19/05/2009

Pornographie et Sacré, l'art et la manière

En pénétrant dans une église, vous êtes soit immédiatement happés par l'ambiance sacrée qui y règne, soit vous êtes un de ces barbares touristiques que l'on rencontre parfois et vous continuez à dévorer vos Mac Chicken nuggets sans aucune gêne ni sacrements.

 

Idem quand vous parlez de pornographie. A force de ne vous concentrer que sur le côté « sale » et « crade » des relations sexuelles, en n'y voyant que du fast food de bas étage et des chairs tristes, vous y oubliez l'art et la manière d'accéder au sacré à travers la visite personnelle des corps que vous découvrez en action.

 

Comment Rodin s'est-il inspiré du sacré en dessinant ses modèles pourtant posés dans des positions hyper suggestives? Simplement en portant son regard vers le centre du temple féminin comme un religieux devant le temple de Dieu. Cela fait peut-être rire ou hurler beaucoup de monde, cette comparaison entre la maison de Dieu et la pornographie. Ce qui nous vient à considérer que ce n'est pas la pornographie qui est en cause mais le regard que l'on désire avoir sur elle.

 

Quand une personne refuse le code d'accès à une culture, soit il la rejette avec mépris, soit il y pénètre avec l'acuité d'un barbare qui croit déjà tout connaître de cette culture alors qu'il n'a jamais fait l'effort d'apprendre quoi que ce soit sur elle. Entrer en pornographie, c'est comme entrer en religion. Il faut y vouloir chercher la source divine et le mystère de l'acte sexuel, et ne pas vouloir démolir le temple en le tenant pour méprisant, dégoûtant et pervers à la façon d'un athée rejetant sans procès les croyants dans un bénitier à grenouilles, comme un corps étranger à soi-même, comme une amibe à la source de tous les malheurs et de tous les dangers existants en ce monde.

 

Aller à la découverte de la pornographie, c'est juste avoir un lien fantasmatique avec des créatures humaines qui se mettent à nu devant une caméra. C'est aussi une manière d'accéder facilement à la jouissance quand l'imagination est fatiguée d'inventer des situations érotiques entre partenaires harassés par de longues journées de travail.

 

Alors pas de haro sur la sexualité crue. Juste un bon avertissement. Comme on entre dans la maison de Dieu, on entre en pornographie.

 

picture007.jpg

 

Visite mon temple...

 

picture039.jpg

 

...d'un seul murmure...

 

picture040.jpg

 

...tout en douceur...

 

picture048.jpg

 

...tout en rondeur...

 

picture029.jpg

 

...puissant, en profondeur...

 

picture051.jpg

 

va et viens de nos liqueurs

 

picture049.jpg

 

...et quitte ma grotte des splendeurs

avec les yeux d'un grand rêveur...

 

P.S. Cet article est dédié à toutes les personnes persécutées pour leurs identités et leurs comportements sexuels, et à tous les suicidés partis de cette terre parce qu'ils étouffaient sous une chape plomb. Les amibes n'ont pas fini de faire parler d'elles.

 

23:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.