12/01/2011

Président Ben Ali: entre sagesse, détresse, et vieillesse d'un régime

 

Les émeutes en Tunisie se poursuivent en ce mercredi et elles ont gagné les banlieues de la capitale, Tunis.

Le régime semble à bout de souffle et une cure de jouvence drastique, avec lipocussion des graisses corruptives indispensable à l'octroi d'un avenir à la jeunesse du pays, semble la dernière chance offerte au Président Ben Ali pour garder la main sur la Tunisie. Le Gouvernement devrait se mettre à l'écoute de l'opposition, tenter de sauver ce qui peut être sauver des 23 ans d'un régime draconien qui a privilégié la sécurité à l'ouverture démocratique.

Aujourd'hui, l'Europe aussi doit se réveiller dans l'urgence. Elle n'a pas le choix. Devant le chaos qui risque de s'aggraver, l'Europe doit proposer une issue de secours au peuple tunisien en offrant un pont technologique à la Tunisie et aux autres pays du Maghreb. Les énergies solaires, le high tech informatique, la chirurgie esthétique, entre autres, peuvent être implantés durablement avec succès en des contrées où les jeunes étudient volontiers et avec acharnement en attendant un avenir meilleurs et des salaires un peu plus décents qu'aujourd'hui. L'Europe doit servir les actuels gouvernements légitimés par les urnes de ces Etats afin de ne pas desservir la cause de la démocratie au profit d'un islamisme prêt à profiter de cette déstabilisation pouvant déboucher sur la victoire de gourous de malheur prêts à tout pour arriver au pouvoir, ou même partiellement au pouvoir, en déchirant dans le sang et par lambeaux la gazelle tunisienne.

Cet appel au secours des peuples du Maghreb doit être entendu, en particulier par le gouvernement français de Nicholas Sarkosy. Si rien n'est entrepris et que le pourrissement se généralise, c'est toute l'Europe qui en pâtira, avec en prime, le débarquement de boat people du Maghreb, et l'islamisme perfide et pervers arrivant au pouvoir à deux pas de nos côtes.

La sagesse du Président Ben Ali doit le conduire à se rajeunir plutôt qu'à se scléroser sur lui-même. C'est sa seule planche de salut et de rédemption. A vous, Monsieur le Président, de prouver à la jeunesse de votre nation que vous êtes prêt à surfer avec eux et que l'Ancien Régime de votre garde rapprochée peut se transformer en appuyant cette révolution de jasmin. Un effort gigantesque de votre part et de votre entourage est demandé par le peuple. Si vous ne l'écoutez pas, vous ne resterez sans doute pas Président de Tunisie pour les 4 années à venir et le peuple tunisien souffrira pour longtemps de ce soulèvement populaire qui risque alors d'avorter pour le pire plutôt que pour le meilleur... Avec votre fuite mais aussi dans le chaos durable et détestable et un pays livré à des factions paramilitaires et terroristes.

 

P.S. Dernière minute: Monsieur le Président, vous venez à l'instant de prendre la première des bonnes mesures en libérant les manifestants des géôles de votre pays. Bravo, Monsieur le Président!

12:14 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (12) |

Commentaires

Salam cher Ali,

La sagesse fait défaut à tous les dictateurs arabes sans exception! Nous les arabes, n'avons plus aucune confiance en eux car ils sont tous des corrompus qui ne pensent qu'à assurer leur pérennité, l'avenir de leur progéniture et celui de leurs proches, en suçant le sang de leurs citoyens et en profitant sans vergogne des richesses de leurs pays. Il n'y a rien de bien à attendre de ces gens, ni de l'Europe qui a montré que chaque fois qu'elle met son nez quelque part, c'est pour coloniser, voler et imposer, ni des islamistes d'ailleurs, qui n'ont qu'un agenda obscure qui n'a rien à voir avec l'Islam, et où la femme serait la première victime à abattre!

