27/03/2010

La Suisse vaincue et cocue?

 

Affaire libyenne. Pour la Suisse, le scénario catastrophe semble continuer de plus belle du côté d'un raffinement de la perversion kadhafienne.

A force de réagir au lieu d'agir, la Suisse se trouve à chaque fois coincée dans ses derniers retranchements. Au lendemain de la visite d'Hannibal Kadhafi à Max Göldi en prison, la Suisse avait l'occasion de frapper un grand coup médiatique pour répondre positivement aux Libyens. Notre Présidente pouvait dire, dans un discours à la nation, que la Suisse était prête à lever sa liste noire sur les visas Schengen, prête à sévir contre le fonctionnaire qui avait envoyé les photos à la TdG, prête à accepter l'arbitrage international dans l'affaire d'Hannibal Kadhafi en échange de la grâce présidentielle libyenne accordée à Max Göldi et de sa libération aussi rapide que possible.

Las, le train a passé sans aucune réponse suisse. L'Europe a alors basculé de façon stratégique dans la demande libyenne de contourner la liste noire suisse. Il ne reste à la Suisse que l'espoir de voir revenir Max Göldi au bout des 4 mois et que, dans le cas contraire, l'Europe saura enfin dire si elle préfère la démocratie à la dictature.

La Suisse vaincue, telle que le proclame ce soir la Libye? Et cocue, telle que l'Europe n'osera jamais avouer? Si c'est cela l'épisode finale pour notre petit pays indépendant, nous pouvons informer l'Europe et ses citoyens que c'est toute la démocratie mondiale qui est vaincue par la dictature d'un régime qui sait si bien faire marcher les démocrates avec un paquet de dollars en main. On se souvient que Hitler aussi avait su rouler dans la farine les démocraties du monde. Et on n'oubliera pas que derrière la Libye, il y a l'Iran et très bientôt sa bombe atomique. Muammar Kadhafi semble avoir choisi définitivement le camp malheureux du maintien de sa dictature au bonheur relatif d'ouvrir son pays et les nations arabes aux joies et aux peines de la démocratie.

Cela fait peur. Cela indique qu'il y aura peut-être un de ces jours un conflit énorme entre nous et le monde des royautés arabes.

C'est ma conclusion provisoire ce soir. Et en réponse à cette folie perverse des Kadhafi, je dis M. Repérez la fille au maillot suisse après 1minute15. Un signe de l'amour à un régime qui s'en contrefiche.

 

 

 

 

23:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Cher Pachacmak, merci de la note aussi du commentaire sur mon blog et bon dimanche. K. jeune, n'était pas comme ça. Le pouvoir corrompt et le pouvoir religieux et économique pourrit en plus! K. va passer. Pour le moment, il s'est fait un allié de Mugabe et d'autres salops, il possède d'immenses étendues de terre au Zimbabwe - contre du pétrole - et sur ces terres il y a des gens. Berlusconi semble être son ami! Et puis, c'est pas parce qu'on nous dit "qu'on est vaincu" qu'il est le vainqueur! Vous voyez Mandela: "I am the Captain of my soul". Invictus. Dans les pays arabes, il y a des foules qui aspirent à être libérées des dictatures. Du Sahara occidental à Gaza et du Far East jusuq'en Chine! Je crois qu'un réseau de relations solidaires (aussi par Internet) pourrait contribuer à se défaire des dictatures avec la force de Pâques peut-être. Bon dimanche!

Écrit par : cmj | 28/03/2010

J'aime ce message de combat, chère Claire-Marie. Nous savons que le monde arabe bouillonne et qu'une partie des populations cherche de plus en plus la voie démocratique, ouverte, et tolérante. Mais que devons-nous faire de leurs dirigeants? Que faire avec un Président iranien qui va bientôt posséder la bombe atomique? Si jusqu'à aujourd'hui nous avons eu des pays responsables et pas assez fous pour commettre l'irréparable en ayant su éviter l'immense catastrophe que serait l'envoi d'une bombe atomique, je ne suis pas du tout sûr que face à une situation désespérée et au moment de tout perdre, le gouvernement iranien n'enverrait pas une bombe atomique du côté d'Israël...ou de la Suisse...pour satisfaire le fantasme du fils Kadhafi et de son père. Alors devrons-nous intervenir préventivement, avec quelle conséquence sur les populations? Les foules manipulées par un pouvoir pervers sont ingérables, incontrôlables, et convaincues de détenir la vérité en détruisant l'objet de leur haine. Car, comme dans tout fascisme, l'Autre n'est alors plus un être humain mais un simple objet perturbateur qu'il faut éliminer à tout prix... Bonne journée, très chère Claire-Marie.

