08/06/2010

En Afrique du Sud, le monde sent foot et injustice

On ne va pas s'engager ici sur la fracture sociale, l'exclusion, le racisme persistant, la prostitution, la misère au quotidien.

Nous allons juste revenir sur le parterre de roses poussant sur le fumier de la Coupe du Monde de foot et ses immenses injustices entre footballeurs et fédérations.

On parle de paris truqués, de footballeurs qui se laisseraient corrompre surtout parmi les joueurs africains ou sud-américains, mal payés, voir pas payés du tout, de leurs fédérations! Tandis que les grandes équipes payent à coups de millions et de primes mirobolantes leurs vedettes, les équipes du Sud connaissent le risque de la précarité et des lendemains qui déchantent.

Hors, de quoi et de qui on parle? On parle de la phase finale de la Coupe du Monde. On parle de très grands footballeurs arrivés au sommet de leur art. Des footballeurs qui tiennent la dragée haute aux idoles du foot Européens. Des artistes de la petite balle qui travaillent depuis tout gosse pour arriver au sommet de la gloire et de la fortune. Hors de fortune, il n'en connaitront que l'odeur mais pas la saveur. Hors de gloire, ils ne connaîtront que l'éphémère apparition de leur personne lors des trois matchs de qualification du mondial.

C'est une honte totale! La FIFA, qui a besoin de tout ce joli monde pour faire marcher la machine à milliards, ne prend aucune précaution pour que les artistes de ces équipes aient au moins un salaire qui corresponde durant un mois plein au salaire d'un employé de banque de chez nous. Soit fr. 10 à 15'000 francs. Non. Ces joueurs recevront peut-être fr.500 suisses ou rien du tout (voir le Matin Orange sur les paris truqués).

Et bien, si j'étais un de ces joueurs-là, je prendrais tout bonnement le risque de recevoir Fr.50'000 francs pour faire gagner l'équipe adverse. Car entre l'idiot et le réaliste, je jouerais au réaliste, tout simplement parce que lorsqu'on arrive au sommet et que l'on joue contre Messie, Ronaldo, ou Ribéry, on est forcément à la hauteur de la performance et on fait aussi le spectacle. Et si la FIFA a la rapacité de ne pas vouloir remarquer cela et d'ouvrir les yeux sur tant d'injustice, eh bien tant pis pour elle. Qu'elle soit décrédibilisée par les footballeurs au salaire de SDF et qu'elle s'embourbe dans la boue des paris truqués. Juste retour de corruption à une bande de corrompus qui ne veulent décidément pas accepter que l'effort de l'artiste doit être une récompense pour tous et non seulement pour une minorité de vampires bien riches qui protègent et surprotègent leurs intérêts privés au mépris de l'égalité dans leur sport. Un comble quand on demande à l'arbitre  de football d'être juste et impartial sur le terrain!

 

Les commentaires sont fermés.