17/08/2009

Sur un quai de gare, l'adolescence incandescente

picture013_99.jpg

 

Son père lui a dit:

«  Je te connais si bien, mon fils.

C'est comme si je t'avais fait. »

 

L'adolescent a ri, tellement ri et il a répondu:

« Mais c'que t'es con, papa. »

Ils sont assis tous les deux sur un banc de gare.

Il fait chaud, très chaud.

 

picture034_88.jpg

 

Son père n'a pas retrouvé d'épouse.

Ils sont comme deux jeunes désoeuvrés.

Ils se lancent machinalement une bouteille en pet.

Le père a l'impression d'en avoir pris pour perpet

avec les représentantes du sexe féminin.

Son fils le lui a encore rappelé:

« Arrête papa! Ne la regarde pas comme ça.

Elle est trop jeune pour toi.

Cherche une pas trop jeune »

 

picture042_177.jpg

 

« J'arrive pas tomber amoureux

d'une femme de mon âge »

répond piteusement le père.

Puis il rajoute d'un soupir désabusé:

« Elles ne sont pas assez légères.

Et celle qui regarde encore ton père

pensent d'abord belle vie et compte en banque.

Je suis foutu, vieux, pauvre, et sans intérêt.»

 

Un silence s'est installé.

Le fils regarde son père puis éclate

de rire avec lui.

« Pourquoi? Les vieilles, tu les trouves trop lourdes, papa? »

Ils n'arrêtent plus de pouffer de rire.

 

picture008_177.jpg

 

« Je veux te prendre en photo avec ce vieil homme

dessiné sur le mur. » dit le père.

« Non! C'est nul tes photos.

J'vais encore passer pour con. »

« Tu t'en fous. Fais comme si les gens

n'existaient pas autour de toi.

D'ailleurs, il n'y a quasi personne.

Dans la vie, soit tu te fais tout seul,

soit c'est les autres qui te feront plier. »

a répondu le père

 

Avec nonchalance et sans enthousiasme,

le jeune homme a pris la pose.

Et le père a pensé qu'il ne fallait plus s'inquiéter

des situations impossibles à changer

mais vivre avec incandescence

et insouciance ses prochaines années de vie.

L'amour n'a-t-il pas mille façons et ruses

de se manifester au moment où on n'y croit plus?

 

 

picture031_777.JPG

 

 

 

Une fleur d'Asie,

tombée dans le Jardin des Jalousies,

rompra-t-elle la lente solitude

d'un vieux gaga perclu d'abandon dans ses folles habitudes?

 

 

16:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je suis sure que cet ado sait la chance qu'il a d'avoir un père comme celui là !!

(*_*)

Écrit par : Loredana | 17/08/2009

Un papa poule :))), Loredana. Merci. Mes enfants ont peut-être trop de liberté et pas assez de limites claires. Je n'ai jamais été très à l'aise avec les ados car c'est à ce moment là qu'il faut marquer clairement (même par jeu de dupe) ce qu'on attend d'eux dans leurs comportements et ce que l'on accepte en liberté. C'est le vrai début des rapports de force dans la société. Et je déteste cela. Je suis resté un enfant dans une peau d'adulte qui conçoit que chacun et chacune, y compris les ados, ont pleine conscience de leur liberté et de leur responsabilité. Hors ce n'est pas la réalité. Même des épouses ressentent parfois la nécessité que le mari marque son territoire et donne des limites. C'est les femmes à machos. Je n'y arrive pas. L'amour pour moi, c'est la liberté mais aussi la responsabilité vis-à-vis de soi et d'autrui. Pas facile à distinguer dans un monde qui a perdu ses repères collectifs, ou les normes sexuelles, voir amoureuses, sont variées, ou les modèles uniques n'existent plus, ou les modifications mentales sont aussi rapides que des éclairs qui tombent sur le clocher de nos croyances amoureuses. Mes quatre enfants, dont trois filles, m'aiment. C'est vrai. Je suis pourtant conscient de mes manquements, de mes absences, de mes préoccupations journalistiques et artistiques qui m'ont peu à peu éloigné du centre de ma famille, et qui ont probablement été à l'origine de l'incompréhension toujours plus grande entre mon ex-épouse, pas du tout intéressée par les journaux et mes écrits, et moi. La perte d'un grand amour est toujours un drame aussi violent que la mort d'un être cher. Celle que j'aime depuis cinq ans, celle qui est une muse, une inspiratrice, une force d'amour et d'indépendance, n'a pas plus conscience des réelles enjeux que je place dans mes créations. Seule compte pour elle le résultat: succès, gloire médiatique, gros sous, belle vie, et maison de rêve. Vie de princesse que, hélas, je ne lui offrirai jamais. Un autre drame dans ma vie se précise chaque jour un peu plus. Voilà les raisons de mon immense spleen, chère Loredana. J'aime bien vos comm sur les différents blogs. Vous avez de la classe comme un grand sens des réalités et des exigences en matière amoureuse.

Écrit par : pachakmac | 18/08/2009

Les commentaires sont fermés.