05/06/2009

Ben Laden, la voie du ciel

picture003_7.jpg

 

« Changer le vieux monde et les coeurs

pour en faire un jardin de fleurs »

 

 

Je n'arrive pas dormir, cette nuit. J'ai des douleurs à l'estomac qui m'en empêche. Sans doute les conséquences d'une raclette mangée froide suivie d'un thé à la pêche glacée. En tant que cuisinier, on pourrait donner meilleur conseil à son corps. Bref, passons.

 

C'est peut-être la bonne occasion de reparler de l'Affreux. J'ai nommé Oussama Ben Laden. On ne sait pas s'il végète quelque part sous terre, mort définitivement à Tora Bora, ou s'il est ressuscité tel le Christ retirant la pierre de son tombeau avant de disparaître tout en envoyant son Saint-Esprit sur des foules hypnotisées.

 

La comparaison s'arrête là. Oussama n'est pas le Christ, et c'est bien triste pour l'Islam. Il donne une image de criminalité à une grande religion historique. S'il en est son Prophète attendu, alors je ne donne aucun avenir ensoleillé à l'Islam. C'est vrai que l'Amérique continue de bombarder au Pakistan et sur l'Afghanistan, que de nombreux civils, dont beaucoup de femmes et d'enfant, meurent sous ces maudites bombes, que Obama n'a pas trouvé de solutions non-violentes au conflit qui oppose Talibans et Occidentaux.

 

Que demandent nos amis Musulmans? Une pureté qui les éloignent des tentations et des pollutions d'esprit occidentales? Une intégration dans la mondialisation qui tienne compte de leur refus de l'idolâtrie, de la nudité, de la pornographie?

 

Les choix sont douloureux, d'autant que le rejet de la modernité par de nombreuses peuplades musulmanes semblent définitif. C'est comme si ces tribus d' irascibles guerriers étaient nos Indiens d'Amérique moderne. Aussi attachés à leurs terres, à leurs traditions et coutumes, à leurs croyances que des Sioux ayant manqués le cheval de la modernité et enfermés dans leur Réserve.

 

Comment faire pour donner une chance à ces gens de développer une stratégie de combat qui les détournent des attaques kamikazes anti-occidentales, des guerres de clans, des misères répétitives et définitives?

 

Je trouve que les Musulmans bien installés dans la modernité devraient plus chercher les contacts diplomatiques avec ces guerriers des montagnes. Ce sont eux qui détiennent les clefs de la paix. Ce ne sont ni les Américains ni les Européens qui peuvent apporter des leçons de démocratie à ces gens mais des chefs spirituels de cette religion qui ont des antennes à la fois dans la modernité et dans la tradition coranique. Le Président Obama devrait trouver ces perles rares. Elles existent. J'en suis persuadé.

 

Oussama, si l'esprit d'Internet arrive jusqu'à toi, je t'invite à ouvrir ta fenêtre. Dehors, Allah donne toujours la voix aux oiseaux, aime toujours la Terre et ses enfants. Et peut-être bien qu'il attend de toi que tu répares l'enfer que tu as organisé à New-York. Tu n'es pas le seul coupable de la guerre Orient-Occident, mais tu en es un de ses chefs principaux. La Paix, tu ne peux pas l'obtenir en entretenant la haine contre les infidèles. La paix, c'est une sorte de consensus entre toutes les parties donnant le droit d'existence et de croyance à chacun tout en demandant à chaque citoyen et citoyenne un minimum d'intégration communautaire.

 

Oussama, la voix du cuisinier à l'estomac déchiré a parlé, tel un pacha K mac qui attend de toi une autre stratégie que cette guerre militaire qui fout le bordel et sème la mort sur toute la planète. Obama ne sème que le tempo du vent que tu as toi-même semé. Il est prêt à faire la Paix. Et toi? Et tes hommes?

 

picture049_5.jpg

 

« Changer les âmes avec des bouquets de roses,

l'amour devant les maisons closes »

 

Laurent Voulzy

 

05:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.