14/08/2010

Ce sera Elle

La femme qui me portera en terre,

ce sera Elle.


La femme qui m'apportera le bonheur,

ce sera Elle,

 

La femme qui me respectera,

ce sera Elle.

 

La femme qui m'aimera,

ce sera Elle.

 

La femme qui accouchera de mon ultime enfant,

ce sera Elle.


La femme qui fera tourner tout notre monde,

ce sera Elle.

 

La femme qui s'endormira sur ma couche,

ce sera Elle.

 

La femme qui fera ma prospérité,

ce sera Elle.

 

Dis-moi, ô Seigneur,

que sans Elle, je ne vivrai pas une seconde de plus.

 

Promets-moi, ô Seigneur,

que pour Elle, je donnerai ma vie.

 

Ordonne-moi, Seigneur,

que si je la trompe,

tu me condamneras à mort.

 

Car pour Elle,

rien que pour Elle,

mon amour croît et se fortifie

au fil des jours.

 

Ce sera Elle.

Même si de nos jours,

croire à pareil amour

n'est plus à la mode.

 

Mais je me fous de la mode.

Car la mode passe dans la rue

sans jamais s'arrêter sur Elle.

 

Ainsi soit-il  les hommes passent

en leur prostitution demeurent.

 

Je vais épouser une femme extraordinaire

qui a compris l'homme en moi

et non la bête sexuelle qui sévissait en moi.

 

Aimer un homme avant même de l'avoir goûté

et souhaiter le garder pour la vie

par la promesse d'un mariage.

Voilà un risque que la mode ne prendra jamais.

 

Je n'aurais jamais imaginé qu'un jour

je serais préparé à épouser une fille

sans avoir jamais goûté à sa vertu.

 

Ce sera Elle.

On m'aurait dit cela il y a 10 ans

que j'aurais éclaté de rire au visage de la personne.

Comme quoi, tout change

grâce aux anges...

 

Photos-01366.jpg

 

18:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

N'êtes-vous pas Nizar Kabbani de la suisse?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nizar_Kabbani

Écrit par : samy | 14/08/2010

Poésie de tristesse

-Ton amour m'a appris d'être triste
-Il y a longtemps que j'ai besoin
-D'une femme qui m'attriste
-D'une femme dans les bras de la quelle je puisse pleurer
-Comme un passereau
-D'une femme qui rassemble mes parties
-Comme des pièces d'un cristal brisé

-Ton amour m'a fait entrer
-Dans des pays de tristesse
-Et moi, avant toi,
-Je ne suis jamais entré
-Dans des pays de tristesse
-Je ne savais jamais que la larme c'est l'homme incarné
-Que l'homme sans tristesse,
-Il n'est qu'un souvenir.

Merci Samy. Mais je ne pourrais me comparer à un poète aussi imposant que Nizar Kabbani, dont le poème ci-dessus me prend aux tripes comme s'il était miens. J'ai encore beaucoup à lire et à voir. Hélas, mon occupation professionnelle, que j'aime par ailleurs, me prend bp trop de temps et d'énergie. Peut-être que si Dieu me fait grâce de vivre longtemps et en pleine santé psychique, je pourrai consacrer un temps important à la littérature et à la poésie dans mes dernières années de vie. Nous verrons cela. Une chose est sûre: à la lecture de la page wikipédia sur ce poète arabe, je ne peux que conseiller vivement à tous mes lecteurs de se plonger dans les livres de ce grand poètes. Je ne connais rien de lui. Mais sur simple intuition et parcours de cette page, j'en ai l'eau à la bouche et son nom ne sera pas perdu de ma mémoire. je ne peux que vous redire merci d'avoir donné le lien sur mon blog.

Le monde de la culture est absolument universel. Si l'être humain s'intéressait davantage à approfondir son âme plutôt qu'à créer des situations de conflit permanent, je pense que notre jardin terrestre ne pourrait que fleurir de végétation luxuriante et amoureuse. Hélas, l'abrutissement des foules, le désir de pouvoir, la jalousie, et tant d'autres maux font que l'Humanité reste médiocre sur bien des plans. Quand nous prenons des bains de boue journaliers en contemplant l'état sanitaire et psychologique de notre monde, nous savons fort bien que la purification de nos états d'âme ne peut être que source de bonheur et d'amour. L'énergie vitale se dégageant des poètes puise son inspiration sur les dégâts, les beaux dommages, les malheurs de l'Humanité. Comme Picasso peignant les Demoiselles d'Avignon ou Guernica.

Bon dimanche à vous, Samy

Écrit par : pachakmac | 15/08/2010

Magnifique, cette poésie de tristesse ! Ca me laisse rêveuse...
Je profite de mon passage sur votre blog pour vous remercier pour vos billets pleins de passion, de courage et d'optimisme, malgré les côtés sombres du monde...

