11/05/2009

Hubble, le vertige de l'art cosmique en art comique

 

En observant les plus beaux et intrigants clichés de Hubble, personne ne peut rester indifférent devant un tel spectacle.

 

Partir. Partir aux confins de l'univers. Depuis longtemps, je me demande où se situe le centre du monde. J'aimerais le savoir pour nous situer dans l'histoire de notre univers. Hors tout est vertige.

 

picture008_2.jpg

 

Omelette suédoise flambée au cherry

 

Admettons que je sois l'image d'un navire sur l'océan. Je sais que j'ai quitté un port, je connais ma situation présente, je sais quel endroit je veux rejoindre. J'ai beau être une tâche perdue parmi d'autres tâches plus ou moins grandes, je me situe parfaitement par rapport à ma position, ma direction, et ma vitesse; je sais aussi qui est devant, qui est derrière, qui s'éloigne, qui approche, qui va dans le même sens que moi.

Un monde clair, devenu encore plus limpide grâce au GPS.

 

picture020_1.jpg

 

Route cosmique d'un vaisseau spatial

 

Avec l'espace et Hubble, c'est tout le contraire. Tout est nébuleux et fantastique. Les scientifiques disent que nous ne sommes ni au commencement ni à la fin de l'univers, contredisant les lois de Dieu. Ils disent aussi que nous ne sommes pas le centre de l'univers. Mais où se situe le centre de notre univers alors , y en a-t-il un d'ailleurs, et d'autres quelque part dans des univers inconnus dissimulés à notre savoir?

 

Le vertige devient encore plus grand en suivant la logique scientifique. Si nous ne sommes ni le centre, ni le début, ni la fin, que le Big Bang initial est comparable à une bille qui explose et qui envoie ses bris de verre explosifs tout autour dans une expansion permanente et perpétuelle , nous devrions avoir un lieu géographique qui nous place à un endroit entre ce qui a pris de l'avance sur nous au départ et ce qui est resté derrière nous ou quasi sur place à l'explosion initiale. Hors, nous ne voyons que des choses qui sont derrière nous. Plus fou encore, nous voyons naître, grâce à Hubble, des étoiles qui sont déjà mortes sans doute, et disparaître des étoiles dans des trous noirs...

 

Notre terre et notre soleil sont des « objets célestes » encore tout neufs. Mais qui a-t-il de plus neuf que nous si nous ne sommes pas tout devant le peloton astronomique et que nos yeux télescopiques ne distinguent personne devant nous? C'est-à-dire, pourrions-nous, selon les lois scientifiques actuelles, être déjà morts aux yeux d'habitants vivants devant nous dans un système solaire plus récents à notre époque?

 

Donc si tout est définitivement passé, nous sommes l'avenir, donc le centre du monde. Et la question nous ramène à Dieu. Nous sommes au Commencement et à la Fin. Et là, nous quittons le monde de l'astrophysique pour le monde de la métaphysique. Car quelle civilisation pourrait être en avance sur nous?

 

picture010.jpg

 

Dieu dans son manteau rouge

 

Y a-t-il un spécialiste de l'astronomie qui pourrait nous éclairer sur une hypothèse astrologique qui permettrait de s'appuyer sur un « devant nous » qui nous relèguerait dans un lieu de l'univers précis qui fait partie du passé de l'histoire de l'univers? Si c'est impossible, alors on devrait avoir l'humilité scientifique de dire qu'il y a un truc qu'on ne pigera jamais dans l'histoire de l'univers.

 

picture021_1.jpg

 

Camion de l'espace « Le Chat »

 

J'aimerais terminer par un paradoxe fantastique que je laisse au soin des scientifiques. Admettons que l'on envoie une fusée dans l'univers. Elle part aujourd'hui vers son futur. Hors si elle ne rencontre aucun obstacle au cours de son voyage interstellaire, elle se dirige vers notre passé qui fuit devant elle. Quel temps exact rencontrera-t-elle dans disons dix mille ans? Aura-elle rejoint un futur ou se sera-t-elle perdue quelque part entre un passé qu'elle ne rattrapera jamais et un futur terrestre qu'elle a fui ? Maintenant admettons que notre fusée est habitée, que nos humains se reproduisent et perpétuent la vie dans l'espace, ils vont où? Sont-ils devant nous, derrière, ou parallèle à nous? Explorent-ils notre passé ou un futur différent du nôtre?

 

Ouf! On arrête là parce que mon vertige devient abyssal. Peut-être que Aqua Concert, qui me perturbe en ce moment avec son contrebandier, Patrick Lapp et Jean-Charles Simon pourraient nous faire le coup de l'auditeur qui a pris un pétard de fusée. Parce que j'abandonne là mon envie d'en savoir davantage. Cela devient trop fumeux.

 

picture029_1.jpg

 

Buzz Tournesol en plein vol plané

grâce aux cigarettes « Booster » de Juan Carlo

 

picture037_1.jpg

 

créature extraordinaire dit de “Yellow Eyes”

découvert par Buzz

lors de l'une de ses expéditions extra-terrestres

dans l'espace Schengen.

 

17:33 Publié dans Fiction | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.