C'est aux peuples arabes avec leurs différentes composantes et courants politiques de travailler ensemble pour trouver un modèle qui convienne à leurs sociétés, choisi démocratiquement par eux sans ingérence extérieure! Et tant pis s'ils commettent des erreurs en choisissant les mauvaises personnes, ils acquerront de l'expérience avec le temps! Il faut que le monde arabe se prenne en main et arrête de pleurnicher sur son sort et d'attendre que le secours vienne de l'extérieur! On a bien vu ce que cela donnait! Et si on est incapable de tirer des leçons de notre triste histoire, alors on est vraiment stupides!

Bien à toi.

Écrit par : zakia | 12/01/2011

Bonsoir chère Zakia. D'accord avec toi sur la non-ingérence étrangère et européenne. Par contre, pour les échanges et les partenariats économiques, je suis pour des investissements européens. Je préfère voir les Européens continuer à avoir de l'influence sur les pays d'Afrique du Nord que de voir les Chinois investir et occuper de plus en plus de terrains extérieurs. Car la Chine va encore mieux s'entendre avec des autocrates qu'avec des gouvernements pluriels. L'Europe suit actuellement la pente chinoise. C'est dramatique pour les peuples. Nous serons bientôt gouverner partout par des pseudo-démocraties de façade. Si l'Europe se tait dans le cas des émeutes tunisiennes, c'est que les intérêts financiers prime d'abord sur les intérêts des peuples.

C'est pourquoi je préfère autant demander au gouvernement Ben Ali d'observer et d'agir en conséquence pour son peuple plutôt que de me masquer le visage en demandant une grande révolution qui ne peut que profiter à d'autres dictateurs de type islamique, marxiste ou ultra-libéral après un bain de sang encore plus important qu'aujourd'hui. Demander de faire preuve de sagesse à Ben Ali, c'est lui demander de rendre au peuple ce que lui, sa femme, son clan et partenaires ont accumulé durant des années comme biens. Rendre le bien pour un mal, c'est dans le Coran, et je pense que Ben Ali comme sa famille sont musulmans. Si le Président croit en Allah, il a l'âge et l'expérience pour se transformer et devenir un bon musulman.

Bonne soirée à toi.

Écrit par : pachakmac | 12/01/2011

Bonjour, c' est vrai aussi pour la Côte d' Ivoire et Haïti etc...
Depuis l' Europe ( qui avait pour but d' être classée parmi les plus grandes puissances mondiales, je pense ), le constrate entre les riches et les pauvres a augmenté partout dans le monde ( j' y pensais par instinct, un jour, que cela allait arriver. J' étais toute petite à l' époque mais cela m' inquiétait.
C' est une honte qui donne du malaise et de la culpabilité à tous les peuples. L' Europe s' est créé un groupe de pays élites pour mieux écarter les pays en voie de développement et d' autres encore mais plus sous - développés.

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

Salam alaykoum cher ami,

Je comprends ton inquiétude sur la montée en puissance de la Chine, mais il faut aussi essayer de se mettre à la place des maghrébins, pour ne citer que ceux-ci. Ils ont "côtoyé" de très près les européens, particulièrement les français, et ils en ont gardé pour la plupart, un très mauvais souvenir. Et ce qui se passe actuellement en France avec ses français de confession musulmane ou plutôt de culture arobo-musulmane (qui n'en finissent pas d'être d'origine maghrébine malgré qu'ils soient de la troisième et même de la quatrième génération!!) n'inspire pas vraiment confiance. J'admets en toute honnêteté que tout n'est pas blanc du côté de ces derniers, mais là n'est pas le sujet de ton billet.

L'Europe (USA aussi)a perdu beaucoup de sa crédibilité dans le monde arabe avec sa démocratie à géométrie variable et sa politique sournoise qui consiste à protéger et à soutenir des régimes dictatoriaux ainsi que sa gestion désastreuse du conflit israélo-palestien, créé quand même par elle. Mais je te rejoins sur un point pragmatique : les échanges et les partenariats économiques si voulus et décidés par le peuple.

