13/04/2009

Suisse, OCDE, un bras de fer qui tournera aux épinards

La Suisse est fâchée. L'OCDE aussi. Quand deux personnes fâchées se disputent un bout de gras, c'est du gros lard qui en ressort toujours.

 

Ils ne faudrait pas se disputer le bout de gras. Il faut se bagarrer pour une autre société. Si des voleurs ont pu pénétrer dans les 40 cavernes grises d'Ali Baba du fisc, c'est que les cavernes étaient surveillées par des gardiens blancs, corrompus, au service de l'Etat de Droit du plus fort. La Suisse n'est pas plus coupable que les nations qui ont laissé faire le crime. La Suisse a saisi des opportunités que les nations puissantes du monde ont toléré sans grande peine… avant qu'elles ne s'écrasent sur la lune dans le fracas épouvantable de la fusée pyramidale de Madoff.

 

Dans un couple, quand deux personnes se disputent et se retournent mutuellement les reproches, c'est que la faute commise (le vice commun) est tolérée et admise des deux partenaires…jusqu'au jour ou la coupe est pleine de miasmes et de pourriture réciproque débordant dans leur vie réelle, et jetant le couple dans une crise profonde.

 

Si la double imposition s'impose partout sauf chez les Etats les plus forts, cela sera encore bien pire pour l'équilibre de la planète. La dictature globale ne sera alors plus très loin.

 

Il vaut inventer un autre chemin et ne pas se retourner sur de vieilles lunes. Sinon le divorce sera irrémédiable. Il faut que la Suisse fasse preuve d'initiative. Elle doit proposer un deal pour cet argent "sale", un deal vert, un deal qui lance vraiment et très rapidement une nouvelle machine économique libérale basée sur les nouvelles technologies biologiques et solaire. Avec un argument aussi massue que "le climat n'attendra pas, la banquise devient un ice-cream et l'American dream une Madame la Marquise qui rêve trop de vertu fiscale alors qu'elle a bien vécu sur les sévices de ses coucheries internationales" la Suisse a des arguments démocratiques à faire valoir en proposant aussi un système de TVA mondiale qui fasse la preuve que l'impôt indirect sera à l'avenir une piste plus intéressante et moins fouineuse dans la vie privée des gens, cela pour le bien être démocratique et la justice de tous les citoyens.

 

N'y a-t-il aucun(e) relayeur(yeuses) de poids et de taille pour reprendre cette idée? A l'UBS…? Au F7 avec Singapour comme allié asiatique.

 

Ou bien les Suisses ont-ils envie de rester de paresseux rentiers se laissant martyriser de l'extérieur? Les coups de fouets du monde vont laisser des traces sur nos concitoyens. S'ils ne s'arrêtent pas rapidement, nous rentrerons de plein pied dans une relation sado-maso. Nous deviendrons alors des peines à jouir en plus d'êtres considérés comme des profiteurs. Vous rigolez, Mesdames et Messieurs les politiciens. Mais ces propositions, c'est de la realpolitik verte pleine de punch, de bon sens, d'élasticité, et de santé sexuelle. A vous de saisir l'échelle que je vous transmet pour aller cueillir les cerises américaines. Les Suisses deviendront infiniment sexy aux yeux du monde. Ce ne sera pas le moindre de nos nouveaux avantages.

 

Quand un grand dominant demande plus de vertu à un petit dominé sans remettre lui-même en question ses pratiques douteuses, la démocratie ne refait que sa façade extérieure sans se préoccuper des injustices internes de la famille ou les plus gros marchent toujours plus sur les plates-bandes des plus petits. A l'intérieur, tout les coups deviennent violents et sans respect réciproque qu'à la fin la belle maison blanche mondiale explose et la dictature s'impose partout.

 

Let's go! Bo Barack attend des propositions sensées et sexy pour retenir ses chiens à côté du maître.

 

Popeye

"Baby Boy désire pour la vie sa baby Girl"

 

Rimbaud souffle dans leurs cheveux.

Onze jeunes filles et six garçons.

Dix-sept jeunes gens et demoiselles,

comédiennes et comédiens de Mai 68,

concentrés dans la verdure du Rhône.

 

On a un boulot à faire.

Alors, allons-y!

 

Prolongeons le temps de l'enfance!

Jouons le faux et existons de vrai.

 

Messidor, dit adieu à la Suisse.

Ce qui se passe n'a aucun sens.

Flics du fisc et délateurs, dehors!

Deux mouches sans passeport

coincées sous la cloche biométriques.

Plus d'argent, plus de Suisse, plus rien.

 

Alors, partons sur les routes quarante ans durant.

Et revenons riches et Bo de toutes nos existences!

Chienne de vie, à toi va ma fidélité!

 

Mai 2009, jeunes filles et jeunes gens

de 17 ans dans les prés verts renversants.

"Une grande secousse systémique

ça donne une grande couscous érotique."

 

Michou D'Auber

Alain Tanner

Albert Camus

Thomas Gilou

 

Presque rien sur presque tout

12:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.