04/09/2009

La monde et l'ONU sur un baril de poudre

Les choses ne s'arrangent pas ni du côté de la Palestine / Israël, ni du côté de l'Afghanistan, ni du Pakistan, ni de l'Irak, ni de l'Iran.

Là-dessus vient se greffer l'humiliation des Kadhafi (ou vue comme telle par la culture berbère) et l'humiliation suisse (vue et moquée par toutes les démocraties si inconscientes qu'elles refusent de voir la gravité de la situation).

A mi-septembre, c'est l'ONU qui risque le démantèlement et la séparation des nations entre celles qui soutiendront les insurgés antidémocrates et antiaméricains et celles qui seront du côté de l'Occident.

« La gifle ultime à Israël » déclare le Président iranien en nommant un ministre. « La Suisse perd la face » écrivent les journaux dans l'affaire libyenne. Et comme par hasard, Israël et la Suisse sont réduites sommairement à des maffias qui doivent être démantelées sous l'influence du monde musulman.

Hors la Suisse représente les intérêts américains en Iran; hors Israël est la force de frappe américaine au Proche-Orient. C'est clair. Si la diplomatie est en train de perdre la face sur le terrain des relations entre le monde musulman et nous, c'est vers la guerre que l'on se dirige. Et comme la petite Suisse démocratique est au coeur du cyclone, on essaye (soit inconsciemment, soit bien organisés autour des services secrets de différents états arabes) de l'affaiblir par tous les moyens.

Les démocraties doivent se réveiller avant de constater que seule la guerre deviendra inévitable. Les démocraties, en premier l'Amérique, devraient prendre très au sérieux ce qui arrive à la petite Suisse. Les opérations séductions dans les pays occidentaux du Seigneur Kadhafi ne sont pas de simples aventures d'un leader autocrate. C'est une manoeuvre concertées pour mettre à genoux les démocraties, de les affaiblir dans leurs idéaux de liberté et de laïcité. En achetant l'amitié des pouvoirs démocratiques tout en attaquant sans cesse leurs manières et leurs façons de gérer le monde, Muammar envoie un signal à l'Europe et l'Amérique: « Nous vous haïssons. Nous vous achetons. Et après nous jetterons vos idéaux aux orties et nous nous installerons au pouvoir, chez vous aussi. »

Ne soyons pas faibles devant les dictatures. Et montrons notre union. Si les Kadhafi ont été humilié à Genève, patrie des droits humains, que devons-nous dire, nous, si on nous arrête arbitrairement (car ce n'est pas dans nos lois à nous d'interdire l'alcool) des semaines dans les geôles libyennes pour simple détention et consommation d'alcool? Que nous sommes de pauvres êtres inférieurs devant Allah et les régimes théocratiques tout-puissants?

Faire la paix quand les provocations se multiplient d'un côté, et que de l'autre, la bonne volonté des Américains, des Suisses, et des nations démocratiques ne suffisent plus, comment la réaliser?

Une seule solution, peut-être. Dire une fois pour toute à Israël qu'elle peut aussi être soumise aux sanctions de l'ONU et de l'Amérique pour non-respect des droits du peuple palestinien. Alors peut-être, le monde arabo-musulman commencera à nous respecter. Et si cela ne suffit pas. Il ne restera que la guerre, la vraie, celle que personne ne veut chez nous car la vie est plus importante que la mort chez nous, dans nos valeurs qui ont compris que défendre la planète bleue et les droits humains sont plus importants et urgents que de défendre un Dieu dont personne ne sait vraiment qui il est, où il est, ce qu'il fait, alors que sa seule arme réelle, c'est l'Amour, et non la Haine, cette haine terrible à laquelle se vouent et se dévouent une partie des êtres humains.

 

09:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

j'adhère avec reconnaissance à votre conclusion! Claire-Marie

Écrit par : cmj | 04/09/2009

Les commentaires sont fermés.