26/12/2010

Claude Barzotti, redécouvert à Tunis dans une parfumerie!

 

On ne parle que très peu de Claude Barzotti sous nos contrées... peut-être parce qu'il a l'immense défaut d'être un chanteur croyant en Dieu, passé de mode de surcroît. Rital, il l'est et il le reste. Mais enfant de Dieu aussi. Parce qu'à part cet obstacle marketing insurmontable devant nos médias modernes si prompt à faire la place aux chanteurs et chanteuses mécréants, Claude est un chanteur dont beaucoup de femmes tombent et se pâment devant l'écoute de sa voix et ses paroles remplies de miel et d'appel à l'amour.

 

Barzotti, c'est le chanteur que mon ex-femme passait en boucle quand nos enfants étaient petits. C'est le chanteur qui faisait de notre maison, un endroit de paix, d'amour, et de passion amoureuse.

Depuis notre divorce, je l'avais mis aux oubliettes de ma mémoire.

Jusqu'au jour où, avec mon amour d'aujourd'hui, nous flânions dans une parfumerie à Tunis qui distillait une musique d'ambiance, comme chaque boutique d'aujourd'hui qui se veut attirante. Soudain, elle me dit. « Ô, j'adore ce chanteur, qui c'est déjà? ». « Heuuuu...Hervé Barzotti....Non. Claude Barzotti ».

 

Le 25 décembre, j'ai fouillé dans mes souvenirs et le cagibis de mes affaires laissées en rade. J'ai exhumé le 33 tours de Barzotti que ma famille écoutait. Cela m'a fait tout bizarre. Remué en mon âme et conscience. C'était comme si soudain j'avais vraiment, mais alors vraiment envie de tout refaire l'amour du monde avec celle qui maintenant anime mon coeur. Avec en tête, cette chanson: « Elle me tue. Mais je l'aime, mais je l'aime quand même. »

Toutes les femmes amoureuses au monde ont ce petit côté qui nous tue, nous les hommes. Car dans l'amour, nous reconnaissons la fragilité de notre situation. Comme un petit enfant, nous redevenons alors dépendant de l'amour d'une femme. Comme gosse,quand, sans notre maman, nous étions perdus pour avancer dans la vie.

La femme est un tyran qui s'ignore. A travers son amour pour nous, elle nous montre tant de douceur, de bonté, d'attention, de jalousie rentrée, de captation et de fascination, que nous les hommes sommes au pied de notre beauté éternelle. Seule maîtresse après Dieu, elle nous guide sur le droit chemin, celui d'une famille solide, proche de Dieu, prête à être solidaire et citoyenne envers le monde entier. Tomber amoureux, et garder un amour près de son coeur, c'est la plus belle des choses qui peut arriver à un homme après ses enfants et tous les enfants du monde.

 

 

 

 

11:42 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (8) |

Commentaires

C'est bon de vous lire quand vous fouillez et exhumez vos souvenirs Pachakmac !

Bonne fêtes de fin d'année à vous et vos proches

(o_~)

Écrit par : Loredana | 26/12/2010

Bonsoir, chère Loredana. Il me manquait, votre petit message pour les Fêtes. Je vous souhaite également le meilleur pour ces moments de Fêtes universelles. Nos meilleures souvenirs engendrent nos promesses à tenir pour un futur meilleur. Si nous ne sommes pas capables d'apprentissage positif dans nos vie, alors cela ne sert à rien de croire en Dieu. C'est bien cela qu'il faut retenir. Très belle soirée glaciale à l'extérieure mais brûlante dans votre coeur.

Écrit par : pachakmac | 26/12/2010

Merci pour ces paroles qui réchauffent le coeur Pachakmac.

Chaleureuse et douce nuit

Au plaisir (o_~)

Écrit par : Loredana | 26/12/2010

Asseyez - vous sur son poil Loredana ! La pouffiasse vient du genre masculin.

Écrit par : Cristal Gagnante | 27/12/2010

Bonsoir Cristal Gagnante

J'gagne quoi si j'comprends??

(ô_ô)

Écrit par : Loredana | 27/12/2010

Mon nom !

Écrit par : Cristal Gagnante | 27/12/2010

Votre nom Cristal? Pas besoin de le connaître, je sais que vous êtes une personalité ;o))

Bonne soirée (o_~)

Écrit par : Loredana | 27/12/2010

Merci Loredana, et bonne fête de fin d' année.

Écrit par : Cristal Gagnante | 28/12/2010

Les commentaires sont fermés.