13/05/2009

L'EPFL s'installe en Arabie Saoudite

La Suisse est de plus en plus présente dans le Golfe. Le gazon vert prend des allures de palmiers et cela est un bon signe de prospérité.

 

On peut critiquer la présence helvétique dans des pays dont les pratiques religieuses et la justice heurtent nos consciences acquises aux droits humains. En particulier, la situation des femmes dans ces pays reste un soucis permanent pour les organismes internationaux qui défendent l'égalité entre hommes et femmes. Cependant, je crois que les émirs et autres personnalités des pays du Golfe sont de plus en plus ouverts aux droits démocratiques et au développement durable. Ce qui va dans la bonne direction ne peut être que soutenu et encouragé.

 

Dans le même temps, la Chine dope son marché intérieur. L'immense continent asiatique va donc

avoir besoin de plus en plus de matières premières pour satisfaire sa population et elle va avaler une grande partie du gâteau énergétique planétaire.

 

Il n'est plus temps de tergiverser. A Berne, cela doit secouer violemment sous le cocotier. Notre avenir ne peut avoir d'avenir et de réjouissances que dans le développement urgent des énergies propres. Nous avons, chez nous, une belle matière grise sur les bancs d'école, dans les laboratoires, chez les start-up existantes ou en voie d'exister, qui peut développer rapidement l'or vert et donner à la Suisse de grands espoirs de prospérité. Et quand ce sont les pays de l'or noir qui ont compris l'importance du développement durable et qui nous soutiennent, je n'arrive pas à comprendre nos rouleurs de 4 X 4 qui pensent encore que rien ne pressent, que tout doit continuer comme avant.

 

Non. Rien ne doit continuer comme avant. La planète souffre de maux qui seront bientôt incurables si nous n'avançons pas beaucoup plus vite dans une dynamique verte à la manière d'une ville comme Bâle, par exemple , pour la construction de ses bâtiments. La Chine a tiré la sonnette d'alarme en décidant de développer brusquement son marché intérieur. Nous n'avons plus le temps. Nous devons faire la révolution solaire.

 

On y va, Mesdames et Messieurs les politiques!

 

 

Les commentaires sont fermés.