12/03/2010

La rafle, modèle libyen

 

Suite à l'arrestation d'Hannibal Kadhafi, on apprend, avec beaucoup de retard, que la Libye aurait arrêté de nombreux employés qui avaient pour seul tort d'être engagés par des entreprises suisses.

Certains auraient été emprisonnés durant de longs mois avant d'être relâchés. Peu ou pas de témoignages directs de ces arrestations existent. Une chape de plomb diplomatique est tombée sur le dégagement de radiations kadhafiennes provoquées par l'explosion de la centrale onusienne genevoise...

Une chose que la Libye ne peut plus dire sans se retrouver ridicule et non crédible c'est d'affirmer que la justice libyenne est indépendante de la justice kadhafienne. Les arrestations de Rachid Hamdani et Max Göldi sont clairement politiques malgré les dénégations de la diplomatie libyenne. Et si Hannibal Kadhafi s'est rendu en prison, c'était clairement pour montrer à la Suisse que lui et son père peuvent décider du sort de notre ressortissant... y compris dès maintenant de prolonger sa peine carcérale en toute décision judiciaire indépendante... grâce au recours déposé par l'avocat de Max Göldi.

Je n'arrive toujours pas à comprendre la raison de ce recours. La demande en grâce était la seule chose valable dans le contexte libyen. Maintenant si rien ne s'arrange et que Max Göldi se voit signifier à nouveau une peine plus lourde, le Conseil fédéral devra nous expliquer en clair sa stratégie diplomatique en Libye. Cela veut dire: qui à Genève empêche la justice de trouver le coupable de la fuite des photos? Car rien ne semble vouloir devenir plus flexible du côté de Genève alors que tout semble mou du côté de la protection de notre otage qui, rappelons-le ici, s'est rendu aux Libyens uniquement pour laisser à Rachid Hamdani de regagner la Suisse et à éviter la prise d'assaut de notre Ambassade par l'armée libyenne. Alors nous n'avions pas le droit d'ouvrir la moindre faille qui permette au régime libyen de trouver un nouveau prétexte au prolongement de la peine de notre ressortissant.

A quand la croix suisse aussi mal vue

sur tout le territoire libyen et arabe

que l'étoile juive par les nazis?

 

Plus les jours passent, plus la répression sera pénible.

Le scandale est souvent provoqué

par celui qui a raison.

Car celui qui a raison ne se rend pas compte

que celui qui a tort use de sa dictature

pour mettre à genoux celui qui a raison.

 

A Berne, je vous demande de bien retenir

ce qui est écrit ci-dessus.

Il en va tout simplement de l'avenir

de notre pays dans le monde.

 

07:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.