20/02/2010

De la vermine et des gens

Des gens perdent leur temps à gaspiller leurs secondes sur l'écran d'un ordinateur. Des heures infécondes à dire du mal d'autres gens, à raconter des histoires d'êtres inférieurs et barbares opposés à des êtres d'une grande et rare intelligence, supérieure à tout ce que l' Histoire a pu offrir comme intelligence humaine au monde.

Des gens jettent toute leur énergie à fracasser les fleurs contre des murs de pierres juste parce que cela apaise leurs pensées destructrices et réductrices. Ils ont besoin d'un guide qui dicte blanc contre tous ceux qui ont des idées bleues, des idées neuves, des idées de peinture, de mélange des couleurs, des images d'art voyageant dans leurs têtes et dans leurs coeurs; des envies d'amour et de sexe libérées des impositions et des incantations ancestrales, libérées des impostures et des imposteurs, libérées des nouvelles entraves sexuelles commerciales.

Des gens veulent du sang, encore du sang pour digérer leur haine, pour libérer leur trop-plein de complexes liés à leur supériorité supposée. Ils ont l'animosité à la bouche, comme des serpents qui sifflent et persifflent à toutes heures du jour et de la nuit. Ils laissent leur bave et leurs vomissures sur le coin d'une page dédiée à la poésie et au charme. Ils ont l'art du sacrilège dans le sang et leur bouillonnement de crapauds et de fée Carabosse naît d'une marmite hantée par le Mal.

Des gens pauvres et secs comme une source d'enfance tarie par les années d'amertume. Des gens qui ne verront jamais rien de la beauté diversifiée du monde. Des gens qui ne constateront que les malheurs, les désastres, les haines, les incompréhensions pour appuyer leurs discours voués à la vindicte ou à l'approbation du peuple. Pourvu qu'ils occupent le terrain avant la mort. Pourvu qu'ils commettent le maximum de dégâts dans les têtes et dans les coeurs avant de disparaître de la planète.

Des gens qui vivent on ne sait quels amours et quelles amitiés. Des gens bien dans leur logis en train d'être attaqué par la vermine à travers la poutre vermoulue de leur oeil. Mais cette vermine est belle. Elle chante des fois tard le soir avec les oiseaux de nuit, elle rit, elle boit aussi. Et elle fait l'amour tout le temps sans se dire que tout est noir ou tout est blanc. Juste des personnes prises comme vermine  par des gens tellement supérieurs. Juste des personnes fragiles et fortes qui se disent qu'aimer avant de vieillir rend jeune d'esprit pour la vie entière.

 

01:46 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Merci pour la magnifique vidéo! Elle est le contrepoint parfait de votre texte ambigu. Continuez.

Écrit par : PJR | 20/02/2010

Les commentaires sont fermés.