21/08/2009

Candide Merz et les sirènes de Tripoli

Est-ce un hasard? Dans la semaine, nous venions d'apprendre que notre trop gentil Président s'était comporté en héros durant son jeune âge pour avoir porté secours à un artiste de l'Est prisonnier du Rideau de Fer.

Notre Ministre a-t-il voulu rééditer son coup? Tel Ulysse appelé par des sirènes orientales, il a senti le bon coup. Hélas, c'était un coup fourré. Passant par-dessus l'excellent travail préparatoire des diplomates suisses emmenés par notre Ministre des Affaires étrangères, notre capitaine de navire a plongé dans les eaux empoisonnées avant même que nos marins politiques ne puissent l'attacher au mât du capitaine.

On pourrait dire ceci après le probable résultat catastrophe de cette démarche téméraire:

  • Ne crois jamais sur parole un Arabe. Il ne croit qu'en Allah. Mais transmets-lui ta position, ta foi, et ta fermeté. Il saura en tenir compte et te donnera une réponse dans les quarante jours.

     

  • Qui veut jouer avec un chameau du désert, doit d'abord apprendre à caresser sa bosse.

     

  • Nous attendrons la fin du ramadan pour avoir une réponse du Guide libyen. Le but du Colonel Kadhafi, qui s'en souvient, était la tête du Président suisse (il l'aura car Mr Merz va démissionner si le 1er septembre les otages ne sont pas libérés), rétablir l'honneur de la famille Kadhafi (c'est fait par la visite de notre Président en Libye qui n'a même pas été reçu par le Colonel), nos excuses (il les a déjà obtenu par la bouche de notre Président), et en dessert, il a obtenu la création d'un Tribunal arbitral international sur une affaire qui ne relevait que du droit démocratique suisse. La coupe est pleine. Elle déborde, même.

Un situation kadhafienne avec le K des champions de parties d'échec. Le leader est peut-être un tyran mais aussi un champion aux échecs. Monsieur Hans Rudolf Merz, Ulysse Candide, Grand Coeur Malade, c'est comme vous voudrez, s'est fait harakiri. Mais personne ne rira en Suisse. Nous avons d'ores et déjà perdu la bataille atomique.

P.S. Ce que vous venez de lire est de la fiction politique. Ne prendre ce billet comme crédible que si dans les jours prochains, Monsieur Kadhafi joue bien sa partie d'échecs à la Loi du Talion en voulant retourner l'humiliation subie par l'humiliation donnée (oeil pour oeil, dent pour dent, vous vous souvenez). En voyant le retour triomphal du terroriste de l'air libyen, on peut craindre malheureusement que cette fiction devienne réalité. Les nuits de notre Président vont être agitées. Faites bien attention à votre coeur, cher Monsieur Merz. Le leader libyen n'aura pas en plus votre mort sur la conscience. Je suis dans le camp des gens aimables, pas des barbares qui se permettent tout et n'importe quoi.

« Le bonheur supprime la vieillesse » Franz Kafka

 

 

picture051_11.jpg

 

pour conjurer le mauvais sort

et les mauvais traitements

 

23:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Candide. Non. Humble le Président MERZ. Après avoir côtoyé la mort, le Président MERZ connaît mieux que quiconque l'importance de la vie et de la libération des deux otages.

Écrit par : oceane | 22/08/2009

Je n'infirme pas vos propos, océane. Mr Merz est un homme courageux. Il l'a déjà prouver autrefois. Il va au casse pipe, mais il est courageux. Mais le courage suffit-il à faire une bonne politique et à sortir nos otages de là-bas? Vous savez bien qu'un soldat qui sort seul de sa tranchée sans arguments, sans cuirasse, sans protection, en criant: "Eh Oh! Vous là-bas, je viens marchander vos tapis, votre pétrole, vos marchés" alors que nous sommes dans une vraie guerre psychologique, est un soldat fou. Malheureusement. Mr Merz aurait du être attaché à un poteau mental par le reste du Conseil fédéral qui a failli en la matière en ne protégeant pas son Capitaine, comme Ulysse protégé par ses marins. Tout le monde est un peu fautif dans cette affaire qui a traîné, restée secrète et évasive pour le grand public, avec en plus un avocat suisse célèbre et écouté qui a pris la défense des intérêts libyens. Aujourd'hui, l'affaire nous explose à la gueule. C'est triste et décevant pour tout le monde. Quant au courage, j'espère ne pas en manquer. Je l'écris pour la troisième fois, la première c'était il y a plusieurs semaines. Je suis prêt à prendre la place d'un des otages, non par héroïsme mais bien pour faire comprendre à tous que je défends vraiment la Suisse et non mes intérêts personnels. J'ai envie d'une rencontre avec Kadhafi quitte à partir à mon tour au casse-pipe. J'ai mes arguments et ma pensée qui ne sont pas ceux de notre ministre de l'économie.

Écrit par : pachakmac | 22/08/2009

Courageux! Monsieur Merz?

Si il l'avait vraiment été il aurait pris la place des deux otages qui, eux seraient rentrés en Suisse après une année en Lybie. Surtout que Monsieur Merz et les autorités Suisses doivent être responsables de ce gâchi... Ben oui! La preuve, ils se sont excusés!

