28/06/2010

Le foot ne serait plus le foot!

Enlever l'irrationnel et l'erreur humaine au foot fera du foot un sport comme un autre. Le hockey sur glace possède la vidéo. Les arbitres savent tout, voient tout, annulent tout ou valident tout. Ils sont devenus des juges précis et infaillibles du jeu. Tout le monde est content. Les supporters y compris.

Pourtant il y a un hic. Le hockey sur glace ne sera jamais le sport mondial par excellence, le seul qui débouche sur des passions folles, des actes et des gestes irrationnels, des fêtes indomptables et spontanées surgissant partout à travers la planète.

Sepp Blatter, qui connait de graves ennuis avec Dieu, aimerait supprimer tous les actes d'ordre mystique sur les terrains. Quelle erreur! Quelle horreur! La massification du foot, la vision totalitaire de ce sport, si elle n'est pas compensé par le sel des visions spontanées et libres de tout diktat, débouchera alors sur un foot totalitaire, brutal, précis, implacable. Et si en plus, la vidéo envahit les terrains de foot, la dimension humaine des arbitres, qui rejoint celles des joueurs sur le terrain par ses fautes d'arbitrage, ses taches indélébiles, ses erreurs grossières, sera supprimée. Nous aurons alors des hommes-machines au service d'une justice virtuelle qui dira la Vérité.

Oui. Je suis pour des arbitres professionnelles, incorruptibles, amoureux de leur métier et de la beauté du foot. Non. Je ne suis pas pour un foot scientifique, sans âme, très calculé, infaillible, limité pour l'éternité à l'équation qui trouverait le dernier chiffre après la virgule du nombre Pi, TT.

Le ballon possède TT en lui. Son chiffre est infini. Il peut s'apparenter au Graal ou à Dieu. Pour vous donner l'idée que je me faits du foot, voici ce que certains conseillent pour retenir les chiffres après la fameuse virgule:

La formule d'Euler


La plus belle à mon avis. Elle réunit les nombres les plus importants du monde mathématique avec une telle simplicité …

ou bien encore

 

Cela fait très foot...

 

Mieux encore: la poésie intervient pour retenir la science en mémoire...

 

 

Que j'aime à faire apprendre ce nombre utile aux sages !

3 1 4 1 5 9 2 6 5 3 5

Immortel Archimède, artiste ingénieur,

8 9 7 9

Qui de ton jugement peut priser la valeur ?

3 2 3 8 4 6 2 6

Pour moi, ton problème eut de pareils avantages.

4 3 3 8 3 2 7 9

Jadis, mystérieux, un problème bloquait

5 0 2 8 8

Tout l'admirable procédé, l'œuvre grandiose

4 1 9 7 1 6 9

Que Pythagore découvrit aux anciens Grecs.

3 9 9 3 7 5

0 quadrature ! Vieux tourment du philosophe

1 0 5 8 2 9

Insoluble rondeur, trop longtemps vous avez

9 7 4 9 4 4

Défié Pythagore et ses imitateurs.

5 9 2 3 0

Comment intégrer l'espace plan circulaire ?

7 8 1 6 4 0

Former un triangle auquel il équivaudra ?

6 2 8 6 2 0

Nouvelle invention : Archimède inscrira

8 9 9 8

Dedans un hexagone ; appréciera son aire

6 2 8 0 3 4

Fonction du rayon. Pas trop ne s'y tiendra :

8 2 5 3 4 2 1 1 7

Dédoublera chaque élément antérieur ;

0 6 7 9

Toujours de l'orbe calculée approchera ;

8 2 1 4 8 0

Définira limite ; enfin, l'arc, le limiteur

8 6 5 1 3 2 8

De cet inquiétant cercle, ennemi trop rebelle

2 3 0 6 6 4 7

Professeur, enseignez son problème avec zèle

0 9 3 8 4 4


Un mot de 10 lettres = code zéro

Le football est infini. Aux entraîneurs et aux joueurs de faire de la poésie sur le terrain pour que Jabulani ajoute le geste de Dieu à sa rondeur éternelle pour marquer des buts. Penser à Pythagore, athlète, mathématicien, poète, né des oracles de la Pythie, pour comprendre le foot et sa culture.

Merci à : trucsmaths.free.fr/Pi.htm

 

Pour terminer, voici l'histoire d'un footballeur qui a appris en trois épisode à trouver TT sur le gazon vert...

