20/09/2009

Mon corps désalpe (Las Ketchup Blues)

Mon corps désalpe.

Il dérupe en bas de ses champs verts que je palpe.

Il s'empulte dans ses jeux de jupes,

dans son bulbe rose de choupapchup

 

picture051_77.jpg

 

Enrico & Roberto I

Delémont, 18.09.09

 

Je m'enlise pour une Elise,

m'iranise pour cette fille qui m'irradise.

Mon Milky-shake s'israélise à l'Eglise.

Ô douces friandises qui en enfer paradisent.

 

picture034_222.jpg

 

Enrico et Roberto II,

Delémont, 18.09.09

 

J'échine mon épine sur Aline.

Je m'enchine pour la petite Lin.

Sex machine sur Air Line,

et Chine Chine Chine.

 

 

picture034_23.3jpg.jpg

 

Enrico & Roberto III

Delémont, 18.09.09

 

Mon corps désalpe.

Il dérupe de ses montagnes blanches que je palpe.

Il s'empulpe dans ses jeux de jupes,

dans son bulbe rose de choupapchup

 

Lioba Lio-o- ba...

Ô jolie colombe de la paix

youtze vers elles pour aimer.

 

 

picture0222.jpg

 

Enrico, enfant bouddha I, Neuville plage,

13.09.09

 

bap bap choubidoubidou

choup choup choup

choupapchup.

 

Las Ketchup Blues.

 

picture022222.jpg

 

Roberto, enfant bouddha II, Neuville plage,

13.09.09

 

Lioba Lio-o-ba...

Ô jolie colombe de la paix

yodel vers elles pour aimer.

 

Bap bap choubidoubidou

choup choup choup

choupapchup.

 

Las Ketchup Blues

 

« Avec elle, je suis Enrico, Coco.

Et avec toi, je suis Roberto, Toto.

L'amour transfigure les coeurs et les visages.

Tenir sa droite, tenir sa gauche,

pour éviter la déroute.

Si Enrico croise son double Roberto

au milieu, sur la ligne blanche,

c'est comme si une collision frontale arrivait au type

devant les filles. Et tout serait fini.

L'amour décèderait sur place.»

 

P.S. L'amour peut être comparé à une religion ou à une nation avec ses rites, ses intégrismes, sa fidélité, sa liberté, et ses prisons.

 

Peut-on garder le respect, l'estime, l'amour, notre spiritualité amoureuse commune envers un être qui s'est découvert un nouvel amour, comme envers notre nation ou notre dieu d'origine? Je pense que oui. Mais la question est ouverte.

 

Remplaçons les mots vexatoires et humiliants habituels par des mots à connotations moins négatives, moins assassins dans les jugements. Remplaçons, par exemple, le mot « infidèle » par le mot « navigateur ou navigatrice ou encore marin », le mot « cocu » par les mots « ouvert d'esprit », le mot « salaud » par le mot « libertin », le mot « pute » par le mot « libertine », et déjà dans les têtes et les coeurs des êtres humains cela change tout.

 

« Jean a été attiré par un fort courant marin qui l'a fait dévier de sa route. Marie, sa compagne en a profité pour naviguer sur les Côtes d'Afrique du Nord. Ils se sont retrouvés tous les deux à New-York avant de continuer leur route ensemble pour un périple au Groenland afin de tester leur solidarité commune et leurs cordages de bord. Il semble qu'aux dernières nouvelles, leur amour ait résisté à l'épreuve du froid polaire, »

 

Un exemple d'ambiance climatique amoureuse.

 

La fidélité s'exprime d'abord par un idéal amoureux plutôt qu'à travers l'idéologie amoureuse qui est le début et le reflet de notre emprisonnement à nos convictions. L'union de deux êtres humains ne devrait pas signifier la fin de la liberté mais le début de celle-ci, son apprentissage et sa progression

vers un couple qui se renouvelle soit par une liberté intérieure vécue et voulue à deux, désirée sans contrainte, soit par une liberté autonome qui permet au couple de s'évader vers des ailleurs provisoires...voir définitifs si cela est inscrit dans la destinée du couple originel.

 

Et si tous les êtres humains qui sont fidèles à leur Dieu procédaient de la même manière, aurions-nous la possibilité de voir la fin des guerres de religions? Et si tous les êtres humains qui sont fidèles à leurs partenaires parvenaient à adopter la stratégie du marin, verrions-nous la fin des crimes passionnelles, la fin des horreurs familiales?

 

Israéliens, Palestiniens, Iraniens, Musulmans, Chrétiens, ce texte vous est prioritairement dédié. Afin que la Paix se fasse et que la Guerre s'en aille. Nous n'avons plus le temps de gaspiller nos énergies dans des conflits stériles qui entraînent dévastation et morts. Nous avons la biosphère de la Terre à sauver. Le combat est bien plus motivant et innovant. Et surtout, il nous unirait dans une direction commune permettant de faire honneur à la vie...en gardant respect et amour de Dieu...pour celles et ceux qui croient en Lui.

 

09:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

Cher Ami, C'est comme si ce dernier paragraphe m'était personnellement dédié! Je ne voudrais justement pas gaspiller l'énergie de "ces derniers moments de ma vie que j'aime tant" dans des conflits stériles. Nous sommes responsables de notre terre. Et poursuivre sa création dans l'esprit de Jésus exige, comme vous dites si bien: innover! Parce que la terre, comme l'univers est notre MAISON, la motivation de lutter pour sa survie d'abord (car le chaos est proche) mais aussi pour son déploiement approfondit notre conscience. Ce combat nous unit comme d'autres combats nous ont unis par le passé et puis, quand on fait l'expérience de Dieu, pas en tant que dogme ni de doctrine, mais en tant qu'amour, qui se manifeste parfois là où on le l'attend pas, on repart courageusement.
"Les guerres, les crimes, les horreurs" ( nous portons en nous des germes de violence) font partie du chaos. Comprendre? Essayer de comprendre avec l'aide de l'intelligence, de la raison, de la philosophie, de la religion, celles et ceux qui s'adonnent à cette réflexion sont précieux et très utiles. Mais être au cœur de "la mêlée",... on en ressort avec des blessures, des pieds crottés, pour avancer encore dans cette direction commune qui "fait honneur à la vie".

Écrit par : cmj | 20/09/2009

Merci, chère Amie de coeur. J'ai toujours trouvé étonnant que les êtres humains ont autant de peine à s'ouvrir à l'amour et tellement besoin d'églises pour prier... En nous sommeillent tous les sentiments, des plus vils aux plus nobles. Chaque être humain est porteur de ces sentiments à mille facettes. Mais comme dans une cuisine, la cuisine du coeur peut-être formidablement apprêtée ou alors bâclée et bonne pour les ordures. C'est pour cela qu'on appelle des gens horribles des ordures... Comme je suis cuisinier, je ne désire pas être une ordure pour nos clients, pas non plus un grand maître qui assure ses classiques. Juste un petit coq qui préparent des petits plats, parfois fumeux, souvent fumant, mais dans la ligne de coeur. Fidèle au désir d'être apprécié même jusqu'au piment qui "arrache la gueule". Je suis conscient que pour les personnes non amateurs de plats trop épicés, je dois faire fuir... bon, bref. Avançons en murmurant Lioba... Bonne journée ma Soeur. je viens de poster un billet poétique pour adoucir les moeurs délabrées de nos coeurs.

Écrit par : pachakmac | 21/09/2009

Les commentaires sont fermés.