06/01/2011

Voile à la RTS: le discours avant l'habit

 

Une jeune journaliste d'origine égyptienne et de nationalité helvétique a postulé pour un poste de journaliste à la télévision suisse.

Cette personne, musulmane pratiquante, porte le foulard. Et qui dit foulard, dit épouvantail à moineaux libres qui ne sauraient venir picorer des graines dans ce champ maculé d'obscurantisme, de crimes sordides, de pensées moyen-âgeuses terrifiantes. Evidemment, si ces beaux oiseaux tombaient raides morts dans ce champ, tués par on ne sait quel Dieu du Ciel vengeur et terrible à ses heures, on se dirait qu'ils ont été visés par des feux d'artifices et pourquoi pas des ondes gamma afin d'écarter une fois de plus l'hypothèse des plaies d'Egypte envoyées par Dieu himself.

Trêve de rire et d'humour noir, il faut se poser la question: quel(l)e journaliste en ce monde n'a pas de fortes convictions concernant l'existence ou la non-existence de Dieu? Quel(l)e journaliste athée n'usera pas de son point d'interrogation lors de l'interview d'un théologien, d'un prêtre ou d'un imam afin de conserver une neutralité et une impartialité parfaite dans le discours qu'il a entamé avec cette personne croyante alors que lui-même ou elle-même n'y croit pas personnellement? Un, une journaliste croyante a le même devoir de chercher à argumenter et à interroger le monde. On parle de jouer l'avocat du diable bien que l'on soit personnellement convaincu de la position inverse à celle que l'on donne à défendre.

Regarder l'habit et se faire le moine de l'interdit vestimentaire me donne froid dans le dos dans un pays qui se dit démocratique. Mais l'habit ne fait pas la parole et encore moins un bon ou un médiocre journaliste. Nous avons connu, certes pas en Suisse, des journalistes féminines qui pratiquaient un strip-tease lors du journal télévisé. Les oiseaux libres n'ont pas bronché et ne se sont pas révoltés contre l'indécence de la demoiselle et de ses responsables TV qui proposaient de la chair fraîche à la table du monde à l'heure où toute la petite famille se réunissaient pour regarder le télé-journal des horreurs. Etait-ce un strip-tease de révolte pour dire « Non à la guerre, au meurtre, aux violences, à la misère, aux viols subis par les femmes? ». Non. Pas du tout. C'était pour dire: « Venez chers fidèles de Play-Boy TV. On vous offre en live un petit spectacle à détourner tous les crimes planétaires que vous verrez d'ailleurs pour la énième fois sur votre petit écran sans vous posez de bonnes et saines questions. En vous proposant le show de notre journaliste sexy pour lutter contre l'ennui et pour votre délassement après le travail, notre but était d'offrir à vos consciences endormies une dose émotionnelle à vos pulsions par un spectacle des plus agréables et délassants à regarder ».

Entre le voile et le strip-tease d'une journaliste, un homme libre opterait pour le voile. Mais on peut se tromper d'homme libre. A vous, chère lectrice et lecteur, de savoir ce que vous regardez, entendez, et retenez lors d'un journal télévisé.

 

18:46 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Mais qui parle de ce qu'en pensent les femmes et collaboratrices, sur le lieu de job ?

Par ex,
Comment une collègue peut-elle tenir son rythme effréné de travail, +8h durant, à 80cm d'une collègue voilée, sans stress supplémentaire?

Sinon, autre exemple:
le supplice qu'est de devoir travailler 8h+/jr à
80cm d'une collègue tapant à 3 doigts - non à cause de paralysie mais:
(1) en raison de ses méconnaissances dactylo &/ou d'un clavier
(2) parce que cette employée ne veut pas abîmer ses ongles factices en résine qui tapent et font ce bruit saccadé si fort et si convainquant qui plaît tant parfois à certains

Dire que cela existe au sein d'études d'avocats... et le supplice vous sera clair!

Écrit par : edouard | 06/01/2011

pour clarifier, cette comparaison :

- entre une secrétaire juridique ayant toutes ses capacités mais ne tapant le clavier, lentement, qu'à 3 doigts, de ses ongles bien résinés

(bruit saccadé qui stresse à mort ses proches collègues - le supplice de la goutte d'eau),

cette secrétaire réfugiée asiatique occupant un job, histoire de s'occuper, vivant du standing de son mari, directeur de banque, pour ne pas rester seule à la maison

qu'en est-il donc des motivations de cette jeune personne
d'origine égyptienne dont les parents ont fondé son foyer en Suisse,
de vouloir se montrer en tant que femme avec voile, sur les écrans suisses?

On attend de les connaître. ou pas, mais du tout!

Quoiqu'il en soit,
ses qualifications pour souscrire à un contrat avec la RTS devraient s'inscrire dans ce cadre...

comment ce fait-il qu'elle n'ait pas encore compris comment vivre en ces lieux, en temps et en heure,
mais revendique de se voiler en voulant apparaître dans les médias CH?
Quelle schyzo!