 

 

Commentaires

Monsieur PKM,

Le foot?...
Mais ça va de mal en π (pi)!... Et si, pour vous, le foot est infini, en utilisant une hyperbole, il serait plus sage de dire que c'est lim(n→∞)= 0
(pour n = salaire de Blatter ou celui des joueurs)

Écrit par : Baptiste Kapp | 28/06/2010

Pas mal Baptiste. Le pognon dans le foot, c'est le talon d'Achille. En ce qui concerne la vidéo, j'ai eu une petite discussion très intéressante ce matin avec un jeune footballeur talentueux de notre région jurassienne. Il est partisan de la vidéo. Je suis contre. Mais nous avons réussi à accorder nos violons. Pour la grande compétition, les coupes du monde et autres coupes continentales, on pourrait puiser au tennis la règle dit du "Challenge" et de l'oeil de faucon. Ainsi les équipes qui se sentent lésées pourraient demander le challenge (seul l'entraîneur de l'équipe aurait le droit d'estimer si oui ou non il prend le risque) sur les incidents de jeu que l'équipe juge litigieux. Dans une mi-temps, si l'entraîneur se trompe et est désavoué plus de deux fois par les juges-arbitres, l'équipe n'a plus droit au challenge. Un trio de juges décident sur chaque challenge. Ainsi se dégagent forcément une majorité. L'équipe peut donc influé sur son destin. Les entraîneurs ont une nouvelle tâche primordiale durant le cours du jeu. Je crois que là, on peut être d'accord. Car sinon, tout autre solution est mauvaise. On ne peut pas imaginer demander la vidéo pour une chose et pas pour l'autre; ni choisir les actions de jeu qui valent la supervision vidéo et celles qui ne le valent pas. Oui, vraiment, seul l'entraîneur devrait avoir le droit d'intervenir sur un acte de jeu; et la décision finale serait de toute façon de l'ordre des arbitres avec les conséquences que l'on a décrit si l'entraîneur n'est pas intervenu à bon escient.

Écrit par : pachakmac | 28/06/2010

Hep hep hep ! Moi , j'm'y colle et j'm'y connais ! Voyons!
Comme dans le foot il y a deux bulles , eh oui , à prendre pour deux...ballons, et bien tout deux ronds , alors je vous dis que : 0 + 0 = la tête en deux buts à TOTO qui font ô!

Écrit par : Cristal Gagnante | 28/06/2010

La mystique du foot, la mystique de la tauromachie, quelles mystiques devons-nous encore respecter et diviniser? Est-ce que les religions ne suffisent pas à assouvir ou nourrir du moins les besoins de mysticisme de certains?

Écrit par : Mère-Grand | 28/06/2010

Bonsoir Mère-Grand. Vous avez regardé Brésil-Chili, ce soir? On peut parler de mysticisme païen. A quelque part, cela rejoint le mysticisme des religions. Croire en un prophète procède aussi d'une croyance proche de l'adulation même si un prophète digne de ce nom refuse l'adulation. Le football offre une fête planétaire à des peuples qui souffrent et se battent au quotidien pour avancer dans la vie. En dehors de la Coupe du Monde ou de la Coupe d'Europe, je m'intéresse très peu aux grandes compétitions, y compris la Coupe des Club Champion. Les religions ont une discipline interne qui ne convient pas à tous les hommes et toutes les femmes de la Terre. Il faut laisser cette liberté mystique à l'être humain pour éviter qu'il ne devienne trop cartésien et athée. Car l'athéisme pur et dur peut être aussi rigide et dangereux pour l'être humain que la croyance purement dogmatique en une religion. bonne soirée. Le Brésil a enfin montré son beau visage. On aura encore de très grands matchs durant cette Coupe du Monde.

