05/05/2009

Iles solaires, Solar Island, projet mondial et durable

Il est temps que nos politiciens suisses se réveillent, que notre Gouvernement se déplace avec ses banquiers et ses entrepreneurs en direction de l'Amérique. Cela serait certainement beaucoup plus judicieux que de faire des courbettes à la Chine, même si la diplomatie entretenue avec cette puissance mondiale doit être aussi maintenue.

 

Nous avons en Suisse, des dizaines, voir des centaines ou des milliers de génies du développement durables qui travaillent d' arrache-pied pour trouver des solutions mondiales à nos nécessités énergétiques. En particulier, le CSEM de Neuchâtel qui oeuvre sur des projets extraordinaires.

 

Les îles solaires vont très rapidement pouvoir remplacer les centrales nucléaires dans le monde! Et cela est écrit presque en catimini dans des journaux sérieux comme le Temps. Et pourtant, quels pas gigantesques ont été accompli en direction d'une énergie propre et renouvelable!

 

Des start-up comme Nolaris, Solarcool installées dans le Technopark de Zurich n'attendent plus que des fonds d'investissements pour se développer à vitesse grand V.

 

Soyons concrets. Parlons retour sur investissement. Une île solaire de 500 mètres de diamètre, soit pas plus de terrain qu'une centrale nucléaire avec son pourtour de sécurité, pourrait déjà produire 10% de l'énergie d'une centrale nucléaire classique pour un coût global de 90 millions de dollars. Soit environ 1 milliard de dollars pour un rendement à 110% pour 10 îles solaires. Soit nettement moins cher et nettement moins polluant qu'une centrale nucléaire!

 

Bon dieu! Que notre gouvernement fonce. Envoie ses messagers auprès d'Obama, pousse nos banques, en particulier l'UBS, vers les bonnes directions d'investissements. Plus que jamais il faut laisser le monde occidental se développer grâce au libre échange et à un parapluie fiscal qui protège toutes les nouvelles technologies susceptibles de révolutionner nos façon de consommer et de produire.

 

Monsieur Obama, utilisez plutôt la TVA pour trouver de nouveaux impôts, n'épargnez pas trop les entreprises qui sont à terme condamnées à mourir, ou à se transformer ou à être marginalisées. Le pétrole n'est plus l'avenir de l'humanité sauf en marge des nouvelles énergies, comme le nucléaire aussi.

 

Y a-t-il assez de volonté humaine et démocratique pour faire sauter le verrou des lobbies pétroliers et nucléaires? C'est le défi que les sociétés civiles occidentales doivent relever au plus vite

 

17:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.