05/01/2010

DC Decon, reporter photographe à Djerba (3ème jour)

Troisième jour. Lundi 28 décembre, 07 heures du mat. DC Decon se promène sur la plage déserte et contemple le soleil levant. Il respire un grand coup. Il rit tout seul. Il aimerait bien pleurer aussi. Mais ça ne sort pas. Il ne sait pas s'il va revenir au pays, s'il va obtenir son rendez-vous, si tout simplement le monde va l'oublier tel un mirage apparu sur le sable disparaissant au moment de le toucher. Il y a une très belle phrase de Lhasa sur la disparition: « La mort est sans doute notre plus beau trésor ». Ou encore: « Le manque d'argent, le milieu hostile, la voiture en panne, te permettent de trouver l'inspiration (…) Le soir, tu es seule. Le lendemain matin, tu te retrouves entourée de mille caravanes identiques, pleines de mille retraités identiques, accompagnés de mille caniches identiques. Puis, ils disparaissent et tu te retrouves seule de nouveau ».

 

Petit déjeuner au milieu de mille touristes identiques et nouvelle tentative d'approche unique de la direction. Deuxième coulage au chocolat de la réception avec l'attaque aux mini-Toblerone. Le Cervin est dans tous ses états et dans de beaux draps avec Mister DC Decon, le Kaaba, le phénomène suisse débarqué sans crier gare à Djerba la Douce. Et nouvel échec. Monsieur le Directeur n'est pas encore arrivé.

 

De retour à la chambre, coup de coeur. Madame la femme de chambre a posé un magnifique cygne en éponge sur le lit avec plein de pétales de fleurs. Le petit K d'O du Père Noël arabe, alias DC Decon, a eu son effet. Magique! DC Decon apprendra plus tard que Nicole a eu droit à la même faveur et que Nicole a eu la même bonne idée de laisser un petit K d'O le même jour à la discrète et sympathique femme de ménage. Et si Dieu et ses cygnes passaient à travers les plus simples personnes? Souvenir d'un dessin de « Le Chat ».

 

Séance animée de step by step sur fond d'electro dance à la plage. DC Decon s'installe sur un transat. Le temps est superbe. Il ouvre le bouquin offert pour Noël par sa première épouse « Autre monde, Malronce » écrit par Maxime Chattam. Incroyable ce K d'O! Déjà le prénom, Maxime, puis les ours menaçants qui apparaissent, et le peuple des Cyniks aussi. Cela ressemble un peu à sa propre «Lettre de Tunisie » dans l'esprit littéraire. Et pourtant ni la lettre ni le bouquin n'ont eu d'influence l'un sur l'autre puisque ces deux mondes ne se connaissaient pas au moment de l'écriture.

 

Midi. Toujours pas de rendez-vous. DC Decon veut obtenir cette rencontre aujourd'hui car plus le temps passe, plus l'esprit vacances va se rétracter au profit d'un gouffre insondable de tristesse définitive. Soudain, c'est la délivrance. Au début de l'après-midi, DC Decon est accueilli par le directeur adjoint, Monsieur Najah Adalet. Après les politesses d'usage et la mise en avant des charmes de l'hôtel et du personnel, DC Decon expose son sujet. Le sous-directeur semble surpris mais reste calme et sympathique. Il lui annonce que la famille Kadhafi n'a rien à voir avec la gestion des hôtels Laïco et qu'il ne pourra sans doute rien faire pour lui. DC Decon ne perd pas courage. Un transfert des K d'O par voiture en direction de l'Ambassade à Tripoli? Est-ce envisageable? Toujours pas possible. Il lui faut trouver le moyen d'amadouer la résistance.

 

DC Decon pense qu'est venu le temps d'utiliser l'arme corruptrice de construction massive numéro 3: le beau stylo racé suisse de papeterie. Il part à la chambre. Quand il revient, la réception lui annonce que le directeur général veut le rencontrer dans son bureau. DC Decon est reçu en toute sympathie par Monsieur Khaled Bouhamed qui à son tour, mais avec plus de clarté et moins de prudence dans la parole, avise que la famille Kadhafi n'est pas liée directement à la chaîne Laïco. Néanmoins, il va en informer sa direction principale basée en Libye et voir ce qu'il peut faire pour lui. Il garde les K d' O dans son bureau. DC Decon a réussi la première partie de sa mission. Le téléphone arabe devrait fonctionner. Il trouve sur le coup la signification originale des deux majuscule *DC* de son pseudo: Diplomaticus Corpus.

 

 

Dans l'après-midi, l'agent Decon envoie des sms à toute sa famille en précisant qu'il est à Djerba et non à Ovronnaz comme prétendu avant Noël. « Qu'est-ce que tu fous là-bas? » lui répond Agata. « T'es qui, toi? » lui écrit Priscilla qui n'a pas, à l'instar de tout le monde, ce numéro de téléphone enregistré. « Tu fais quoi en Tunisie, papa ? » lui envoie Jean-François. « Bouhhh. Je suis venu rencontrer le grand méchant loup Kadhafi. Mais non. Je passe de merveilleuses vacances pleines de soleil à Djerba. » répond DC Decon à son fils. « Et frangin, c'est pas vrai! T'es à Djerba! J'y crois pas! » lui répond sa soeur Isabelle qui passe du bon temps avec son ami tunisien au même endroit.

 

Fin d'après-midi. Bain confortable. DC Decon est désormais plus détendu. Il croise encore Nicole Kidman avec un K qui chaque jour devient plus rayonnante et heureuse de son choix de vacances.

 

Deux Mojito au bar Hannibal. Alain et son épouse, un couple des environ de Mulhouse, sympathisent avec DC Decon. Lui travaille parfois à Laufon. Les vacances s'installent tranquillement dans la tête de l'agent fictif très particulier de la Confédération suisse, DC Decon. Puis l'heure du repas s'impose. Et en avant la musique. Soirée magique à la discothèque avec le spectacle « Lord of the Dance » (Les photos prises par *DC * à cette occasion seront en principe posée sur ce blog au plus tard la semaine prochaine, ndlr). Les animatrices et animateurs de l'hôtel offrent des spectacles remplis de lumière et de chaleur humaine. Vive l'ambiance Laïco Djerba! DC Decon peut faire de beaux rêves. Ses vacances ne seront ni pourries ni perturbées par un désastre de communication entre lui et le monde musulman.

 

Photos-00344_1.jpg

 

Photos-00922.jpg

 

Photos-00688.jpg

 

Photos-00844.jpg

 

Photos-00585.jpg

 

Photos-00777.jpg

 

Photos-00788.jpg

 

Photos-00822.jpg

 

Photos-00866.jpg

 

Notre gardien régulier et journalier de la section Agim,

le chat Aristobal

 

03:43 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.