de Pâques le nouveau sport fun. Paradis fiscaux contre enfers fiscaux. Dieu contre Satan. L'Axe du Bien contre l'Axe du Mal. Et puis quoi encore? Le monde s'écroule et le pillage commence. Les bandes de voleurs s'organisent, les vautours rôdent, et pendant ce temps les populations partent au chômage.

 

Est-il possible de devenir des charognards quand nous sommes en panne d'idées nouvelles? Les saboteurs ont encore de l'avenir devant eux, peut-être davantage que les architectes, fussent-ils nourris au biberon des utopies. Je ne goûte personnellement pas à l'humour berlusconien parce que je vis au camping des SDF depuis plusieurs années. Et je sais bien que tous les gens qui ne sauront pas tirer les marrons du feu de leur situation apocalyptique à l'Aquila vont continuer leur vie sous tente, dans des conditions précaires, abandonnés de tous. Et ceux qui dénonceront cette situation auront juste l'honneur d'un coin de reportage au 20h. du soir, pour autant qu'ils possèdent leur carte d'accès aux médias. Comme à la New Orleans.

 

Des fois, quand je suis fin énervé, je me fais cette réflexion à chaud:

 

"A quoi cela sert-il de posséder une plume entre les mains? Je devrais me la mettre au c.. et fermer ma grande gueule. Un silence des catacombes pour dire merde à tous les non rêveurs, les calculateurs du nitendo aquatique, les joueurs de batailles navales adorant Berlusconi, le chef du Rafia international. Il n'est pas meilleur que le lion de Libye, le roi des rois d'Afrique, le bouffon d'Italie. Mais ici on l'aime comme un grand riche qui a réussi. Bien jouer les journalistes légers comme la cuisse de Mme la Marquise qui parviennent à aimer la Liberté et son Parti. Mais la liberté peut-elle avoir un parti, chers journalistes? Quelle imposture philosophique! Avec ça on va encore pleurer que la violence augmente, que nos rues deviennent des coupes gorges, que des milices privées s'organisent. Bref, que le fascisme s'installe lentement mais sûrement à l'Etat tandis que des bandes de voyous s'organisent en mafia locale. Vous aimeriez vous projeter dans un tel avenir, vous? Moi pas. Je ne me battrai plus dans un monde comme ça. J'irai alors camper dans le grand nord canadien et je pêcherai la truite pour survivre. Loin de toute l'horreur humaine qui se dessine peu à peu. Humer l'air des montagnes et me dire que si j'ai perdu mon temps et mon combat ici, j'aurai retrouvé un coin de paradis, là-bas, dans la forêt du Grand Nord. Même sans argent…"

 

Mais à froid, je reviens sur Terre et je vois que je demande un peu trop d'exigences à mon idéal. Le monde est tel qu'il est, la démocratie n'est pas une panacée mais un moyen de traiter plus justement et moins brutalement petits et grands. Il faut avancer ici et maintenant et tant pis pour les déceptions amoureuses. Le Grand Nord attendra encore.

 

N.B. Facebook n'est pas, à priori, une perte de liberté supplémentaire de l'individu, pas plus qu'un lieu de contrôle, sauf pour les fascistes qui surveillent tout. Facebook est d'abord un nouveau moyen de dire sa liberté Déraisonnable? Oui. Forcément déraisonnable. Quand la raison démocratique se transforme lentement en raison du plus fort fasciste, il reste la déraison pour dire ce qu'est l'expression de la liberté d'un simple être humain à la face d'un monde qui semble préférer l'obscur à la clairvoyance.

 

"Entre l'Algérie riche en pétrole de Bouteflika

et le peuple algérien qui aspire à bâtir un pays juste,

l'Amérique-monde d'Obama et l'Europe-Finance de Sarkosy

ont choisi Bouteflika."

Ali Fawzi Rebaïne

 

picture021.jpg

 

La révolution verte a mal débuté… Mais pour réussir sa propre révolution, il faut d'abord être capable de renverser sa vieille mentalité.

 

17:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.