02/09/2009

La souris M doit rencontrer le chat K

Dans l'affaire des otages suisses, deux personnages centraux sont en train de perdre de nombreux poils.

Le premier, c'est le Colonel Chat Kadhafi qui, de retour dans le giron international après avoir été la bête noir des Américains, est empoisonné par l'affaire de son fils Hannibal. Il est en train de démontrer au monde entier qu'il reste un preneur d'otages, voir un criminel terroriste. Car l'affaire suisse n'est pas l'affaire des infirmières bulgares où des morts libyens, suite à des négligences, existaient. Le Colonel Kadhafi n'a pas le choix. Ou il accepte un arrangement diplomatique avec la Suisse qui permet aux otages de revenir dans les jours qui viennent ou il enfilera à nouveau ses habits de hors-la-loi doublé d'un dictateur au pouvoir. Très mauvais pour lui et sa famille. D'autant que son Gouvernement commence aussi à s'impatienter et à s'agacer de l'attitude fermée de toute la famille Kadhafi. Un coup d' Etat pourrait être dans l'air du temps si par hasard cette crise s'éternisait.

Le second, le Président Souris Merz, est sur la corde coulante du lynchage alors qu'il a encore une ultime possibilité de sortir en héros de cette affaire. Une seule façon pour cela: obtenir la libération des otages. Et pour cela, une seule bonne pratique. Affronter la langue du Chat libyen avec la langue de la Souris suisse pour une discussion d'animal à animal ou d'homme à homme. C'est comme vous voudrez. Il faut réussir à obtenir ce rendez-vous capital pour les deux hommes avec, comme condition préalable absolue, la sortie de Libye des deux otages. Notre Souris s'offrirait en gage aussi longtemps que le Chat n'aurait pas signé la sortie des otages. Et si le Chat enfermait la Souris en réserve dans son garde-manger, nous savons tous que c'est la Libye qui perdrait la face devant le monde entier.

La Suisse est derrière vous, Monsieur Merz. Devenez la face nord de l'Eiger, et la Suisse retrouvera sa sérénité. Montrez aussi à votre parti que vous êtes l'homme de la situation. Et dans l'avion, lisez le Chat botté pour trouver votre inspiration et votre respiration devant Mouammar Khadafi.

 

08:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Il faut boycoter les stations tamoil et ne plus traiter avec ce cingré qui mérite de disparaître de notre planète et se retrouver 10 pieds sous terre.
Espérons qu'il y aura un volontaire pour le buter.

Écrit par : Pello jack | 05/09/2009

La famille Kadhafi est nombreuse... C'est un peu comme avec la Gorgone ou la pieuvre. Et si un Suisse ou une autre membre de la communauté démocratique faisait le coup, le clan libyen dans son entier défendrait son leader et enverrait des commandos terroristes un peu partout. Si, par contre, la Libye se débarrasse d'une manière ou d'une autre de la famille Kadhafi, c'est une option nettement plus favorable à la paix avec la Suisse. Mais ça, c'est une autre histoire. On peut, on doit, encore essayer la diplomatie. Les grandes puissances ne sont encore pas intervenues. Il serait temps que la Suisse cherche des solutions de rétorsion en association avec elles.

Écrit par : pachakmac | 05/09/2009

Les commentaires sont fermés.