11/11/2010

Bernard Rappaz: céder ou décéder

 

Il ne reste désormais à Bernard Rappaz qu'une seule issue à part le suicide. Se ralier à la décision de justice de son canton, le Valais.

Les hommes de lois ne reviendront plus en arrière. Avant de sombrer dans l'inconscience, il est important d'écrire à Bernard un dernier mot pour l'encourager à vivre plutôt qu'à partir dans un voyage l'emmenant loin des siens pour des raisons futiles:

 

s o l i d a r i t é

h u m a n i t é

e n v e r s  t a  f i l l e

 

p l u s  f o r t e  q u e  l a  l o i

e s t  l e  l i e n  d e  t o n  s a n g

 

Commentaires

J'ai vraiment beaucoup de peine à comprendre Mr. Rappaz ! Je viens de jeter un regard sur ce lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Rappaz_%28%C3%A9cologiste%29
et je pense franchement qu'il devrait respecter la loi et les décisions du tribunal. C'est absurde de faire du chantage en mettant sa vie en danger et c'est égoïste de faire du mal à toute sa famille!

Très bonne journée à toi cher frère.

Écrit par : zakia | 11/11/2010

Chère Zakia. Bernard Rappaz réagit "comme un âne", seul reproche envers lui de son ex-compagne et maman de sa fille, Maggie Loretan. C'est un âne et ses bourreaux sont de papier. C'est ce qui est grave dans cette affaire. On sait tous qu'il est dans son tort par rapport à la loi. On sait tous qu'il combat pour une cause peu populaire - le droit de produire et consommer du haschich en toute légalité -. Il devrait se rendre à l'évidence. Mais l'homme est de la trempe de Farinet. Il joue seul contre le reste du monde. Quitte à mourir. Hélas pour lui, je n'imagine même pas qu'un jour, il y aura un "champ à Farinet" planté de cannabis où les personnalités du monde viendra recueillir le chanvre dans une sorte de cérémonie spirituelle. Je ne vois pas des gens connus tels que Couchepin, abbé Pierre, Daïli-lama, et autres personnalités de la planète rendre hommage et honneur à cet hors-la-loi qui s'est placé tout seul dans l'illégalité et qui se suicide tout seul dans la détresse d'une famille. J'en veux à cet homme. Mais j'en veux aussi à la politique qui n'intervient jamais pour des gens marginaux qui interpellent à leur façon la société. Pour les banquiers, on fera toujours tout. Pour les originaux qui dérangent, on leur signifie qu'ils doivent rester très discret ou disparaître en cas de refus de l'autorité. Cet homme est à l'échelle de la face cachée de la Suisse. Au propre en ordre de notre pays, il répond : "Laissez à la rue, le droit de fumer son joint et de s'éclater comme elle veut". C'est seulement en cela que je reconnais son combat. Pour le reste, il commet une énorme injustice envers lui-même et sa famille.

Très belle journée à toi. Espérons que l'humanité, du côté de l'homme et de la politique, sortira quand même vainqueur et que cette jeune fille ne soit pas privée de son papa.

Écrit par : pachakmac | 11/11/2010

Je suis en accord avec la maxime que vous mentionnez:

Si l'amour pour un enfant n'est pas plus important qu'un principe, est-ce que l'amour pour cet enfant n'est pas feint?

J'ai une fille qui a 15, actuellement je l'accompagne pour trouver une place d'apprentissage. Ayez le courage de vivre pour en faire de même à votre sortie de prison.

En ayant le courage de vivre, vous aurez tout le reste de votre vie pour vous exprimer sur les principes que vous tiennent à cœur.

Écrit par : pensif | 11/11/2010

Merci Pensif. Notre société donne trop d'importance au sacrifice par la mort. Il est plus sain pour l'humanité entière de se sacrifier à une ou plusieurs causes par la vie en subissant des années durant le silence ou les attaques, les outrances, la mal-vie, le manque d'argent chronique, ou anachronique, vu les qualités et l'intensité du travail déployé par un idéaliste ou utopiste, subissant par ailleurs le rejet ou l'ironie douce de certains membres de la famille à travers leur incompréhension du combat voir leur désintérêt total à la lecture du combat, et même se faire traiter de nul par sa propre femme qui n'en peut plus de votre combat invisible dans le "vide" pour un monde qui se voudrait plus solidaire et plus fréquentable, que de vouloir mourir un peu bêtement et égoïstement parce qu'apparemment personne ou très peu de monde comprennent et approuvent votre combat. C'est comme ça que je conçois l'existence d'un vrai rebelle non-violent respectant ses proches et ses intimes et qui fait de sa vie une lutte au quotidien peu visible mais peut-être pas si dispensable que ça. Le morbide attire tous les rebelles du monde car leurs diverses souffrance sont intenses. Mais la vie doit l'emporter sur la négation du monde et de soi. C'est ainsi que la société entière peut s'écarter du chemin de la violence et du non-respect à la vie.

Très bonne journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 12/11/2010

Un âne très gris ou un mouton un peu noir?

Écrit par : Júlio | 15/11/2010

Les commentaires sont fermés.