Écrit par : pachakmac | 28/03/2010

Vous avez raison d'insister sur l'aspect que nos autorités sont (ou du moins semblent) n'agir que par réaction. N'est-ce pas le cas de l'Occident en général, lorsqu'il est doit faire face à des personnalités ou des régimes ou des mouvances aussi déterminés que le sont les musulmans extrémistes et les dictateurs, qui ont en commun le mépris de la démocratie et de la vie humaine telles que nous les concevons? Peut-être est-ce inévitable puisque, comme vous le relevez, dans nos démocraties les gouvernements sont presque impuissants face à la mobilisation des pacifistes à tout crin (le pacifisme n'étant pas une tare en soi) auxquels s'ajoutent diverses tendances angéliques et naïves parfois noyautées et toujours soutenues par les propagandes qui tiennent à démobiliser tout acte de résistance. Ainsi toute déclaration qui serait interprétée comme un appel à la guerre (sainte ou non) est accueillie avec une patience et un souci des nuances sans limites lorsqu'elle est le fait d'un réel ennemi de nos valeurs et de nos institutions, mais provoque des déchaînements de critiques et de haine lorsqu'elles viennent de notre propre camp. Nos propres déboires avec la Lybie (dont certaines autres nations ont été la cible par le passé, ne l'oublions pas) ne sont qu'une des illustrations de ce phénomène, que vous illustrez vous-même par des exemples historiques de plus grande envergure et de plus sinistre mémoire.

Écrit par : Mère | 28/03/2010

Je dirai que le divorce est consommé entre la Lybie et la Suisse. Il n'y a plus que les modalités du contrat à peaufiner. Lorsque l'on ne s'entend plus, il faut en prendre acte.

Lorsque les différents sont insurmontables, il est judicieux pour les deux parties de se séparer. Et l'animosité se noiera dans les eaux de la Méditerranée.

La Lybie n'a pas besoin de la Suisse pour exister et la Suisse, minuscule ilôt, se satisfait de sa démocratie, de ses magnifiques paysages, de ses institutions humanitaires.

Écrit par : oceane | 28/03/2010

Il restera dans cette affaire la démonstration parfaite de tout le mal que les journalistes, tous médias confondus, font à notre pays, tribune de Genève en premier, bien sûr.
Ce soir encore, sur Forum de RSR1, la journaliste s'ingénie à monter en épingle un changement de cellule de Göldi pour la transformer en attaque libyenne contre la Suisse...
Le clan Khadafi n'a qu'à lire les journaux et écouter RSR1 pour savoir quoi faire...
Un tel acharnement des medias pour nuire aux intérêts suisses est touchant. On les savait altermondialistes, extrémistes socialistes et on peut observer en grandeur réelle l'effet de leur idéologie fanatique anti-suisse. Göldi n'est pas encore dehors et j'espère que quand il sortira, il saura attaquer en justice le torchon genevois auquel il doit sa présence en prison et que son avocat saura le leur faire payer le plus cher possible !

Écrit par : Géo | 28/03/2010

Océane@ Ouais. Il existe un autre contentieux dont je ne parlerai pas pour ne justement pas faire comme les journalistes...
Mais je pense que ce n'est pas difficile de savoir de quoi il s'agit.

Écrit par : Géo | 28/03/2010

"Par exemple, en fermant la raffinerie Tamoil, et en demandant aux Suisses du boycotter cette société, ­ s’ils ne le font déjà"
Philippe Barraud ne s'est pas gêné, lui. J'aurais attendu le retour de Göldi pour en parler. En attendant, on espère alors que l'extrême lâcheté des services de l'environnement vaudois et valaisan, qui s'acharnent contre le moindre panneau solaire ou la plus petite éolienne au nom du respect de l'environnement, vont enfin se réveiller face aux nuisances incroyables de ces raffineries : Khadafi veut peut-être empoisonner le peuple suisse ?

En tous cas, que les gens qui y travaillent sachent qu'ils travaillent pour notre ennemi.

Écrit par : Géo | 29/03/2010

Les commentaires sont fermés.