Écrit par : l'Absente | 15/08/2010

Bonsoir Mademoiselle l'Absente. Quel beau pseudo que voilà. J'en profite pour vous dédier un petit poème que j'écris à l'instant sur le pouce. Vous m'inspirez...

Hall de gare où je m'égare

Nuit stérile vers nulle part
où j'épandais ma virile trace
à l'intérieur de son palace de glace.
Elle me laissait froid et hagard,
comme mort après notre petite mort.

je n'ai point eu de remords.
Mais sa morsure de chienne au cachet
me refilait sa migraine des cabarets.

Je l'aime, pourtant.
Elle dit qu'elle-même, cependant.

Je l'aimais. Je la quitte.
On est quitte.
Et aussi tout en kit.

Un couple bringuebalé de bric et de broc
qui jamais ne se construira sur son toc.

Je l'aimais, vraiment.
Elle-même, toujours, assurément.

Claque-muré des années ma tune sous sa lune.
Belle bercée par ses rivières de diamants,
ses amants de naufrage, et moi, avidement.

Evidement qu'elle ment.
Mais ses mensonges sous le vent
déclamaient leur suavité naïve.
Elle a cru à son Prince Charmant
Comme une naïade jaillissant de sa mer contemplative.

Nous avons joui de nos corps
mais nos âmes ne se sont jamais mis d'accord.
Hardcore en fumée dans notre décor.
Elle est partie loin de mon port.

Je suis resté peu de temps.
Puis parti pour Carthage,
loin de notre carnage.
J'avais à cette louve trop donné de temps.

C'est alors que j'ai retrouvé l'amour qui couve
sous le feu ardent du groove.
Tel un brasier qui s'enflamme du désert
et rejoint le sacré-coeur de la mer.

Dieux de l'Olympe, embrasez la mer!

J'étais parti avec en poche mon avis mortuaire.
Je reviens de mon pisse-chagrin suicidaire
la promesse d'une bouche et son faire-part de mariage!

Dites-moi, vous tous, que ce n'est pas un mirage.
Dites-moi, vous tous, qu'Elle montera à bord du Caravage.

Sinon mort sera déclarée à ma vie.

Elle est la femme de mon âme.

Bonne soirée, chère Absente.

Écrit par : pachakmac | 15/08/2010

Ho oui !
Vous avez l'air si mâle1-2-3-4-5-6heureux.

Écrit par : Cristal Gagnante | 16/08/2010

En attendant, vous laissez brutalement cette femme dans son mauvais sang !
Au devenir froid ! Vous savez ?!
Et selon moi, c'est très angoissant de la part d' un homme qui par sa tristesse perd ses moyens, tant elle les voudrait pour la rassurer sur son sort.
Peut-être que la femme à la chance de se purifier, d' après vous je crois, mais avant le déclic et pour qu'il soit facile, elle en a besoin pour deux.
Alors, soyez d' une bonne jalousie avec elle, s'il vous plaît.
Merci.
Gentil, Pacha !

Écrit par : Cristal Gagnante | 18/08/2010

Bon sang ! Après sort...
Vous vous purifiez en cet acte: trouver des moyens pour retrouver ses moyens à travers Elle !

Écrit par : Cristal Gagnante | 18/08/2010

Ahh Cristal Gagnante... C'est quoi une bonne jalousie? Ne vous inquiétez ni pour elle ni pour moi. Nous savons ce que nous voulons et ce que nous faisons. Et cela nous suffit. La séparation actuelle? Une épreuve à la hauteur d'un amour qui se veut vrai, durable, dynamique, moderne. C'est vrai que ce n'est pas facile. Mais l'amour trop facile ne mène-t-il pas aussi vite au cocufiage? Une fille trop légère ne peut être fidèle à un homme. Et un homme coureur de jupons ne sera jamais fidèle à une femme. C'est la loi de la constance sexuelle. J'ai connu bp de situations amoureuses dans ma vie. Celle d'aujourd'hui est peut-être la plus extraordinaire de ma vie. J'en reviens au roman de Paul et Virgine, la séparation par la mer... L'histoire finit mal, par la mort des deux amoureux... On finit toujours par mourir un jour... Pour elle et pour moi, j'espère que cela sera après de nombreuses et magnifiques années de vie commune. J'attends cette fille comme le renouveau de mon existence. Elle m'attend comme l'homme qui est capable de l'aimer de façon fidèle malgré la distance entre nous. Cette épreuve fortifie notre amour l'un pour l'autre. En 2011, nous serons ensemble.

Écrit par : pachakmac | 18/08/2010

Les commentaires sont fermés.