Écrit par : pachakmac | 28/06/2010

@pachakamac
Je n'en demandais pas tant. Merci quand même. Je ne vois cependant pas ce que le mysticisme vient faire là, ni l'athéisme d'ailleurs. Et en quoi un meilleur arbitrage empêcherait les Brésiliens, riches ou pauvres, ainsi que tous les opprimés de la Terre, de jouir de leurs fêtes du football ou autres. Je n'ai pas non plus constaté que les fêtes du rugby ou du tennis soient stérilisées par l'emploi de moyen techniques modernes pour améliorer les jugements des arbitres.
Si les imperfections de actions humaines doivent être acceptées comme révélatrices de vérités supérieures, les scandales banquiers et boursiers servent alors bien le peuple, et nous devons nous en réjouir.
Mais je dérive peut-être en vous suivant sur le terrain de votre éloge du mysticisme, païen ou non, et sur celui des religions, dont certaines se méfient beaucoup des mystiques d'ailleurs. C'est le cas de l'Eglise catholique, par exemple, qui a l'époque se montrait très réticente vis-à-vis des grands mystiques comme Maître Eckhart ou Thérèse d'Avila.
Mon épouse est catholique et moi je suis athée et cela ne nous pose aucun problème, car nous nous respectons. Aucun de nous deux n'accepte les dérives issues de l'une ou de l'autre attitude et nous estimons qu'il est de notre devoir de faire ce que nous pouvons pour atténuer (bien modestement dans la vie quotidienne et surtout familiale) les effets de nos imperfections humaines et y remédier autant que peut se faire sans désirer ni accepter le règne d'un système politique qui prétendrait établir la perfection en piétinant les libertés fondamentales de ses citoyens. Qu ce soit au nom d'une religion ou bien au nom d'une idéologie athée ou simplement laïque.
Mais là aussi, vous voyez bien que ce genre d'assertions ouvre la porte à de vastes débats. Restons-en donc là, pour le moment du moins, si vous le voulez bien.
P.S. Mon fils de onze ans fait du football dans un club du canton. Je puis vous assurer que ni lui ni ses copains n'estiment que leur sport est plus intéressant parce que les arbitres sont imparfaits.

Écrit par : Mère-Grand | 29/06/2010

Merci Mère-Grand. Intéressante réflexion. Le pain spirituel aide les êtres qui vivent dans la précarité. Et si la joie d'un match de foot leur donne un peu de légèreté et de bonheur pour fêter, rire ou pleurer, c'est tout ça de gagner sur la déprime et la misère du monde. Le foot, comme la culture, nous situe de manière décalée sur nos capacités humaines à explorer nos âmes, dans la lumière ou l'obscurité, j'en conviens. Le foot connaît ses dérives et ses extrêmes très très noirs. Comme cela arrive aussi chez les artistes. Mais au bout du compte, ce qu'on regarde, nous spectateurs ou auditeurs, c'est le spectacle offert, l'émotion donnée, le génie exprimé. Très bonne journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 29/06/2010

Merci de votre généreuse réponse. Il semble que nous soyons d'accord sur tout ce qui importe en l'occurrence. Nos conceptions et définitions intellectuelles du spirituel et de l'âme diffèrent certainement, mais nous nous entendons sur les manifestations et les effets que vous attribuez à ces réalités ou fictions, ce qui est, après tout l'essentiel ici, du point de vue de nos petites intelligences.
Nous continuons cependant à différer, semble-t-il, sur le problème pratique de l'arbitrage du football, qui pour moi reste de l'ordre de l'immanent ;-), et donc du domaine de ce que les hommes ont toujours eu pour privilège ou tâche d'améliorer avec les moyens que la nature ou les dieux ont mis à leur disposition. Et cela depuis l'invention des armes de chasse et la maîtrise du feu jusqu'à la plus récente acquisition de la capacité de transmettre des images et des sons à travers l'espace, que nous nommons maintenant radio et télévision (mais que nos ancêtres auraient évidemment vues comme des manifestations immédiates de diverses divinités ou pouvoirs occultes), cette dernière ayant été mise depuis quelques années au service de l'amélioration de l'arbitrage de certains sports que nous connaissons.

P.S.
Même la corrida, activité ou art selon les opinions, qui exprime soit la simple cruauté de l'homme et son mépris des animaux, soit le respect d'antiques traditions puisant leurs racines dans quelque conception religieuse de la place de l'homme dans la création, fait couramment usage de la télévision Espagne et ailleurs pour permettre au public, enfants compris, dans tous les lieux privés ou public, d'en jouir ou de s'en dégoûter encore un peu plus.
Cela dit non pas pour exprimer une critique ou un mépris quelconque pour cette activité, ce n'est pas le lieu pour cela, ni le moment me direz vous, le lendemain de la brillante performance de l'équipe d'Espagne dans le mondial, mais pour miner l'argument selon lequel certaines activités ou spectacles devraient, par leur lien avec le surnaturel ou l'âme des peuples, échapper aux efforts que nous déployons dans les sports "ordinaires" pour en rendre le déroulement plus conforme aux règles.

Écrit par : Mère-Grand | 30/06/2010

Les commentaires sont fermés.