31/03/2010

Une exigence qui ne vient pas...

Max Göldi, avec son compagnon d'infortune, a été kidnappé durant 50 jours par les Libyens. Mis en vraie cellule, isolé de son compagnon, il a connu les conditions réelles de détention. Peut-on savoir pourquoi Berne n'exige pas de tenir compte de ces 50 jours de détention provisoire dans le décompte des jours. Cela pourrait signifier que dans 30 jours notre otage serait libre.

L'exigence paraît tout-à-fait réaliste si la justice libyenne se targue d'être indépendante de son leader révolutionnaire... L'avocat libyen de Max Göldi peut-il faire cette demande à la Justice de son pays avec le soutien de nos autorités fédérales?...

 

Photos-0043_11.jpg

Le baise-main de Berlusconi à Kadhafi

 

 

16:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2010

Le baisemain de Berlusconi à Kadhafi vu par...

Il est inutile de chercher une explication là où l'évidence règne en maître. En ce jour de grand événement pour la physique et le CERN, il est bien de rappeler que les grandes collisions poétiques sont souvent oubliées au profit de la connerie humaine. Un seul exemple frappant la face de Dieu dans le grand collisionneur de hadron, là où le bozon de Higgs ne se cherche et se trouve (?) qu'à une vitesse vertigineuse grâce à des gens très éduqués et enseignés dans leur domaine de prédilection. Ces gens savent ce qu'ils cherchent. Et nous, nous les écoutons quasi religieusement. Dans un autre domaine, tout aussi important pour l'avenir de l'être humain, en poésie, très peu de personnes cherchent et encore moins écoutent religieusement les poètes. Ils préfèrent largement commenter la berlusconnerie et la soumission humaine. La preuve instantanée?

Des millions et des millions de connexion internet aujourd'hui même pour le baisemain ridicule et soumis de Berlusconi à Kadhafi. lors du sommet de la Ligue Arabe... Et, à ce jour, plus de 9 mois après sa mise en service sur Y Tube, seulement un peu plus de 1700 connexion et 1 seul commentaire (MAGNIFIQUE!) pour le plus beau baisemain (ou est-ce un bras d'honneur du poète?) de la poésie contemporaine à l'Humanité. Un baisemain qui cogne sans pudeur sur notre soumission, nos compromissions, nos lâchetés quotidiennes.

Les poètes sont les très grands oubliés de notre monde. Si les scientifiques détiennent les clefs de la science, eux, les poètes, détiennent les clefs spirituelles pour ouvrir le monde et sauver notre civilisation contre sa propre barbarie.

 

« Le vers doit faire l'amour dans la tête des populations. On se bat! » Léo Ferré

 

15:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)

29/03/2010

Décodage pascal pour nous les Suisses

Admettons que le clan Kadhafi nous fasse jouer à son jeu de l'oie fabriqué par ses propres règles du jeu exclusives. Admettons aussi que la liberté de Max Göldi est notre Graal à atteindre. Et essayons de lire les cases de ce début de semaine, samedi et dimanche des Rameaux compris, symbole de la paix entre nous tous.

Samedi 27 mars, Case 617:

« Opération Barabbas ».

En clair, le transfert. Le roi Kadhafi (Hérode) a fait céder l'Europe (Ponce Pilate) qui voulait dans un premier temps défendre le Suisse (Max Göldi, Jésus) avant de se rétracter et de se laver les mains. Hérode ordonne la crucifixion de Jésus en échange des visas commerciaux avec Ponce Pilate. Hérode sauve Barabbas sous la demande de son peuple et crucifie le gentil Jésus. Les grands criminels du royaume sont sauvés de la pendaison et transférer dans la section « Grand Luxe » en lieu et place de Jésus qui ne saurait partager le même réfectoire que ces grands criminels. Paroles de Libyen. C'est pourquoi Jésus Max Göldi est sorti de sa cellule et crucifié sur la Croix helvétique.

