18/09/2009

Grands reporters, entre deux attitudes

Nous vivons un moment de l'Histoire humaine qui semble naviguer entre pessimisme, attitude désabusée, voir cynisme, et une autre vision, dynamique, porteuse d'espoir et d'utopie, voir une nouvelle façon d'envisager les relations entre cultures, entre populations afin de créer les conditions d'une paix future globale et durable ainsi que la possibilité d'une société beaucoup moins polluante, plus axée sur la protection et le respect des richesses naturelles, utilisant les énergies renouvelables au potentiel illimité.

Nous pouvons envisager l'avenir avec deux théories empruntées à la navigation. Premièrement, la « théorie du Titanic » qui veut que notre monde va à sa perte, que nous avons déjà heurté l'iceberg mortel, et que nous devons d'abord, choix très égoïste, matérialiste et humain, nous préoccuper de nos intérêts personnels, de nos plaisirs, avant la fin, avant d'être engloutis par les eaux. C'est le choix de pas mal de gens démobilisés qui s'en foutent totalement des générations futures et imaginent que de toute façon la messe est dite et que nous allons tous laisser notre peau dans l'aventure. Position lâche et peu sensible à nos enfants, voir criminelle si nous-mêmes avons des enfants qui désirent aussi ou qui ont eux-mêmes des enfants.

Deuxièmement, la « théorie du Pachakamac » que j'emprunte au nom de mon blog dérivé lui-même de Tintin. Cette théorie est celle de toutes celles et tous ceux qui ont une conscience universelle, un désir d'échapper à un destin fatal, à une humanité criminogène, préhistorique, sans aucun cerveau spirituel capable de changer la donne, de modifier la route du paquebot autrement que par sa disparition définitive. La théorie du Pachakamac appartient à toutes celles et tous ceux qui ont décidé de dire non à l'horreur, non au fatalisme, non au cynisme, non au crime et au génocide.

Les grands reporters sont une race en voie de disparition. Peu soutenus, sans finances souvent, sous la menace permanente d'être assassinés ou de mourir dans un accident de guerre, ignorés voir honnis des sociétés prises par la Grande Illusion du Divertissement, les grands reporters sont peut-être les derniers témoins de l'humanité... avant sa disparition ou...avant une autre façon d'inventer l'avenir de l'humanité.

A quelle théorie accordons-nous et occupons-nous notre vie? A celle du Titanic? A celle du Pachakamac? Si une majorité se dégage durablement en faveur du Titanic, il n'y a plus d'espoir possible et nous devenons automatiquement des humains piégés dans une immense toile d'araignée attendant d'être mangés par le monstre. Par contre si la majorité se fait autour de la théorie du Pachakamac, nous avons peut-être la possibilité d'être fiers de nos vies et de notre époque en léguant aux générations futures l'aventure d'une grande épopée: celle du Village universel que nous initions par nos initiatives.

Désir d'avenir*? Ségolène Royal devrait adhérer à la théorie du Pachakamac et envoyer des grands reporters, grâce à ses soutiens nombreux, dans tous les coins de la planète en oubliant la Présidence. Elle est faite pour ça. Bien meilleure dans un rôle de Sainte de l'humanité que dans un rôle présidentiel.

 

*Voir l'article consacré à Mme Royal et son nouveau site Internet par hommelibre, blog Tribune de Genève

 

Les commentaires sont fermés.