Sinon,
comment ce fait-il que nos employés et responsables à la RTS soient si aveugles, si handicapés, si incapables de décision ?

Écrit par : edouard | 06/01/2011

Assalamou alaykoum cher frère,

Je voulais te lire hier mais je n'ai pas pu trouver assez de temps pour aller sur le net. J'apprends donc aujourd'hui l'histoire de cette jeune journaliste voilée. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle n'a pas choisi un domaine moins polémiste. Bien sûr que chaque journaliste comme n'importe quel humain a ses propres convictions religieuses et il y en a qui ne s'en cachent pas ou les dévoilent à demi mots. Cette femme a fait deux choix cornéliens et antinomiques dans notre société mais il en est de même dans le monde dit musulman : couvrir ses cheveux et devenir journaliste. J'espère pour elle qu'elle ne se faisait pas beaucoup d'illusions en postulant pour ce poste. Il y a des métiers où les femmes comme elles n'ont pas leur place, surtout si elles doivent affronter le regard du public. Reste le choix de changer de formation!

Bien à toi.

Écrit par : zakia | 07/01/2011

Un billet intéressant qui traite du même sujet :

http://olivierfrancey.blog.tdg.ch/archive/2011/01/07/du-voile-en-journalisme.html

Écrit par : zakia | 07/01/2011

Le discours est un habit !

Écrit par : Cristal Gagnante | 07/01/2011

Bonjour. Je signale au passage la page éditoriale de Peter Rothenbühler dans le Matin Orange de ce samedi 8 janvier. Cet éminent journaliste à la fois Suisse allemand et romand a été au contact de cette personne et a été aussi son prof. Il sait de quoi cette jeune journaliste est capable. Il parle de ses compétences, pas de sa foi. Que toutes celles et tous ceux qui sont contre le voile rentrent en contact avec des femmes voilées et échangent avant de porter jugements et préjugés sur la place publique. Ensuite, ils pourront venir écrire des choses sur le voile et son interprétation dans une société démocratique et laïque. En tous les cas merci à Peter Rothenbühler de faire preuve d'objectivité dans cette affaire. Il est au plus près de sa conscience journalistique. Nous ne sommes pas toujours d'accord, lui et moi, sur le discours et l'image de notre société, mais là, nous nous accordons parfaitement et le visage est aussi net que l'honnêteté vis-à-vis des personnes discriminées pour leur race ou leur religion.

Bonne journée à tous. Merci pour les liens, chère Zakia.

Écrit par : pachakmac | 08/01/2011

Bonjour à tous.
Je trouve que la plupart des femmes qui portent le voile ( cela dépend où ) ont peur de sourire, c' est dommage. Toi qui t' y connais zakia reproche - moi ceci : porter le voile c' est de la peur, du mépris, de la honte ou d' autres créations à montrer pour se défendre ? Un jour, une femme voilée m' a sourit sans mettre en évidence son choix de le porter: elle m' a accueilli dans son identité cela m' a soulagé entre elle et moi et je me suis dit que c' était super et qu' enfin une assumait son sérieux.
Sinon, c' est trop facile de cacher un complexe du genre: banalisation du voile par doute de sa propre existence. On peut porter le voile juste pour se chercher des ennuis par manque de confiance en soi.

Écrit par : Cristal Gagnante | 08/01/2011

Bonjour chère Crital,

J'ai une proposition à vous faire : si vous habitez en Suisse romande ou en France voisine, je vous invite volontiers chez moi, même pour un week-end si vous le souhaitez, pour discuter et faire connaissance. Vous me verrez sans foulard car vous êtes une femme et je vous garantie que vous ne serez pas déçue par cette rencontre. Je crois que rien ne vaut une discussion de vive voix en regardant notre interlocuteur dans les yeux, de voir les expressions de son visage, de partager avec lui un repas, des rires, etc...

Si vous répondez positivement à mon invitation, cela me ferait un grand plaisir, mais si vous n'y arrivez pas, je tâcherai de vous répondre en vous expliquant mon choix personnel, qui peut être différent de celui d'autres femmes musulmanes.

Excellent week-end à vous.

Écrit par : zakia | 08/01/2011

Bonsoir zakia,
j' aimerais vous répondre oui mais c' est hélas non. Merci pour votre invitation. Je suis d' accord avec vous par rapport à un vrai contact. Le problème est que j' ai des problèmes pour me déplacer et je ne souhaite pas étaler ma vie ici. Vous pouvez me répondre si vous voulez ou attendre que je puisse venir quand mon fiancé pourra m' accompagner encore une fois pour des raisons, bon voilà d' ordre médical et financières.
Je vous souhaite un bon week - end à vous aussi.
Sachez que je suis étonnée avec un grand plaisir.
Merci encore. On aura bien l' occasion de se rencontrer, un jour.
C' est déjà le début d' une entente positive.

Écrit par : Cristal Gagnante | 08/01/2011

Les commentaires sont fermés.