En off, l'humiliation et la crucifixion. « Vous les Suisses (les Chrétiens) on vous a crucifié votre messie pour vous être opposés aux dignitaires libyen en les interdisant de territoire dans tout l'espace Schengen. Vous aviez pourtant une fenêtre d'opportunité pour la libération du Suisse il y a trois semaines quand mon fils Hannibal, geste exceptionnel, unique et honorifique, a rendu visite à Max. Vous n'avez absolument pas su agir devant ce geste de bonne volonté. Voilà votre punition. Ponce Pilate Zapaterro, de l'Union européenne s'est finalement lavé les mains et rallié à notre cause commune à tous en déclarant que nous, Libyens, pouvions faire ce que bon nous semblait de votre saint concitoyen du moment que le business retournait à sa normalité.

Dimanche 28 mars, Case 618:

« La cellule sans fenêtre »

En clair, la descente au tombeau. On porte Max Jésus jusqu'à son tombeau et on lui signifie que rien n'a changé pour sa situation. Sauf qu'il n'est plus une monnaie d'échange mais un mort-vivant en sursis. Il n'y a plus de fenêtre d'opportunité. « Tes amis suisses ont lamentablement échoué dans leur opération décollage du sol libyen et sauvetage. Maintenant tu vas dormir dans l'obscurité de notre nuit ». Paroles imaginées prononcées par Hannibal Kadhafi.

En off, la cellule sans fenêtre est un pur symbole bédouin. Vous les Suisses n'avez pas su ouvrir la fenêtre à votre ami. Alors on lui a supprimé le jour pour vous faire comprendre vos erreurs. Quand Max retrouvera une cellule avec fenêtre, selon notre bon vouloir, préparez alors rapidement votre offre substantielle. Ou Max retournera au cachot.

Lundi 29 mars, case 619

« L'eau chaude du coeur »

En clair, le reniement. Max Jésus ne peut plus se laver avec de l'eau chaude. Le Roi Hérode lui avait accordé l'eau chaude dans le but d'un rapprochement avec les Suisses. Mais comme ceux-ci ont failli et se sont tus, tandis que le coq chantait trois fois une semaine devant la porte du Palais fédéral, Le Roi a décidé que l'eau froide était suffisante à ce pauvre Suisse ayant soudain si peu de valeur divine à côté de toutes les richesses de la Terre.

En Off, la liberté. « Quand je redonnerai de l'eau chaude à votre prisonnier, alors préparez-vous à me recevoir devant un tribunal d'arbitrage international. Ensuite mon coeur saura rendre grâce à votre homme ». Paroles imaginées de la bouche du leader et révolutionnaire libyen, Muammar Kadhafi, roi des roi d'Afrique.

 

P.S. Commentaire de lucrece 88 sous la vidéo « Jeu de l'oie et révolutionnaire »:

« Hu, hu. Ouais, j'ai trouvé le cimetière des calendriers dans la vallée des années perdues.

La vie s'écoule, la vie s'enfuit »

 

 

 

23:27 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les pleureuses sont des rieuses

L'éditorial de 24 Heures, ce matin 29 mars, sous la plume de Nicolas Verdan est sans complaisance avec les « pleureuses » qui se plaindraient pour des raisons obscures (on se demande bien lesquelles?) d'une diplomatie suisse qui à chaque fois fait un pas en avant puis recule de deux dans l'affaire libyenne.

Une chose est sûre. Notre diplomatie donne actuellement des cartes supplémentaires à l'UDC pour une victoire éclatante de ce parti en 2011. Lâchée par l'Europe alors qu'elle avait obtenu dans un premier temps son soutien, bafouée à Tripoli, au lendemain du rétablissement des visas Schengen, qui envoie Max Göldi dans une cellule sans fenêtre ni eau chaude (ceux qui ont fait de la tôle sans semi-détention imaginent très bien ce que représente une cellule sans fenêtre, et avec peut-être des pannes électriques impromptues), ridiculisée par Hannibal Kadhafi qui demande aux Suisses de jeter Calmy-Rey au Léman, notre diplomatie souffre de paralysie chronique. La faute n'est bien sûr pas du côté de Berne. Les pleureuses savent encore qui fait le Mal. Il est clairement du côté de Tripoli. Nous ne savons tout simplement pas gérer ce genre de situation. Et ce n'est pas être pleureuse que d'oser l'avouer. Notre diplomatie est bonne quand elle sert de bons offices au service des conflits entre deux parties. Notre diplomatie est bonne quand elle joue avec des partenaires qui utilisent les mêmes codes culturels et juridiques qu'elle. Notre diplomatie est catastrophique quand il s'agit d'aller jouer une pièce de théâtre avec une dictature qui a enlevé deux de nos concitoyens. Et nous sommes mauvais tout simplement parce que nous n'aimons ni tricher, ni bluffer, ni user d'un humour noir, ni manquer de respect à un pays (pas de menaces atomiques, pas de démantèlement, pas de ministre jeté au lac, pas de demandes d'excuses de la Suisse envers la Libye). Nous sommes lisses et polis comme des diamants bien travaillés alors que la Libye est brute de chez Brut avec son Hannibal qui joue les dignitaires voyous et son Muammar de père qui joue les homards dans le panier de crabe international. En attendant Max ne raconte plus d'histoire d'amour aux sirènes de son coeur...ou alors tout seul en secret dans sa cellule.

