27/02/2010

La Libye entre islam et démocratie

Le Colonel donne une leçon de politique étrangère à ses enfants si différents (preuve d'une démocratie familiale qui fonctionne à merveille).

D'abord Hannibal, la terreur, le turbulent beau gosse qui fréquente les boîtes de nuit et de strip-tease en administrant parfois des raclées à des filles et des garçons qui osent ne pas assouvir ses caprices de fils à papa. Saïf al islam, ensuite, l'homme d'affaire qui côtoie le modèle occidental et désire réformer son pays jusqu'à y créer une des démocraties les plus avancée en provenance des pays arabes. Et enfin Motassem, le gardien de la tradition bédouine et islamique prêt à établir une république islamique en Libye. Joli tableau de famille issu de papa Kadhafi.

Mais pourquoi donc papa Kadhafi hésite tellement sur le devenir de sa succession? Se battre contre l'Occident? Mais alors pourquoi se rapprocher de l'Europe et de l'Amérique? Ouvrir les portes à la démocratie? Alors pourquoi tant de défiance, tant de haine, tant de mépris de l'Occident?

Papa Kadhafi est devant un dilemme. Son fils Hannibal a adopté les codes de vie occidentaux tout en se foutant pas mal des lois qui régissent ce monde-là. Son fils Saïf al islam a lui trop bien acquis les fondamentaux de l'Occident. Il n'est pas rebelle du tout. Pour un papa qui a 40 ans d'actes révolutionnaires derrière lui ainsi que des milliers de gestes et de paroles provocatrices face à l'Occident, ce fils peut paraître beaucoup trop docile et « vendu » à l'Occident. Quant à Motassem, il est un digne fils de papa. Hélas il est peut-être trop religieux et pas assez ouvert concernant la position des femmes dans la société libyenne. Hors papa a pas mal fait en faveur d'un certain féminisme. Il ne voudrait pas que Motassem détruise son oeuvre réovutionnaire plus axée sur un modèle « communiste » que sur un modèle islamique.

A qui donner la préférence? Papa Kadhafi ne sait pas. En attendant, il fait gonfler sa montgolfière à l'hélium et il s'en prend à la Suisse, histoire de faire diversion et de voir comment ses fistons réagissent. Dur dur la succession d'un pilote de montgolfière... En attendant, nous Suisses, nous voulons revoir très vite Max Göldi à Château-d'Oex. Papa Kadhafi va réussir à montrer à ses trois fils comment il possède toujours le pouvoir de grâce sur un Occidental alors que nous, nous n'avons que nos tristes tribunaux judiciaires pour garder ou faire libérer un prisonnier... Largeur de lest, jeteur de sable et de poudre aux yeux, papa Kadhafi sait parfaitement manipuler son dirigeable là où il veut.

Petite démonstration à l'appui...

 

02:08 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.