28/02/2010

Billet du tram 12 pour Barbie Dark Side

Runaway... Trainaway... Womansaway... Eyes Wide Shut... J'ai oublié quel était l'air de Natalee...une ballade de quelqu'un, pas d'Elvis, mais de quelqu'un comme ça. Atomic bomb Lolita ou Nabokov bomb, quelque chose comme ça avec plein de rayons X jaunes tout autour... Rien qu'un rêve qui circule en mon corps. D'abord Lidia qui revient en boucles vertes vénéneuses et sirupeuses. Sa jungle intérieure a laissé peu de place à la libre expression des femmes mais beaucoup à celle des hommes. Notre couple formait un joli bordel intime, une sorte de manège charmant tournant tous ses crimes sexuels sur un cheval à bascule.

Un petit caillou orange passe par la fenêtre du windows... Mihaela... Je le propulse vers l'avant. Ses flik-flaks sur l'eau forment les ondes de la vague orange et lui donne sa hauteur, sa profondeur, son rythme, sa distance, sa direction, son vent. Je vais dompter mon surf grâce à cette tigresse blanche rentrée dans ma vie par la singulière adresse de Natalee et le rejet chaotique de Lidia... Trois girls reliées par je ne sais quel hasard prosaïque ou céleste sous le toit du « Gregory Bar », petit buibui sans envergure de la Ville de Glace. Mes tigres de papier forment une sorte de culbute intime prodigieusement assumée et maîtrisée...

Qu'est-ce que la fiction? Est-ce tirer de notre réel une sorte d'illusion cosmique nous menant tout droit dans le mur virtuel de notre utopie? Mais finalement, mourir à notre utopie, n'est-ce pas la plus belle façon d'être vivant?

Si vous avez peur du sexe et de ses conséquences; si votre religion ou votre pudeur l'interdit à vos yeux, alors, sans doute, vous avez encore trop froid à l'amour. Comme une orange mécanique, votre probabilité de tomber un jour dans la haine et la guerre est élevée tandis que, avec les années, votre capacité à tomber amoureux dérivera fatalement vers une sorte d'impuissance et de degré zéro absolu du cynisme. Pensez-y quand vous visionnerez votre prochain film...

« A mesure qu'il s'enfonce dans ce monde étrange, il se souvient avec affection de sa vie tranquille de tous les jours... Il sent que la réalité sociale ordonnée à laquelle il appartient est une sorte d'imposture... ». Traumnovelle, Arthur Schnitzler.

Final de "Trois pièces et demi", J. Emgé, éd. La Vague Orange, août 2005*

*Petit livre intimiste édité à compte d'auteur en 2005 par un avatar de Pacha K Mac. Avec Evanescence pour le souvenir musical d'une décennie (1993 - 2003) où l'avatar de Pacha K Mac a vécu plus près du Pornoland que du Candyland.

 

 

 

21:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

J’avoue que j’ai du mal à suivre...il y a tout de même un paragraphe qui m’interpelle, celui où vous dites que pour des raisons religieuses ou par timidité, certaines personnes brident leurs désirs et développent ainsi un risque accru de devenir des guerriers…JE SUIS TOUT A FAIT D’ACCORD !

Il suffit de constater les ravages de la virginité sur mon héroïne adorée Jeanne d’Arc, en même temps cela a été un formidable moteur pour sa mission !

Moi-même si je persiste dans cette voie, je suis consciente de devenir bientôt une redoutable serial-killer ; )

Hélas, la seule chose qui pourrait réveiller ma libido, ça serait une androgyne et athlétique nageuse allemande avec des mains de bûcheronne…mais je suis consciente que ce genre de fille ne pousse pas sous les arbres en Suisse Romande !

Écrit par : Barbie Forever | 28/02/2010

Hi! Hi! Hi! Barbie, je vous adore. Je crois pas qu'un de mes avatars puisse se transformer en nageuse allemande androïde pour vous réveiller...hum...la libido mais dans un lido pourquoi pas? Parmi la confusion d'un bouillonnement surgissant d'un jacuzzi, peut-être que je ferais l'affaire et des bulles d'O avec vous. :))))) Vous êtes trop drôle et très touchante, Barbie Dark Side. Aller bonne journée à vous. Je fais en ce moment une prise de jujitsu à Mr Kadhafi. Et je dois conserver tout mon potentiel énergétique pour ne pas me faire surprendre par le lion de Tripoli.:)))

Écrit par : pachakmac | 01/03/2010

Les commentaires sont fermés.