Plutôt que de condamner les pleureuses, il vaudrait peut-être la peine de tenir compte de leurs remarques. A Berne on a décidé que les diplomates étaient trop forts pour écouter la gouaille plus ou moins pertinente de petits commentateurs. C'est un choix. En attendant Max Göldi est dans une cellule sans fenêtre ni eau chaude. Espérons au moins que le Chauffage compris des artistes lui donne chaud au coeur.

Un petit tube de 1969 pour rappeler qu'une maison sans fenêtre et sans perspective permet aux artistes d'avoir des visions souvent plus foudroyantes que celles qui sortent des salons feutrés de la diplomatie...

Je classe le billet en catégorie "humour" parce que je sais depuis trop longtemps que pas mal de journalistes professionnels et de politiciens ne nous prennent jamais au sérieux, nous les pleureuses rieuses. C'est pour ça que l'on nous fait porter un voile comme les musulmanes. Pour que la foule ne nous voit et ne nous reconnaisse surtout pas...

07:13 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2)

27/03/2010

La Suisse vaincue et cocue?

 

Affaire libyenne. Pour la Suisse, le scénario catastrophe semble continuer de plus belle du côté d'un raffinement de la perversion kadhafienne.

A force de réagir au lieu d'agir, la Suisse se trouve à chaque fois coincée dans ses derniers retranchements. Au lendemain de la visite d'Hannibal Kadhafi à Max Göldi en prison, la Suisse avait l'occasion de frapper un grand coup médiatique pour répondre positivement aux Libyens. Notre Présidente pouvait dire, dans un discours à la nation, que la Suisse était prête à lever sa liste noire sur les visas Schengen, prête à sévir contre le fonctionnaire qui avait envoyé les photos à la TdG, prête à accepter l'arbitrage international dans l'affaire d'Hannibal Kadhafi en échange de la grâce présidentielle libyenne accordée à Max Göldi et de sa libération aussi rapide que possible.

Las, le train a passé sans aucune réponse suisse. L'Europe a alors basculé de façon stratégique dans la demande libyenne de contourner la liste noire suisse. Il ne reste à la Suisse que l'espoir de voir revenir Max Göldi au bout des 4 mois et que, dans le cas contraire, l'Europe saura enfin dire si elle préfère la démocratie à la dictature.

La Suisse vaincue, telle que le proclame ce soir la Libye? Et cocue, telle que l'Europe n'osera jamais avouer? Si c'est cela l'épisode finale pour notre petit pays indépendant, nous pouvons informer l'Europe et ses citoyens que c'est toute la démocratie mondiale qui est vaincue par la dictature d'un régime qui sait si bien faire marcher les démocrates avec un paquet de dollars en main. On se souvient que Hitler aussi avait su rouler dans la farine les démocraties du monde. Et on n'oubliera pas que derrière la Libye, il y a l'Iran et très bientôt sa bombe atomique. Muammar Kadhafi semble avoir choisi définitivement le camp malheureux du maintien de sa dictature au bonheur relatif d'ouvrir son pays et les nations arabes aux joies et aux peines de la démocratie.

Cela fait peur. Cela indique qu'il y aura peut-être un de ces jours un conflit énorme entre nous et le monde des royautés arabes.

C'est ma conclusion provisoire ce soir. Et en réponse à cette folie perverse des Kadhafi, je dis M. Repérez la fille au maillot suisse après 1minute15. Un signe de l'amour à un régime qui s'en contrefiche.

 

 

 

 

23:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)