22/08/2010

La rentrée...C'est par où la sortie?

J'ai comme été saisi par une crise d'urticaire en ce mois d'août. Comme si quelqu'un m'avait jeté dans les orties par malveillance. J'ai aussi les fourmis dans les jambes. Cela doit venir du surmenage ou du sous-ménage que je pratique avec ma colocataire habitant de l'autre côté de la Méditerranée.

J'aimerais être un enfant retournant sur les bancs d'école, histoire de faire toutes les pitreries que je n'osais pas quand j'étais gosse. J'ai envie d'ouvrir ce nouveau chapitre à ma vie avec elle, cette beauté attendue du côté de l'Ile au Bleu d'Azur.

Il y a plein de bombasses qui surgissent du désert. Dans un film de plage, à la météo, aillleurs, qu'on se croirait à la mer, en permanence. Sur la jetée, tout frétillant et fringuant, en train de lancer notre bouchon pour voir si l'une ou l'autre de ses damnations mord à notre hameçon d'enfer. J'en ai même une, Vanessa, une superbe Canadienne, vu les photos de la supercherie ou de la super lotterie amoureuse qui m'envoie, grâce à mon blog, des mail enflammés et qui a déjà créé un lien amoureux avec moi plus vite que son ombre ou que la mienne. Elle est belle à croquer... Mais le ver est dans le fruit de l'homme. Et même si c'était vrai son joli blablabla, j'ai mon coeur qui m'attend de l'autre côté de la Méditerranée. Et même si l'homme est retord, je sens que ces photos ont été volés et que c'est un homme qui tente quelques maipulations d'argent. Bref, un monde de coquin ou une rentrée très coquine. Il faut savoir ganger à la loterie...

Mais pourquoi donc ai-je toujours le chic de poser une mer ou un continent entre elle et moi à chaque fois que je tombe amoureux? Ça, c'est une sacrée question de philosophie appliquée à ma vie d'homme solitaire que je soude à mon comportement affectif depuis 6 très longues années. Et je me demande si l'amour longue distance n'est pas un joli prétexte à toute fille moderne digne de ce nom pour garder...son amour et sa belle et sauvage liberté. Suave, latine et slave, plus jamais esclave de l'homme, mon ex savait bien concilier l'amour à sa liberté. Avec en prime, l'assurance de se faire longtemps désirer...avant la rentrée érotisée vers un de ses hommes de sa vie...

La rentrée... Comme l'enfant prodigue revenant au pays après un long naufrage. Ulysse sur l'Ile de Djerba trouvant tant d'amour et d'eau fraîche qu'il n'hésitera pas à tromper sa Pénélope avec une muse de là-bas. Finalement, quand on me parle de rentrée, j'ai envie de dire "sortie des artistes", c'est par ici, dans les coulisses. Un va et viens langoureux perpétuel qui sied aux mouvements des corps encanaillés. Elle rentre, je sors. Je sors, elle rentre. Oui. Parce qu'être amoureux qu 21ème siècle, c'est aussi le chassé-croisé permanent à la maison. Elle va au travail alors que je reviens du turbin. "Salut chéri, oublie pas de passer à la banque pour partir ce week-end à Berlin, de vider la poubelle, de passer l'aspirateur. Je reviens vers 5. Ah, au fait, je t'aime, mon Joujou. Bisou". Et voilà. J'ai même pas eu le temps de l'embrasser ni de lui dire quoi que ce soit qu'elle a sauté dans son Audi turbo. Car elle est sportive, ma môme visible sur Internet. C'est une bimbo jumbo avec airbags à haute valeur ajoutée. Elle s'appelle Vanessa, je vous l'ai déjà dit. Et c'est drôle qu'à notre époque je me souvienne encore du prénom de mes amoureuses. Car le défilé de mode est long, très long... Surtout sur 24 HEURES. Il y a des jolies poupées partout si bien que l'on se croirait devant une vitrine de cabaret en train de surfer sur les surfaces silliconées prêtes à tout même au pire... Mais c'est la rentrée... Et je m'égare. Et en plus, je vais dépasser le nombre de signes autorisés.

Aller. Pas de tabou avec vous. Je vous souhaite à tous une très bonne rentrée. Au fait, sans retouche, ni bavure, ce billet m'a pris 16 minutes 26 secondes à créer. Je vous le livre avec toutes ses fautes et ses maladroitesses éventuelles. C'est le résultat de ma performance acquise sur mon stress quotidien.

P.S. Billet paru ce jour sur "Blog Collectif" de la TdG, à consulter évidemment pour les autres très bons billets qui ont été écrit par Conrad, John, et Haykel.

 

picture00999991.JPG

picture029_55.jpg


09:42 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Cher Christian Louboutin, n'en rajoutez quand même pas trop! Un petit message de temps en temps pour rappeler que vous existez à vos clientes potentielles sera amplement suffisant. Trop de harcèlement nuit aux performances commerciales... Je pense que vous avez suffisamment d'expérience dans le domaine pour savoir cela. Quant à mon blog, ce n'est pas un espace ouvert à tous instants à la promotion commerciale, fût-elle consacrée à la beauté artistique d'un escarpin et sa vente en ligne. Merci d'en tenir compte sinon je devrai vous censurer. On va faire comme ça: une fois par semaine, vous glissez un seul com sous un seul article de votre choix pour éviter les interventions intempestives. je crois que cela fera bon effet auprès de la gent féminine, et n'agacera pas tous mes lecteurs qui viennent voir autre chose qu'un catalogue de chaussures. Bien à vous. Et bonne chance pour vos affaires... Tenez compte de ce commentaire et respectez ma demande. Sinon je n'hésiterez pas à vous exclure de mon site pour non respect du pacte d'amitié virtuelle. je suis très dur en affaires comme en amitié et en amour:)

Écrit par : pachakmac | 23/08/2010

Les commentaires sont fermés.