08/06/2009

Pédagogie de l'Europe et citoyenneté

Peut-on, dans le contexte actuel, aller vers une Europe fédérale avec l'élection d'un Président au suffrage universel?

 

Difficile de croire au rêve européen. Les perspectives démocratiques ne sont pas réunis pour réussir un vote qui va dans ce sens. Les règles du jeu ne semblent pas être acceptables et acceptées de tous les états qui constituent l'Europe. Les dernières élections de ce week-end, avec la poussée de l'extrême droite, ne semblent pas favorables à plus d'Europe.

 

Monsieur Jacques Attali remarque qu'il existe un gouvernement mondial du foot et de la finance. Oui. Mais on discute avec des gens qui vivent dans le même monde, avec une vision plus ou moins pareille de la manière d'affronter règles et organisations de tournois Coupe du Monde ou cotations en Bourse. Tout le monde reconnaît les mêmes vertus aux valeurs de l'argent comme tout le monde accepte et reconnait les règles du foot. Seul l'arbitre est sifflé quand il fait mal son travail ou quand des foules chauvines estiment qu'il le fait mal.

 

C'est très différent en politique. Pour se faire reconnaître, il faut se faire accepter et respecter de tous. Pas du tout évident quand d'un extrême à l'autre existent toutes sortes de façons d'envisager les règles du jeu, de garantir leur bon fonctionnement et leurs applications. En plus, tout le monde est motivé ou passionné par le foot ou l'argent. Hors combien de millions de citoyens européens ne sont pas du tout intéressés par la politique? Pire, combien ne tiennent pas du tout compte des lois en vigueur? Rendre sexy la politique quand beaucoup la considère pourrie, corrompue, et médiocre, n'est pas une sinécure. Le taux d' abstention pour les élections européennes et la montée toujours plus importante des extrêmes donnent des signaux contraire.

 

Une petite lueur d'espoir dans ce monde d'ennuis, pourtant. Barack Obama semble pour le moment incarner l'aube d'un gouvernement mondial à venir accepté par tous les états. Il faudra peut-être cinquante ans pour que celui-ci existe. Mais pour qu'un gouvernement mondial se fonde un jour, il faudra que chaque continent ait créé sa zone politique mondiale. Hors l'Europe patine. Et si l'Europe patine, c'est le monde entier qui fait la glissade. Si l'Europe patine, est-ce la faute à une démocratie qui ne fait plus confiance à ses élites? Toujours les mêmes en haut, les petites pousses d'en bas désargentées sans appuis de nul part se débattant en solo pour survivre?...

 

Gagner la victoire de la démocratie sur la dictature est encore un long, très long combat dont nous ne verront pas tous les résultats. L'essentiel c'est d'avoir foi en cette utopie afin que nos enfants vivent un jour dans un monde en paix où les guerres auront été éradiquées, où la démocratie aura peu à peu gagné ses lettres de noblesse partout.

 

A Paris, il y avait deux rois démocratiques mondiaux ce dimanche 7 juin: Barack Obama et Roger Federer. Un politique et un sportif. Tout deux n'était pas Européens. A Bruxelles, ce week-end, quel roi ou reine démocratique a été élu? Quelqu'un a-t-il un nom à proposer? Une people roumaine, peut-être? Ou un mafieux russe? Ou un artiste? Ou Personne, Mister Anonyme, Ulysse, le retour à Ithaque, Nobody vieillit artificiellement par des luttes incessantes dont tout le monde s'en fout, en premier les médias? Trop vert, le revenant?

 

Les heureux sceptiques ont gagné ce week-end. Les euros turbos ont encore une fois perdu. En Suisse, on connaît la musique, n'est-ce pas Monsieur Jacques Pilet? A force de décrier les idéalistes, les utopistes, les déjantés du bocal, on donne peu à peu le pouvoir aux forces obscures de notre humanité. Mister Hitler Junior n'est peut-être plus très loin d'apparaître au firmament de l'Europe. Et ce n'est pas Mister Mussolini Junior, gentil Papounet bouffeurs d' Africains, obscur bouffon de l'Italie profonde, qui lui barrera la route, à ce grand Net toyeur des pauvres gens, parfois devenus criminels ou hors-la-lois, qu'on ne veut plus voir exister sur la planète.

 

picture018_2.jpg

 

Vert comme émoi

Suis-je bel arbre ou juste mauvaise herbe

qu'une femme ou un homme comme toi

ne me répond jamais par le Verbe?

 

Suis-je qu'un animateur culturel

inanimé dans sa nuit éternelle?

 

Ou un grand professionnel

mort depuis des lustres fraternels?

 

 

O miroir solaire

dis-moi ma faute suicidaire?

08:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.