Écrit par : Père Siffleur | 22/08/2009

Ils se sont excusé des fautes commises par les flics genevois. Depuis quand un état confie-t-il sa politique étrangère aux gardes champêtres d'une petite ville à l'esprit provincial qui se prend pour "internationale" ?

Écrit par : Géo | 22/08/2009

Non Père-Siffleur, ce n'est pas une question de courage, c'est une question de diplomatie. Une manière de régler des conflit de manière pacifique et constructive.

Le fait que M. Mertz n'ai pas ramené les otage avec lui est stratégiquement bien joué, ce qui coupe l'herbe sous les pied à la Lybie. Khadafi veut se racheter une reputation sur la scène international, la suisse en présentant ses excuses à montrer sur la csène international qu'elle tendait la main é la Lybie, ce qui indiquera à la scène international quels sont réellement les intentions de Khadafi.

S'il ne les libère pas, il perdra certainement une grande crédibilité (qu'il n'a pas beaucoup).

Écrit par : dddnews | 22/08/2009

Courage, courage....!!!! à mettre en parallèle avec ce qui se passe et se dit à Londres aujourd'hui, alors que Merz a aussi dit qu'il voulait sauver les échanges commerciaux avec la libye....Oups!
Kadhafi va gagner sur toute la ligne, et de toute manière on peut se poser la question de savoir si les occidentaux ne sont pas en train de se faire conseiller en matière de dictature par ce CON-pétant Môsieur.
Mais cela on s'en rendra compte quand on aura perdu le secret bancaire et nos libertés avec, et que nous aurons des Chefs d'états devenus des Kadhafi, sans la mauvaise mise et les horribles accoutrements!

Écrit par : Corélande | 22/08/2009

En fait, Corélande, vous voulez un monde où tout le monde il est beau, tout le monde il est suisse. Vous êtes déjà sortie de ce pays ? (je ne parle pas de vos vacances aux Maldives ou à la Mer Rouge en bungalow ou en hôtel (Moewenpick à la Mer Rouge, avec röstis ou fondue tous les jours si possible...).
Non, pour gagner votre croûte, face à des mentalités bien différentes ?
On ne devrait donner le droit de vote qu'à ceux qui ont au moins deux ans d'expatriation derrière eux.

Écrit par : Géo | 22/08/2009

Coreland, même nos socialistes et notre bon peuple ne veux même pas que nous, suisse, puissions nous
aussi profiter du secret bancaire... Vous ne décalrez pas vos compte une fois par année dans votre déclaration d'impots? Alors bon.. Le secret bancaire aurait un sens si nous aussi on pouvait en profiter.. Mais comme la tendance est de durcir le droit du peuple qui gagne encore ca vie, on peut oublier... (mais je reste favorable au secret bancaire)

Écrit par : dddnews | 22/08/2009

dans notre modernité, il y a plusieurs formes de courage. Mr Merz, en se trompant (je continue à la penser jusqu'à preuve de voir nos otages revenir d'ci le 1er septembre), a voulu faire redémarrer la machine, comme on le dit en langage économique. Il a pris un risque politique qui se paiera cash par sa démission et sous les sifflets du peuple suisse s'il a échoué. Cela n'enlèvera rien à sa tentative. Il n'est pas plus critiquable que Sarkosy ou Berlusconi qui, pour des contrats financiers avec le chef libyen, ont avalé bien des couleuvres. De ce "courage" là donnant emplois et sécurité à court terme à des citoyens européens, je le réfute aussi longtemps que Kadhafi n'aura pas fait la preuve de faire des réformes vers la démocratie en son pays. C'est utopique, c'est clair. Mais c'est la force du simple citoyen de faire barrage par la conscience aux petits arrangements capitalistes des puissants de ce monde qui veulent ignorer les clauses des droits humains issus de la démocratie. Pour le secret bancaire, j'ai tenté dans différents articles, d'obliger les fraudeurs à investir leur argent jusque-là caché dans des entreprises greentech avec actions ou obligations bloquées durant plusieurs années mais à imposition fiscale 0%, ou alors à être punis par de fortes amendes en plus de la taxation. Cette idée n'a fait aucun chemin. C'est dommage. C'était un bon moyen d'avancer très vite avec les nouvelles technologies et de trouver des fonds importants pour de nouveaux investissements vitaux pour notre climat futur, nos matières premières...et notre indépendance vis-à-vis des dictatures pétrolières du Golfe ou libyenne.

Écrit par : pachakmac | 22/08/2009

Ce n'est pas parce que deux otages ont été retenus qu'il faut bafouer le droit de la démocratie en Suisse et se soumettre à la volonté des Lybiens. C'est tout un pays qui va souffrir et cela ne peut qu'encourager les autres pays à faire des otages pour obtenir un fléchissement de notre politique. Mme Calmy-Rey a refusé de faire des excuses à la Lybie et c'est très certainement qu'il n'y en avait aucune à faire.
Toute cette affaire est regrettable et nous devrions interpeller par écrit notre gouvernement pour qu'il gêle toutes relations économiques avec la Lybie et à trouver des solutions alternatives à nos liens économiques avec des pays n'ayant pas un régime tel que le leur.

Écrit par : PV | 24/08/2009

Les commentaires sont fermés.