Pour revenir à Ben Ali et consorts, je ne peux pas pas être d'accord avec toi. Tous les dirigeants arabo-musulmans n'ont rien à fiche des commandements de Dieu autrement ils auraient compris que c'est au peuple de choisir celui qui doit le gouverner. Ils auraient compris qu'ils ne doivent pas voler les biens de ce dernier. Et tant d'autres choses encore! Ces gens doivent rendre ce qu'ils ont volé s'ils sont réellement de bons musulmans. Mais ne soyons pas de doux rêveurs ou des naïfs car on a encore jamais vu un dictateur faire sa mea- culpa.


Mon cher ami, si tu avais vécu dans une dictature, tu ne tiendrais pas ce langage pacifiste. Si tu avais vécu ne serait-ce qu'un mois dans un bidonville ou dans un quartier insalubre, où des jeunes essayent tant bien que mal de s'instruire (d'autres ne peuvent tout simplement pas) dans l'unique pièce de leur taudis, avec l'espoir incertain de décrocher un bac ou tout autre diplôme pour un autre espoir non moins incertain, de trouver un travail, tu changerais vite d'opinion ou tout au moins, tu comprendrais le ras le bol général qui secoue le Maghreb. Je suis née au Maroc et j'ai vu des choses absolument tristes. Le fait d'avoir été épargnée ne m'a pas rendu aveugle et insensible! Il y a dans ces pays des milliers de jeunes diplômés qui essayent de survivre en vendant à la sauvette des fruits, des légumes ou des babioles, si ce n'est pas leur corps. D'autres arrivent à traverser la mer au risque d'y laisser leur vie et leurs espoirs pour débarquer dans un continent qui ne veut pas non plus d'eux! Ils n'ont plus d'autre choix que de se solidariser les uns aux autres et de prendre leur avenir en mains!

On ne peut pas opprimer indéfiniment un être humain, le sage lui l'a compris! On sait bien que les révolutions amènent leur cortège de morts, mais c'est le prix à payer pour la liberté. La fameuse démocratie occidentale ne sait pas faite du jour au lendemain. Il a fallu payer un lourd tribu en êtres humains. Quant à la crainte que cette révolution ne soit récupérée par tel ou tel mouvement, c'est un risque à courir. J'ose espérer néanmoins, que les gens sauront tirer des leçons de l'histoire européenne, iranienne, saoudienne, etc...Mais comme je l'ai dit dans mon premier commentaire : " Et tant pis s'ils commettent des erreurs en choisissant les mauvaises personnes, ils acquerront de l'expérience avec le temps! Il faut que le monde arabe se prenne en main et arrête de pleurnicher sur son sort et d'attendre que le secours vienne de l'extérieur! On a bien vu ce que cela donnait! Et si on est incapable de tirer des leçons de notre triste histoire, alors on est vraiment stupides!"

Dieu nous a créé libre et il ne faut pas se laisser spolier de cette liberté. Il y va de notre dignité d'être humain!

Très bonne journée à toi.

Écrit par : zakia | 13/01/2011

Oh ! Il y a quand même de bonnes personnes qui savent faire leur révolution en étant tout à fait pacifistes. La révolution pour moi c' est: une évolution qui l' emporte sur l' ancienne. Un moyen moderne de se faire à un monde contemporain imaginé humaniste par ordre d' équité réalisable dans la conscience des puissances propres à chacun.

