26/04/2009

Cityboy, Geraint Anderson, le repenti d'un trader de la City

Un livre sur les années folles de la Finance. Un livre sur son fascisme à elle. Diriger le monde, dépouiller les gens crédules, de bonne foi, rêvant encore aux miracles financiers, et s'éclater entre amis de même classe et de même condition en ignorant le reste du monde.

 

Un livre sur nous. Un livre qui parle de nos fantasmes sexuels, de notre cupidité, de notre désintérêt pour les gens largués, les peuples soumis, les populations sinistrées, de notre irrespect de la nature, de notre violence consommatrice. Un livre qui peut aider à y voir plus clair sur nous. A voir aussi ce que nous reproche l'orient, notre corruption, notre libertinage pas forcément sain ni sainement assumé.

 

Un livre qui peut aussi nous donner l'envie de passer à autre chose. Au développement vert, par exemple, en imaginant que le pétrole vert est le pétrole le plus prometteur en matière de répartition démocratique et décentralisée. Un livre à lire pour toutes celles et tous ceux qui sont fatigués par notre arrogance, notre façon de croire qu'on est si merveilleux, que sans l'Occident, le monde serait encore pire.

 

Oui. On peut sans doute apprendre de ce livre. Et renaître pour vivre au contact de la liberté, celle qu'on assume pour soi et pour les autres. Vivre d'amour, d'argent et de sexe, mais autrement. "Un peu plus à l'Ouest " dit le professeur Buzz Tournesol en laissant vibrer son pendule de Prague. "Notre trésor est là-bas." Mais mille sabord, puisque mon sextant me montre que La Licorne est par là. Vous êtes à la masse, cher Triphon." répond, incrédule, Haddock.

 

Nous libérer de la trop grande dépendance au pétrole et développer les énergies renouvelables, pourra aussi donner l'espoir aux peuples du Sud et d'Asie de connaître bientôt la démocratie. Ce ne sera pas une mince victoire qui sera due autant à notre volonté qu'aux énergies renouvelables.

 

picture024.jpg

 

"Les yeux de Van Gogh"

œuvre mobile tirée de

"Les Oliviers" et "Nuit étoilée sur le Rhône"

 

17:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.