18/06/2010

Le sorcier Gottmar Blitzfeld livre son secret

Voici comment l'entraîneur de l'équipe suisse a enseigné la tactique du hérisson aux Redfishes, version « hightech » 2010, pour remporter la Coupe du Monde de football.

Il a imaginé une sorte d'armure collective psychologique basée sur la culture du « Burqakampf » chère à nos amis Talibans ayant résisté avec courage et succès aux deux Empires soviétiques et américains malgré leurs bagages artistiques et technologiques très moyens. Au pays des Zoulous, Gottmar savait que pour produire « l'effet éclair » sur les défenses adverses et les meilleures équipes de foot de la planète, il n'avait pas mille possibilités: il devait reprendre l'idée de la cage de faraday pour protéger ses joueurs du pétage de plomb et des risques de prises de grosses têtes style « Domenech » devant cette presse internationale qui s'y entend pour démolir moral des troupes, entraîneurs , joueurs, et supporters compris.

Il a cherché du côté des scientifiques et expérimentateurs un peu frappadingue dans le domaine des décharges et des arcs électriques et, tel Zeus descendant de l'Olympe, il a trouvé l'armure providentiel pour ses boys. Une cage aux oiseaux sur la tête pour imaginer en toute tranquillité l'esprit de la liberté et le meilleur du football et un corps truffé de piques de hérisson pour donner une chance à ses boys de passer en revue toutes les défenses du monde y compris celle des castagnettes espagnoles championne d'Europe. Après la défaite humiliante au Jardin du Luxembourg, il fallait oser croire en cette équipe de touristes en quête de Graal. Gottmar a convoqué Zeuz à son chevet pour faire parler la foudre. Zeuz lui a répondu par un « Come On! » digne de Federer en action sur le gazon de Wimbledon.

C'est ainsi que l'on reconnaît les grands sorciers du football pour réussir à faire d'un invertébré un nain vertébré renversant les géants de la planète.

Performance de l'artiste, seul maître à bord après Zeuz, qui a inspiré notre entraîneur national:

 

Et résultats électriques sur le terrain:

  • Benaglio crée un grand arc. N'kufo prolonge, Derdiyok électrocute la défense espagnole par une culbute céleste, et Gelson Fernandes marque. C'est simple.

  • Derdiyok montre ses piques, passe toute la défense et le gardien... Sauf que... Mince, la foudre frappe la base du poteau espagnol! Encore un peu d'exercices à bicyclette pour améliorer d'un iota les coups de foudre de l'Amour de nos Redfishes capables de trucider tous les requins de la planète.

 

Les commentaires sont fermés.