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

Inch'Allah! ma chère Zakia. J'ai laissé des messages sur le blog "Regards Croisés". Les révolutions ne sont pas toutes condamnées à finir dans le sang et l'horreur. Mai 68 n'a pas chassé un régime corrompu. Mai 68 a soulevé une chape de plomb sur le manque de liberté. Les dictateurs, quand ils abandonnent un pouvoir, n'abandonnent pas les richesses prises au pays. Ils partent avec et laissent le pouvoir exsangue de moyens et aux mains de factions plus ou moins organisés qui vont semer la terreur. La démocratie est histoire de maturité. Ben Ali a peut-être commis d'horribles crimes et il est probable qu'il ne change plus à son âge. Mais qui détient la légitimité pour abattre cet homme et sa famille? Le peuple. C'est vaste le peuple. Comme en Roumanie? Et tu as vu la suite de l'histoire roumaine? Aujourd'hui bourrée de corruption, gangrénée par la mafia et les réseaux de prostitution, la nation roumaine vit dans une pseudo démocratie. Si la Tunisie prend cette direction, alors cela ne vaut vraiment pas la peine de pousser les gens à s'entre-tuer, à mettre des familles dans la douleur des disparitions prématurées au nom de la patrie. Il y a d'autres moyens de pression sur ce régime avant d'en arriver à cette extrémité. Le peuple n'en est qu'à ses débuts de prise de courage devant ce pouvoir. Il a la légitimité pour lui d'obliger le gouvernement à entreprendre un virage décisif. Imagine-toi sur un bateau, le capitaine et son équipage sont des forbans qui peuvent faire couler le navire si les passagers les agressent. Tous couleront corps et âmes. Si les passagers utilisent des moyens intelligents pour faire comprendre au capitaine qu'il se trompe de route, le capitaine sera forcé d'écouter et il modifiera le cap. A mon avis, c'est la position la moins dangereuse et la plus fertile pour la Tunisie. Toutes les révolutions violentes ont amené des pouvoirs pervers.

Alors soit la Tunisie arrive à passer cette phase délicate, soit elle en prend pour des dizaines d'années d'instabilité et de dommages encore plus grand qu'aujourd'hui. A moins que les Tunisiens soient vraiment tous liés entre eux en dehors du clan Ben Ali. Ce que je doute fort. Entre un libéral et un islamiste extrémiste, je doute fort qu'il règne un grand amour et un climat de paix confraternel...

très bel journée à toi, ma chère Zakia.

Écrit par : pachakmac | 13/01/2011

" bel " ? Belleeeeeeeeeeeeee!

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

Les moutons, ça bêêêêêêle. chère Cristal. Cela m'arrive de perdre ma féminité pour préférer ma virilité non-violente.

Écrit par : pachakmac | 13/01/2011

J' en étais sûre ! Mon mouton. Fais attention au couteau !

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

J'aime bien l'image que tu as donnée avec bateau, capitaine, équipage et passagers. Ton raisonnement ne manque pas de sagesse. Encore faut-il que parmi les passagers il y en est un qui possède un leadership fédérateur! Pour prendre le cas de la Tunisie, ce pays est tiraillé entre les communistes, les laïcs, les islamistes et les "je m'enfoutistes pourvu je trouve de quoi manger". Si un des partis tire vers lui toute la couverture, il est clair qu'ils iront vers une impasse et le bateau coulera, d'où la nécessité de passer par un vote démocratique où le choix du peuple doit s'exprimer à travers les urnes, sans tricherie aucune, quitte à faire appel à des observateurs étrangers. Et quelque soit son choix, il doit être accepté par la communauté internationale.

Bien à toi.

Écrit par : zakia | 13/01/2011

Oh... Y a une intrigue ci-dessus...

Écrit par : Cristal Gagnante | 13/01/2011

Cristal, s'il vous plaît, c'est du sérieux. Arrêter de perturber la classe. merci:) Zakia, le gouvernement peut muer en laissant la porte ouverte à des élections nationales afin de renouveler les forces politiques au pouvoir. Le président Ben Ali doit prendre cette décision bienfaitrice pour la nation tunisienne. C'est la vraie planche de salut pour tout le pays afin de trouver le chemin du renouveau. Ben Ali doit se montrer sous le visage d'un autre président pour ces 4 dernières années de règne. Il le peut. Il le doit à son pays. J'ai confiance en sa capacité d'adaptation car même si on l'appelle parfois avec ironie "Bac -3" dans la rue tunisienne, c'est encore souvent les cancres, les petits et grands voyous qui font preuve de rédemption et de changement les plus radicaux. Bad boy un jour, bad boy toujours. Mais le mauvais garçon finit parfois sur le chemin de la sagesse afin que Dieu puisse lui pardonner ses gros péchés de jeunesse. Un miracle est toujours possible pour que le clan Ben Ali devienne enfin conscient de sa responsabilité devant le peuple et devant Dieu

Écrit par : pachakmac | 13/01/2011

Les commentaires sont fermés.