24/08/2009

Char

Face à nos chars mentaux qui se dressent devant la mégalomanie du Colonel Kadhafi, je vous propose un texte libre, une envolée érotique vers la plénitude du jazz, de ses origines, de ses esclaves noirs qui, à travers leur blues, ont chanté leur liberté bafouée en apportant l'espoir d'un jour meilleur, la lueur d'une aube démocratique. Ecoutez du jazz (peut-être Miles Davis, lisez avec le timbre du taureau Nougaro et son rythme).

N.B. À lire le très bon hors-série de Marianne, l'Histoire, août-septembre 2009, Les intégristes

 

 

Un grand char d'assaut parti d'Amsterdam

défonce ta charrette brûlée au lance-flamme.

Je glisse mon cuir sous tes cieux qui s'enflamment.

Au fond de l'eau, mes yeux se chargent de napalm.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Tes lèvres charnues s'empiffrent, tu me fouilles,

ta charrue roucoule et se roule dans sa mouille.

Ma pluie d'astronaute inonde ta petite cage,

bourre tes cratères qui allument mes décharges.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Mon amour, ce soir tu pars à la décharge municipale

pour nourrir les ordures ménagères de la nuit vénale.

Je me décharge de mes lourdes mitrailleuses d'or

en attendant l'incinération satanique de ton corps.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Mon chargeur de cartouches plein aux as,

je pose mes charges dynamites et t'enlace.

A ta banque, en échange de mes billes,

j'embraque en gangster tes charmilles.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Au diable les belles âmes charitables

condamnant nos pratiques ancestrales.

Tous ces pauvres charlatans d'eau bénite

détestent nos charivaris d'anis et nos cuites.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Dieu a béni tes rires et danse le charleston

en fusillant les michetons qui te pistonnent.

Sans jamais t'offrir sa divine charte d'opaline,

Dieu glace leurs charbons en ta mine, gamine.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Chartreuse de Parme vertueuse à l'église,

façon jambon d'york, vicieuse, tu t'enlises.

Ta liberté religieuse est statue de banquise

qui s'empale brut sur leurs épines exquises.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

 

Charbonniers, charognes, charançons,

ou les charlots de plage et beaux garçons

te bassinent d'ivresse dans ta Garonne

en jetant du feu sur notre couronne, cochonne.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

Je vais t'incendier encore de mon charango

et jouer au tatou avec tes tabous de lavabos.

Tu siphonneras mon sexe, mon serpent charabia.

Sous ta coupe, mon bois de charpente se dressera.

 

Charrue que je saute dans les foins,

en avant mon charolais de Charente.

Sur tes melons charentais et ta fente,

mes charmes diaboliques te hantent.

 

picture051_22.jpg

 

tes nougateries sont des gâteaux nougaro

des gâteries coquines de Madame Claude

aussi chaudes que les glaces de Patagonie.

aussi jouissives que nos petites morts

partant pour la Nouvelle-Aragonie.

 

 

en souvenir de Claude Nougaro et en hommage à la liberté sexuelle de chaque être humain

 

 

picture008_200.jpg

 

« Le sang des Infidèles »

Verbier, Croix de Coeur, 4 août 2009

Pacha K Mac, Père & Fils

 

 

14:57 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.