21/03/2010

Liberté de la presse, y'a pas photo

 

Y-a-t-il erreur de déontologie ou simple erreur d'appréciation dans la publication des photos d'Hannibal Kadhafi?

La question est posée. Le blog de « Domaine Public » y voit clairement une erreur de déontologie journalistique. Hors, bien des images d'un « people » comme Hannibal sont prises et « volées » par des téléobjectifs puis balancées dans les médias par des rédactions qui achètent les clichés aux photographes officiels ou à des paparazzi. Réserverait-on quelque part dans la charte de déontologie journalistique un point particulier à l'interdiction de faire paraître des photos d'identité judiciaire? Si oui, « Domaine Public » devrait nous donner en clair le point de référence pour son appréciation. Si non, le rédacteur en chef de la Tribune de Genève n'a pas commis d'erreur de déontologie mais bien d'appréciation dans son métier de journaliste.

Une quantité non négligeable de photos dites scandaleuses ou ne mettant pas à leurs avantages les « people » sont publiées quotidiennement dans les journaux ou sur les sites internet d'un quotidien. Par ailleurs des dessins de presse attentant à l'image, voir à la dignité de personnes connues (voir le dernier dessin « humoristique » de Micheline Calmy-Rey dans « Vigousse ») couvrent l'actualité sans plaintes des personnes visées ni demandes de dédommagements devant les tribunaux.

La liberté de la presse a, comme vertu cardinale, d'estimer la valeur d'une publication. En cas d'hésitation, il est certainement plus sage de s'abstenir. Et dans le cas où il y a otages, il est même sûr qu'il faut s'abstenir quand on connait à qui on a à faire. Il y a alors une faute professionnelle non sur la déontologie du journaliste mais vis-à-vis de la mise en danger de la vie d'une personne, voir d'un Etat de droit. Savoir s'abstenir sans se censurer est une des choses les plus difficile à combiner dans le cadre de la liberté d'une presse démocratique riche de sa diversité.

Pour terminer, une petite récréation sympathique qui offre quelques explosions et de la fumée au lac. Comme Hannibal et son père ont décidé de retenir encore notre otage tout en jetant notre Ministre des Affaires étrangère au lac, je vous offre ci-dessous le cadeau à vous tous que je destinais, en échange de la liberté immédiate de Max Göldi, à un Etat qui ne respecte ni la démocratie ni les droits humains tels que nous les concevons en Suisse.

We all came out to Montreux
On the Lake Geneva shoreline
To make records with a mobile
We didn't have much time
Frank Zappa and the Mothers
Were at the best place around
But some stupid with a flare gun
Burned the place to the ground
Smoke on the water, fire in the sky

They burned down the gambling house
It died with an awful sound
Funky & Claude was running in and out
Pulling kids out the ground
When it all was over
We had to find another place
But Swiss time was running out
It seemed that we would lose the race
Smoke on the water, fire in the sky

We ended up at the Grand Hotel
It was empty, cold and bare
But with the Rolling truck Stones thing just outside
Making our music there
With a few red lights and a few old beds
We made a place to sweat
No matter what we get out of this
I know we'll never forget
Smoke on the water

fire in the sky

Les commentaires sont fermés.