19/03/2010

Ouvrir le ciel de tes bras

Tu as laissé une trace d'or dans le sable,

Tracé mon coeur d'un amour véritable.

 

Je te suis, aveugle, sans savoir où tu vas

dans le désert de tes absences à Djerba.

 

Tu sommeilles, légère, comme née inconsciente

à l'amour qui chamboule mes chairs impatientes.

 

Tu me dis « tu me manques, amour »

et je te manquerai pour 177 jours.

 

Tu joues la gazelle effarouchée

devant ton lion sot, énamouré.

 

Last kiss, French kiss, First kiss,

Rêve de ton visage et tes cuisses.

 

Je suis le fauve au désert de Jasmin

qui attend assoiffé son festin féminin.

 

Mon fils se bidonne et se moque de moi.

Il dit que je suis bouffon plutôt que roi.

 

Il crie que tu n'es pas mon amoureuse.

La jalousie du fils et d'une vie heureuse.

 

08:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

C'est beau. Bravo

(o_~)

Écrit par : Loredana | 19/03/2010

((*o*))
-

Merci Loredana. Smack.

Écrit par : pachakmac | 19/03/2010

Les commentaires sont fermés.